AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 73 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 28mai 1912
Mort(e) à : Paris , 1986
Biographie :

Roger Ikor, né le 28 mai 1912 à Paris et mort en 1986, est un écrivain français, lauréat du prix Goncourt en 1955.

Il a été élève et professeur de lettres au lycée Condorcet ainsi qu'au Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine. En juin 1940, il est fait prisonnier de guerre.

Il sera envoyé dans l'Oflag II-D (Poméranie) où il fabriquera un journal clandestin.

Condisciple de Georges Pompidou en khâgne. Les deux hommes resteront toujours en contact.

Marqué par la mort de son fils qui se suicide par pendaison chez eux, après avoir adhéré à l'enseignement Zen macrobiotique.

Il décédera à la suite d'un coma de huit mois.

Roger Ikor mènera, jusqu'à sa mort ,une lutte contre le phénomène sectaire.

Il fondera à cet effet le Centre Contre les Manipulations Mentales (CCMM).
+ Voir plus
Source : Biographie
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo

Le prix Goncourt 1955
Armand LANOUX évoque le testament des Goncourt. Insert=la remise du prix Goncourt en 1955 a Roger IKOR- déjeuner chez drouant-Bernard BUFFET dessinant les membres du jury.
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Cricri124   11 mai 2017
Les eaux mêlées de Roger Ikor
Que représentent les frontières, sinon des lignes imaginaires tracées par la folie humaine ? Tolstoï l’a bien dit, les hommes sont partout les mêmes, et seule la société établit entre eux dès barrières artificielles.
Commenter  J’apprécie          335
Cricri124   05 août 2017
Les eaux mêlées de Roger Ikor
Les eaux mortes, les eaux vives ; les eaux croupissantes, les eaux renouvelées, brassées, mêlées ; mêlées, brassées, renouvelées comme cette foule que voici et qu’on appelle le peuple de France… Qui refuse le mouvement et ses périls s’étiole, dégénère et meurt. Les abeilles essaiment, les oiseaux, les poissons émigrent ; le rosier transplanté se renforce. Où ne souffle aucun vent, où ne coule aucune eau neuve, la vie s’éteint. Étranger ? Quel être vivant ne fut pas un jour l’étranger de quelqu’un quelque part ?
Commenter  J’apprécie          300
Cricri124   30 juillet 2017
Les eaux mêlées de Roger Ikor
Pourquoi, mais pourquoi les hommes sont-ils si méchants ? Pourquoi s’acharnent-ils à massacrer la vie qui pourrait être merveilleusement bonne ? Satan conduit le bal, comme dit la chanson, et les génies de l’humanité, les Tolstoï, les Gandhi, les Victor Hugo, parlent dans le désert, parmi les ricanements des hyènes…
Commenter  J’apprécie          282
Cricri124   02 août 2017
Les eaux mêlées de Roger Ikor
Devant lui, vaste et souple comme la mer, une forêt moutonnait jusqu’aux collines de l’horizon. Au bas de la falaise, presque à portée de bond, semblait-il, tant la pente était à pic, la Seine s’étirait, se prélassait, bien à l’aise dans son lit bien large ; elle prenait tout son temps pour arrondir son cours, on la sentait heureuse de flâner dans ce pays, et pas du tout pressée d’en sortir. Avec une indulgence paresseuse et maternelle, une espèce de volupté de femme grasse, elle accueillait ces péniches épaisses comme des troncs d’arbres, et ces petits bateaux à voile qui faisaient si gentiment joujou.
Commenter  J’apprécie          260
Cricri124   14 mai 2017
Les eaux mêlées de Roger Ikor
Il avait l’impression qu’en ce lieu privilégié, l’homme et la nature opèrent leur mariage le plus heureux. L’homme maîtrise la nature, mais ne la viole pas, elle reste souveraine en ce fleuve majestueux, en ce vaste paysage d’eau, de pierre, de fer, et d’arbres. Usines, maisons, machines, bateaux, toutes les œuvres humaines baignent ici dans lumière et nourrissent la joie la plus exaltante qui soit, celle de la création saine et libre. Dans la ville, au contraire, tout est mornement frénétique, tout grouille, tout pue, car la nature y a été tuée.
Commenter  J’apprécie          233
Cricri124   08 mai 2017
Les eaux mêlées de Roger Ikor
Celui qui n’a plus de désirs n’a plus de volonté.
Commenter  J’apprécie          245
nelly76   15 décembre 2019
Les eaux mêlées de Roger Ikor
Le fleuve coulait vers la mer.

Le peuplier soudain se haussa sur ses racines,puis se coucha, écrasant sa ramure. La Seine s'aplatit,plus large,plus grise,sauvage.Brutalement découverts, les champs nus tressaillirent, et aussitôt perdirent leur âme ; Par la brèche, on ne vit plus qu'une plaine qui s'étendait ,anonyme, industrielle,entre un fleuve et une forêt.
Commenter  J’apprécie          80
lecassin   07 novembre 2012
Les eaux mêlées de Roger Ikor
Quand on a été comme tout le monde, il n'est pas très commode de devenir comme personne.
Commenter  J’apprécie          80
lecassin   07 novembre 2012
Je porte plainte de Roger Ikor
A vrai dire, dans l’état présent du monde, rien ne me paraît plus mortel que d’en appeler aux passions, même bonnes.
Commenter  J’apprécie          70
nelly76   18 décembre 2019
Les eaux mêlées de Roger Ikor
Yankel Mykhanowitzki trottait sur la route de crête.Il n'avait plus d'âge. Il avait dépassé l'âge de mourir. Un pas encore,un pas sur la route. Et un autre pas .Pourquoi s'arrêter ici plutôt que là ? Pourquoi mourir aujourd'hui plutôt qu'hier? La vie est bonne ,non? Alors? (Page 702).

9 janvier 1955
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
36 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur