AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.33 /5 (sur 100 notes)

Nationalité : Argentine
Né(e) à : Coronel Dorrego dans la province de Buenos Aires , le 05/10/1925
Mort(e) à : Buenos Aires , le 31/03/1995
Biographie :

Roberto Juarroz (né le 5 octobre 1925 à Coronel Dorrego dans la province de Buenos Aires, Argentine - mort le 31 mars 1995 à Buenos Aires).
Fils de chef de gare, il a étudié les Lettres et la philosophie à l'université de Buenos Aires puis à la Sorbonne. Il est devenu critique littéraire et cinématographique, professeur universitaire, expert en biotechnologie pour l'UNESCO et bibliothécaire.

Poète argentin, considéré comme un des poètes majeurs de ce temps, dont l'œuvre est rassemblée sous le titre unique de « Poesía vertical ». Seul varie le numéro d’ordre, de recueil à recueil : Segunda, Tercera, Cuarta… Poesía Vertical. Nul titre non plus à aucun des poèmes qui composent chaque recueil.
Par ce titre unique et chargé de sens de « Poésie Verticale » qu'il a donnée à toute son œuvre depuis son premier livre, Roberto Juarroz a cherché à traduire la verticalité de la transcendance, « bien entendu incodifiable », précise-t-il dans un entretien. Sa poésie est une poésie différente, un langage de débuts et de fins, mais en chaque moment, en chaque chose. La verticalité s'exprime vers le bas et vers le haut, chaque poème se convertissant en une présence qui représente ce double mouvement, cette polarité qui définit la parole de l'homme lorsque cette parole ne se situe pas dans des limites conventionnelles.
Juarroz, en choisissant de donner ce titre unique à chacun de ses recueils, et en ne donnant pas de titre à ses poèmes, a voulu d'une certaine façon tendre vers l’anonymat des couplets ou des refrains populaires que l’on répète sans en connaître l’auteur, depuis longtemps disparu et oublié. Il explique qu'il a fait ce choix, parce que, selon lui « chaque titre, surtout en poésie, est une espèce d’interruption, un motif de distraction qui n’a pas de vraie nécessité. Sans titre, le recueil s’ouvre directement sur les poèmes, un peu comme ces tableaux dont l’absence de titre vous épargne les détours de l’interprétation ».
Dans l'un de ses derniers recueils, Treizième poésie verticale, publié en 1993, Roberto Juarroz forme le vœu de parvenir à « dessiner les pensées comme une branche se dessine sur le ciel ».
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Roberto Juarroz   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Roberto JUARROZ – Une Vie, une Œuvre : Le puits et l'étoile (France Culture, 1995) Émission "Une Vie, une Œuvre », par Pascale Charpentier, sous-titrée « Le puits et l'étoile », diffusée le 5 novembre 1995 sur France Culture. Invités : Roger Munier, poète ; Silvia Baron-Supervielle, écrivain ; Michel Camus, écrivain, éditeur aux Lettres Vives ; Bassarab Nicolescu, physicien ; André Velter, poète ; Bertrand Fillaudeau, directeur des Éditions José Corti ; Raphaël Sorin, directeur de collection aux Éditions Flammarion.

Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (180) Voir plus Ajouter une citation
Malaura   03 février 2013
Poésie verticale de Roberto Juarroz
Une écriture qui supporte l'intempérie,

Qui puisse se lire sous le soleil ou la pluie,

Sous la nuit ou le cri,

Sous le temps dénudé.



Une écriture qui supporte l'infini,

Les crevasses qui s'étoilent comme le pollen,

La lecture sans pitié des dieux,

La lecture illettrée du désert.



Une écriture qui résiste

A l'intempérie totale

Une écriture qui puisse se lire

Jusque dans la mort.
Commenter  J’apprécie          710
Roberto Juarroz
Piatka   25 octobre 2017
Roberto Juarroz
Le poète ne s’adresse pas à la société, mais à l’homme, de solitude à solitude, de silence à silence, d’être à être.
Commenter  J’apprécie          663
Roberto Juarroz
sabine59   02 mai 2020
Roberto Juarroz
Aujourd'hui je n'ai rien fait.

Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.

Des oiseaux qui n'existent pas

ont trouvé leur nid.

Des ombres qui peut-être existent

ont rencontré leurs corps.

Des paroles qui existent

ont recouvré le silence.

Ne rien faire

sauve parfois l'équilibre du monde,

en obtenant que quelque chose pèse

sur le plateau vide de la balance.



(" Treizième poésie verticale")
Commenter  J’apprécie          617
Fabinou7   06 novembre 2020
Poésie verticale de Roberto Juarroz
« il est des regards qui aident le soir à devenir la nuit.

Il est des silences qui aident les arbres à pousser.

Des immobilités qui aident l’eau à courir.



L’homme peut apprendre à aider les choses.

Peut-être que les choses alors apprendraient

à l’aider à mourir. »
Commenter  J’apprécie          532
Roberto Juarroz
Piatka   19 octobre 2017
Roberto Juarroz
Le poète est un marginal et un exilé : c’est dans cette position-là, précisément, qu’il peut s’adresser à l’homme. Le poète n’enseigne rien : il crée, et il partage. La poésie consiste à être, et c’est en cela qu’elle offre l’ultime planche de salut en un monde qui se noie.



Poésie et création, 1980
Commenter  J’apprécie          525
Fabinou7   19 juillet 2020
Poésie verticale de Roberto Juarroz
"Quand tu dors

je te redécouvre.

Et je voudrais m'en aller avec toi

au lieu d'où vient cette caresse."
Commenter  J’apprécie          490
Roberto Juarroz
sabine59   20 août 2018
Roberto Juarroz
Je me suis réveillé, un morceau de rêve entre les mains,

et n'ai su que faire de lui.

J'ai cherché alors un morceau de veille,

pour habiller le morceau de rêve,

mais il n'était plus là.

J'ai maintenant un morceau de veille entre les mains

et ne sais que faire de lui.



A moins de trouver d'autres mains

qui puissent entrer avec lui dans le rêve.



(" Sexta poesia vertical")
Commenter  J’apprécie          450
Fabinou7   08 août 2020
Poésie verticale de Roberto Juarroz
« Je pense qu’en ce moment

personne peut-être ne pense à moi dans l’univers,

que moi seul je me pense,

et si maintenant je mourais,

personne, ni moi, ne me penserait.



Et ici commence l’abîme,

comme lorsque je m’endors.

Je suis mon propre soutien et me l’ôte.

Je contribue à tapisser d’absence toutes choses.



C’est pour cela peut-être

que penser à un homme

revient à le sauver. »
Commenter  J’apprécie          442
Piatka   03 mai 2018
Poésie verticale de Roberto Juarroz
Inaugurer la transparence,


voir à travers un corps, une idée,


un amour, la folie,


distinguer sans obstacle l’autre côté,


traverser de part en part


l’illusion tenace d’être quelque chose.


Non seulement pénétrer du regard dans la roche


mais ressortir aussi par son envers.



Et plus encore :


Inaugurer la transparence


c’est abolir un côté et l’autre


et trouver enfin le centre.


Et c’est pouvoir suspendre la quête


parce qu’elle n’est plus nécessaire,


parce qu’une chose cesse d’être interférence


parce que l’au-delà et l’en deçà se sont unis ;



Inaugurer la transparence


c’est te découvrir à ta place.

Commenter  J’apprécie          430
Roberto Juarroz
Piatka   20 mai 2018
Roberto Juarroz
ÉCRIRE UN POÈME SUR RIEN



Ecrire un poème sur rien,

où toutes les transparences peuvent flotter,

ce qui n’a jamais connu la condamnation de l’être,

ce qui l’a abandonné déjà,

ce qui est sur le point de commencer

et ne commencera peut-être jamais.



Et l’écrire avec rien ou presque rien,

avec l’ombre des mots,

les espaces oubliés,

un rythme qui se détache à peine du silence,

et un silence marqué dans un point

de l’autre côté de la vie.



Un poème sur rien et avec rien.

Peut-être que tous les poèmes

passés, futurs ou impossibles

pourraient tenir en lui,

au moins un instant chacun

comme s’ils se reposaient dans sa forme,

dans sa forme ou son rien.



Quatorzième poésie verticale
Commenter  J’apprécie          392

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Voyage en tableau

Le Pèlerinage à l'île de Cythère : les amoureux s'apprêtent-ils à embarquer pour Cythère, ou sont-ils au contraire sur le point de quitter l'île de l'amour ? Ce chef-d'oeuvre au sujet encore discuté fut le Morceau de réception de l'artiste à l'Académie, si nouveau qu'on inventa pour lui le terme de "fête galante". (1717)

François Boucher
Jean Antoine Watteau

10 questions
362 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..