AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.51/5 (sur 49 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Chambéry , le 02/07/1970
Biographie :

Écrivain et sociologue (thèse de doctorat en 1999), Rodolphe Christin vit actuellement au pied des Alpes.

Ajouter des informations
Bibliographie de Rodolphe Christin   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le tourisme : un anti voyage - Rodolphe Christin mars 2019


Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Comprendre le monde pour s'en dégager; vous désignez cette entreprise comme essentielle si l'on souhaite se déprendre de l'emprise de la société. Cette intention va à l'encontre des conditionnements les plus courants qui ne forment que des légions de morts-vivants. C'est une invitation à vivre, enfin vivre, sans se comporter en automate de la reproduction sociale. Contre la mauvaise religion de l'avoir, parvenir à insuffler de l'être dans le quotidien, se nourrir de la banalité des jours pour en déceler la lumière. Avec la joie de sentir, une énergie nouvelle enflamme l'existence, elle devient la suprême récompense. Cette joie inspire la dérision qui défait avec humour les faux-semblants. L'émancipation est possible au prix d'une lucidité qui enchante la vie la plus simple, après avoir désenchanté le règne du spectacle et détruit ses illusions.
Commenter  J’apprécie          90
On parla, au fil des temps, de démocratisation des voyages, sans se rendre compte que, bien des années plus tard - aujourd'hui -, la démocratie deviendrait pour beaucoup soluble dans la consommation. Et le le tourisme devint consommation, élément majeur du devenir-économie du monde.
Désormais, la libération initiale, devenue la norme, se fait oppressante : elle martyrise natures et sociétés humaines, opprime l'esprit des voyages et transforme l'hospitalité des lieux en prestations, les habitants en prestataires, les paysages en décors. Voilà où l'on est arrivé.
Commenter  J’apprécie          91
L'ampleur de la servitude échappe bien souvent au travailleur tant celui-ci trouve désirable de louer sa force et son intelligence en contrepartie d'un salaire, pour, quelque soit son montant, gagner une vie au bout du compte misérable, aliénée de part en part.
Seul un homme asservi accepte d'être réduit à une fonction professionnelle. L'homme libre, ayant réfléchi à ce qui fait la valeur de son être, assume sereinement de vivre hors fonction et d'être hors service.
Commenter  J’apprécie          90
« L'un des paradoxes du tourisme d'aujourd'hui est de tuer ce dont il vit, en véritable parasite mondophage. Celui-ci préfère le divertissement à la diversité ; le premier est en effet plus confortable car il ne remet rien en cause. Ainsi le touriste déclare son amour à cette planète dans ses moindres recoins, et, ce faisant, il contribue à l'épuiser impitoyablement. »
Commenter  J’apprécie          90
[…], le touriste doit ignorer ([…]) les coulisses notamment économiques ([…]), de la production de son plaisir. De l'autre, le manager de produits touristiques doit provoquer l'illusion d'un monde parfait et paradisiaque sans jamais autoriser l'accès de son client au dessous des affaires.
Commenter  J’apprécie          90
Le sentiment de liberté touristique réside dans le fait que, quelques semaines par an, le touriste s'imagine rentier. Libre d'utiliser son temps à sa guise et, une fois n'est pas coutume, de se faire servir par d'autres, qui eux sont au travail.
Commenter  J’apprécie          90
« Une faible proportion de personnes dans le monde dispose de smoyens d'être des touristes. Comme l'automobiliste (80% de la population mondiale n'utilise pas encore de voiture), le touriste est un marginal destructeur. Loin d'être si généralisé que cela, le tourisme apparaît donc bien comme la pratique de celles et ceux qui disposent de suffisamment de ressources économiques pour jouir du monde sans entraves. Il est le luxe d'un minorité dont l'impact concerne une majorité, parce que cette minorité tente d'aller partout et que partout on cherche à attirer son pouvoir d'achat. Son pouvoir d'achat plutôt que sa bonne mine, n'en déplaise aux idéalistes. »
Commenter  J’apprécie          80
Rodolphe Christin
Si le temps libre est merveilleux lorsqu'il est imprévu, l'est-il encore autant - libre et merveilleux - lorsque tout y a été programmé? Pas sûr. Ainsi va désormais le tourisme, cheminant de standard en standard, de guichet en guichet.
Commenter  J’apprécie          80
« Le vrai voyage n'est-il pas dans l'aller simple ? Se laisser embarquer au gré des routes terrestres, ferroviaires, maritimes, bifurquer lorsqu'on ne s'y attend pas. Eloge de la lenteur. Bonheur ineffable de se trouver en transit en mouvement, entre deux points. Eprouver physiquement la distance, découvrir l'entre-deux, se retrouver à Pétaouchnock... »
Commenter  J’apprécie          70
Les frontières étaient devenues des procédures. Des impossibilités de papier. Une angoisse permanente empoignait les migrants face à l'idée de ne pas pouvoir afficher un visage en papier, en bonne et due forme. Derrière les papiers se tenaient des hommes en gilet pare-balles et des chiens. Toujours.
Ils parlaient d'identité nationale au milieu des visages multicolores. Ils parlaient d'identité nationale alors que les intérêts de l'Économie traversaient allègrement les frontières, entraînant les ressources humaines dans leur sillage. Les guerres produisaient des flots d'errants. La migration devenait une nécessité existentielle et simultanément une impossibilité de papier.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Rodolphe Christin (83)Voir plus

Quiz Voir plus

Gabriel Garcia Marquez ou Mario Vargas Llosa

Les Funérailles de la Grande Mémé, 1962

Garcia Marquez
Vargas Llosa

12 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaineCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..