AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 409 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , le 12/06/1931
Mort(e) à : Londres , le 30/07/1994
Biographie :

Robert William Arthur Cook dit Robin Cook est un écrivain britannique, auteur de roman noir.

À cause de l'écrivain de polars médicaux Robin Cook (1940), il doit adopter le pseudonyme de Derek Raymond pour le marché anglo-saxon. En France, il continua d'être édité sous son vrai nom, ce qui causa quelque confusion avec son homonyme.

Fils de bonne famille (un magnat du textile), il passe sa petite enfance à Londres, puis dans le Kent pendant la guerre. Après un bref passage au Collège d'Eton, il fait son service militaire, puis travaille quelque temps dans l'entreprise familiale, comme vendeur de lingerie.

Il passe les années 50 successivement : à Paris au Beat hotel (où il côtoie William Burroughs et Allen Ginsberg) et danse dans les boites de la Rive gauche; à New York, où il se marie et monte un trafic de tableaux vers Amsterdam; en Espagne, où il séjourne en prison pour ses propos sur le général Francisco Franco dans un bar.
Tour à tour croupier, vendeur de photos porno, reporter couvrant la guerre d'Algérie, chauffeur de taxi à Londres, viticulteur en Italie et ouvrier agricole dans l'Aveyron, Robin Cook survivra à la rupture. En 1974, il s'installe près de Millau, où il écrira la majeure partie de ses romans.

Signée Robin Cook, son premier roman, intitulé "Crème anglaise" (The Crust on its Uppers, 1962), le récit sans concessions d'une descente aux enfers délibérée d'un homme dans le milieu des truands londoniens, obtient à sa publication un succès de scandale immédiat.

Suivront des romans de plus en plus noirs et d'un réalisme sordide quasi documentaire, notamment "Quelque chose de pourri au royaume d'Angleterre" (A State of Denmark , 1970), "Comment vivent les morts" (How The Dead Live, 1986) ; "Cauchemar dans la rue" (Nightmare In The Street, 1988) ; "J'étais Dora Suarez" (I Was Dora Suarez, 1990) et "Quand se lève le brouillard rouge" (Not Till the Red Fog Rises, 1994).

Son autobiographie, "The Hidden Files", publiée en 1992, est parue en français sous le titre "Mémoire vive" (1993).

En 1985, Jacques Deray réalise "On ne meurt que deux fois", d'après le roman de Robin Cook (He Died With His Eyes Open, 1984), avec Michel Serrault et Charlotte Rampling.

L'auteur britannique est décédé d'un cancer.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Bande-annonce de "On ne meurt que deux fois" de Jacques Deray avec Michel Serrault, Charlotte Rampling.

Citations et extraits (293) Voir plus Ajouter une citation
Sebthocal   17 avril 2018
J'étais Dora Suarez de Robin Cook (II)
Je voulais préserver le sens de ma dignité, mais c'est la chose la plus difficile à conserver quand on est pauvre.



Page 163, Rivages/Thriller, 1990.
Commenter  J’apprécie          802
Sebthocal   14 avril 2018
J'étais Dora Suarez de Robin Cook (II)
Elle ne s'était jamais véritablement demandé si la longue et pénible histoire de sa vie avait eu le moindre intérêt, ni même le moindre sens. Mais, en revanche, elle avait toujours supposé qu'elle possédait un certain droit sur son propre corps : celui de le donner ou de le refuser tant qu'il méritait encore qu'on le regarde, et celui de continuer à y vivre après qu'il eut cessé d'être désirable.



Page 9-10, Rivages/Thriller, 1990.
Commenter  J’apprécie          640
Nastasia-B   21 mars 2020
Mémoire vive de Robin Cook (II)
Ce serait une grave erreur de dire que nous ne réfléchissons pas ici, au Bourg. Nous regardons l'existence à la manière d'un paysan qui examine la qualité d'un outil, le prix d'un cochon ou d'une bouteille, les qualités de telle ou telle graine de pomme de terre en fonction de son sol. Quoi qu'aiment en penser certains qui se trompent, les gens du village ne se laissent pas automatiquement tourner la tête par les idées venues de Paris pour la simple raison qu'ils ne lisent pas Tolstoï ou Sartre, mais préfèrent regarder Les Chiffres et les Lettres à la télé, jouer à la pétanque, ou se soûler à mort à la discothèque du coin le vendredi soir. En réalité, les gens du village sont aussi crédules et malins que ses dirigeants, à cette grande différence près que les erreurs que nous pouvons commettre dans nos choix personnels ne coûtent quasiment rien au pays, alors que le même genre de bourde de la part d'un ministre, un type ni plus intelligent ni plus stupide que le villageois, peut entraîner le pays dans un joli pétrin.



Chapitre 15.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
Sebthocal   16 avril 2018
J'étais Dora Suarez de Robin Cook (II)
Vous êtes en train de contempler une vision de l'enfer ; ce que vous voyez, c'est la vérité que l'opinion publique, en Graande-Bretagne, refuse de voir imprimée noir sur blanc.



Pages 237-238, Rivages/Thriller, 1990.
Commenter  J’apprécie          460
jeranjou   06 avril 2013
Les mois d'avril sont meurtriers de Robin Cook (II)
" Si vous voulez bien manger en Angleterre, prenez trois breakfasts "





Citation du dramaturge anglais Somerset Maugham que je poste en hommage à l’humour de Cook très porté sur les jeux de mots ayant trait à la nourriture et à la cuisine britannique.

Commenter  J’apprécie          443
Sebthocal   15 avril 2018
J'étais Dora Suarez de Robin Cook (II)
Il n'avait pas la moindre idée de ce que signifiait le terme "culpabilité". Il se contentait d'obéir à sa propre force, à ses impulsions.



Page 14, Rivages/Thriller, 1990.
Commenter  J’apprécie          441
jeranjou   22 avril 2013
Les mois d'avril sont meurtriers de Robin Cook (II)
- Ce que je n’aime pas, moi, dit Bowman, en virant au rouge, ce sont les petits gradés qui s’imaginent en avoir dans le citron.

- Les hauts gradés qui n’ont rien dedans, c’est encore pire.







Relation acidulée entre le sergent et son supérieur hierarchique, l'inspecteur Bowman
Commenter  J’apprécie          430
jeranjou   16 avril 2013
Les mois d'avril sont meurtriers de Robin Cook (II)
- D’accord alors, finit-il par dire. Tentons le coup. Mais s’il y a quelque chose qui foire, c’est ma tête dans la corbeille.

- Oh, vous vous y ferez. La mienne est presque toujours dans une corbeille. Elle n’attend plus que la sauce persillée.





Monsieur Cook toujours en pleine cuisine…

Commenter  J’apprécie          340
jeranjou   14 mai 2014
Le mort à vif de Robin Cook (II)
La vie est comme un article tout empaqueté, de qualité médiocre sous un emballage envahissant. C’est à peine croyable ; le temps qu’on arrive à s’ouvrir l’esprit, il est temps de mourir.
Commenter  J’apprécie          343
andreas50   16 novembre 2018
Bombe surprise de Robin Cook (II)
L'être qui se fait dieu, ne fait que des bêtises sous les cieux.
Commenter  J’apprécie          350

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Il fait chaud

Cet auteur suisse a signé un polar intitulé Chaleur:

C. F. Ramuz
Joseph Incardona
Martin Suter

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : chaleur , canicule , soleil , ete , littérature , romans policiers et polars , adapté au cinéma , cinema , Actrices , acteur , vacancesCréer un quiz sur cet auteur