AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 209 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Reims , le 03/03/1913
Mort(e) à : Kremlin-Bicêtre , le 21/12/1978
Biographie :

Issu d'une famille de la petite bourgeoisie rémoise, Roger Caillois fit ses études secondaires au lycée de Reims. Il se lia pendant ses années de lycée à Roger Gilbert-Lecomte et au groupe du "Grand Jeu".

Installé à Paris avec sa famille à la fin des années 20, il fit à Louis-le-Grand son hypokhâgne et sa khâgne, condisciple de Jacques de Bourbon Busset, André Chastel et Pierre Grimal Admis à l'École normale supérieure en 1933, il fut proche un temps des surréalistes, avant de rompre avec le mouvement en 1934.

Agrégé de grammaire, auditeur à l'École pratique des hautes études, il allait développer une pensée originale, nourrie de sociologie et d'anthropologie, vouée notamment à l'exploration du sacré. Auteur, dès avant la guerre, de deux essais intitulés Le Mythe et l'Homme et L'Homme et le Sacré, Roger Caillois fondait en 1938 avec Georges Bataille le collège de Sociologie. Son nom, à cette époque est lié à plusieurs activités de l'extrême-gauche antifasciste.

Sa rencontre avec la femme de lettre argentine Victoria Ocampo devait le conduire, en juillet 1939, à quitter la France pour l'Argentine, où il demeura toute la durée de la guerre. De retour en France à la Libération, Roger Caillois devait renoncer progressivement à ses engagements politiques pour se consacrer à son œuvre et à ses activités littéraires. Il divorce de son épouse Yvette (1914-2008) peu de temps après leur retour de Buenos Aires, en 1945.

Caillois est nommé haut fonctionnaire à l'Unesco dès 1948, où il occupe la direction de la division des lettres, puis du développement culturel en lançant chez Gallimard la collection "Croix du Sud" spécialisée dans la littérature sud-américaine.

En 1952 il fondait enfin Diogène, revue à vocation internationale et pluridisciplinaire financée par l'Unesco, qu''il dirigea jusqu'à sa mort avec l'aide de Jean d'Ormesson.

En 1957, il épouse en secondes noces Alena Vichrova (de nationalité slovaque), rencontrée à l'Unesco.

Roger Caillois fut élu à l'Académie française le 14 janvier 1971.
+ Voir plus
Source : www.academie-francaise.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo

Chronique de Max Pol Fouchet sur le livre "Poétique de Saint John Perse" de Roger Caillois
A l'occasion de la sortie de l'essai critique de Roger CAILLOIS consacrée au poète Saint John Perse, intitulée "L'oeuvre poétique de Saint John Perse", Max Pol FOUCHET présente le poète.
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (135) Voir plus Ajouter une citation
Roger Caillois
glennherbertgould   31 mars 2017
Roger Caillois
Il n’y a pas d’efforts inutiles, Sisyphe se faisait les muscles.
Commenter  J’apprécie          282
Roger Caillois
colimasson   05 décembre 2014
Roger Caillois
Et voici que la poésie se distingue de la prose par une double dégradation. Après la rime, elle perd la raison. Un philosophe de Koenigsberg avait déjà parlé d’une colombe qui, agacée par la résistance de l’air, s’imagina qu’elle volerait mieux dans le vide.
Commenter  J’apprécie          240
Luniver   18 février 2014
Les jeux et les hommes de Roger Caillois
Le jeu suppose certes la volonté de gagner, en utilisant au mieux ces ressources et en s'interdisant les coups prohibés. Mais il exige davantage : il faut enchérir de courtoisie sur l'adversaire, lui faire confiance par principe et le combattre sans animosité. Il faut encore accepter d'avance l'échec éventuel, la malchance ou la fatalité, consentir à la défaite sans colère ni désespoir. Qui se fâche ou se plaint se discrédite. En effet, là où toute nouvelle partie apparaît comme un commencement absolu, rien n'est perdu et le joueur, plutôt que de récriminer ou de se découvrir, a lieu de redoubler son effort.
Commenter  J’apprécie          191
colimasson   03 février 2017
Approches de l'imaginaire de Roger Caillois
Un héros est grand pour avoir eu des monstres à combattre avant de l’être pour les avoir vaincus. Il n’est rien à espérer de ceux qui n’ont rien en eux à opprimer.
Commenter  J’apprécie          170
colimasson   07 avril 2017
Approches de l'imaginaire de Roger Caillois
Auparavant, l’œuvre d’art, faite seulement pour la beauté et la postérité, naissait dans un monde qui ne l’intéressait nullement, mais où elle avait une place marquée d’avance et dont elle participait tout naturellement à un tel point qu’elle en adoptait nécessairement le style distinctif.
Commenter  J’apprécie          160
colimasson   19 janvier 2017
Approches de l'imaginaire de Roger Caillois
Ce que clament ces « clercs » sans église se perd dans le tumulte de la place publique, où, à leur exemple, chacun fait la leçon, se flattant mêmement d’être le verbe de la justice et du droit, sans assurer son crédit par rien qui distingue sa vie de celle du troupeau. On les prend parfois à déplorer que leur parole demeure lettre morte tout en se félicitant de vivre en un temps d’heureuse tolérance où la parole n’expose plus au bûcher comme si l’un n’impliquait pas l’autre, comme s’il était naturel que la foule écoutât docile et recueillie des mots qui coûtent peu à ceux qui les prononcent et qui ne les engagent à rien.
Commenter  J’apprécie          151
Julian_Morrow   19 novembre 2019
Bellone ou la pente de la guerre de Roger Caillois
L’avènement de la démocratie est virtuellement celui de la guerre totale.



(p.108)
Commenter  J’apprécie          1711
coco4649   18 décembre 2018
Pierres de Roger Caillois
Dédicace





Extrait 6



  Comme qui, parlant des fleurs, laisserait de côté aussi bien la botanique que l’art des jardins et celui des bouquets – et il lui resterait encore beaucoup à dire – ainsi, à mon tour, négligeant la minéralogie, écartant les arts qui des pierres font usage, je parle des pierres nues, fascination et gloire, où se dissimule et en même temps se livre un mystère plus lent, plus vaste et plus grave que le destin d’une espèce passagère.



Janvier 1966
Commenter  J’apprécie          130
Luniver   20 février 2014
Les jeux et les hommes de Roger Caillois
Telle est sans doute la séduction tenace de la chance que les systèmes économiques qui, par nature, l'abominent le plus, doivent néanmoins lui consentir une place, il est vrai restreinte, déguisée et comme honteuse. L'arbitraire du sort demeure, en effet, la contrepartie nécessaire de la compétition réglée. Celle-ci établit sans discussion possible le triomphe décisif de toute supériorité mesurable. La perspective d'une faveur imméritée réconforte le vaincu et lui laisse un ultime espoir. Il a été défait dans un combat loyal. Pour expliquer son échec, il ne saurait invoquer aucune injustice. Les conditions de départ étaient les mêmes pour tous. Il ne peut s'en prendre qu'à sa seule incapacité. Il n'aurait plus rien à attendre, s'il ne lui restait, pour équilibrer son humiliation, la compensation, d'ailleurs infiniment improbable, d'un sourire gratuit des puissances fantasques du sort, inaccessibles, aveugles, implacables, mais qui, par bonheur, ignorent la justice.
Commenter  J’apprécie          120
colimasson   28 février 2017
Approches de l'imaginaire de Roger Caillois
[A propos des sectes]



Ce gout de l’ombre et du pouvoir, cet appétit d’ordonner le monde suivant de plus fortes lois, sont-ils donc permanents ? D’où viennent en tout cas de si longues et constantes inquiétudes ? Voici des questions auxquelles il me semble urgent de trouver réponse.
Commenter  J’apprécie          132

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..