AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.12 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) : 1952
Biographie :

Dès 1989 Roberto Scarpinato s’engage dans le pool anti-mafia de Palerme et travaille avec Giovanni Falcone et Paolo Borsellino.
Au Parquet de Palerme, il dirige les départements Mafia-économie, Mafia de Trapani et Criminalité économique.
Procureur au cours du procès Andreotti, Scarpinato a instruit les plus importants procès menés contre la mafia et ses liens au sein du monde politique et institutionnel.
Il est, depuis 2010, procureur général auprès de la cour d’appel de Caltanissette, en charge des enquêtes relatives aux assassinats politico-mafieux de 1992 et 1993. Mémoire historique de la justice anti-mafia, il est également l’auteur, avec Saverio Lodato, de Il ritorno del Principe aux éditions Chiarelettere (Milan, 2008).
Roberto Scarpinato vit sous protection policière depuis plus de vingt ans.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les débats du Mucem. Roberto-Scarpinato .
Conférence du juge Roberto Scarpinato dans le cycle que le MUCEM consacre à la peur.


Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2   08 avril 2015
Le Retour du Prince: Pouvoir et criminalité de Roberto Scarpinato
Si l’État naît du dépassement des pouvoirs et des organisations privés par la constitution d’une entité supérieure, jouant le rôle de médiateur entre ces pouvoirs privés au nom de l’intérêt général, l’État meurt ou commence à mourir lorsque ces mêmes pouvoirs se l’approprient et le plient à leur propre logique. Dès lors, la force devient le seul principe régulateur des rapports sociaux. L’ensemble du coût social des transactions passées entre les différentes tribus, dans l’intérêt exclusif de leurs propres membres, retombe alors sur ceux qui n’appartiennent à aucune tribu sociale forte – comme c’est le cas aujourd’hui des jeunes précaires, des chômeurs, des personnes âgées sans revenus, des marginaux et de millions de citoyens.
Commenter  J’apprécie          20
Bazart   08 septembre 2011
Le dernier des juges de Roberto Scarpinato
Paradoxalement, les institutions devraient garantir le droit à la fragilité des individus.

Le droit, en somme de ne pas renoncer à sa propre humanité.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   08 avril 2015
Le Retour du Prince: Pouvoir et criminalité de Roberto Scarpinato
Ces démons, je les ai longuement fréquentés. Lorsqu’on me demande quel type de vie je mène, j’ai coutume de répondre que je fréquente des assassins et des complices d’assassins.

En effet, tout ce temps passé à les interroger dans les prisons, à écouter leurs conversations enregistrées, à renouer les fils de tant de délits, a dévoré une grande partie de ma vie.

Au début, je croyais devoir me confronter à une sorte d’empire du mal, un monde étranger qu’il me fallait traverser, juste le temps nécessaire, avant de réintégrer le monde des honnêtes gens, des personnes dites « normales ».

Puis, peu à peu, la ligne de démarcation est devenue floue, jusqu’à s’effacer pratiquement.

Poursuivant leurs traces, j’ai pu me rendre compte à maintes reprises que le monde des assassins communiquait, par mille portes tournantes, avec les salons feutrés et insoupçonnables où le pouvoir s’abrite. J’ai dû prendre acte du fait que ces gens ne parlaient pas forcément d’une voix criarde et ne portaient pas toujours les stigmates du peuple. Qu’au contraire, les pires d’entre eux avaient fréquenté les mêmes écoles que nous. On pouvait les croiser dans les milieux les plus aisés et, parfois, les voir à l’Église se battre la poitrine aux côtés de ceux qu’ils avaient déjà condamnés à mort.

Avec le temps, j’ai fini par comprendre que le monde des assassins n’est autre que le « hors-scène » du monde où tant de sépulcres blanchis se donnent en représentation.

Voilà pourquoi ce livre raconte des histoires « obscènes », histoires qui, de par leur enchevêtrement dans les domaines de la mafia, de la corruption et du terrorisme politique, peuvent offrir une clef de compréhension de certaines pages cruciales du passé, et permettre de déchiffrer le présent et l’avenir… ou peut-être l’absence d’avenir de mon pays.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Roberto Scarpinato (18)Voir plus


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur