AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.98 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Pinsac (Lot) , le 17/11/1899
Mort(e) à : Paris , le 22/01/1952
Biographie :

Roger Vitrac était un poète et dramaturge français, surréaliste de la première heure jusqu'à son exclusion du mouvement en 1928.

Il fait ses études secondaires au lycée Buffon et commence à se passionner pour la poésie et le théâtre à travers la lecture de Lautréamont et d’Alfred Jarry tout en subissant l’influence du symbolisme.

Durant son service militaire, il prend part à la manifestation dadaïste de St-Julien-le-Pauvre, en avril 1917. Il rencontre Marcel Arland, René Crevel, André Dhôtel et Georges Limbour, avec qui il anime la revue "Aventure" (1921-1922) qui publie sa première pièce « Le Peintre ». Il participe aux dernières manifestations dadaïstes et se lie d’amitié avec André Breton en 1922. Rallié au mouvement surréaliste, il collabore aux premiers numéros de "La Révolution surréaliste".

Aux côtés d'Antonin Artaud, il fonde le théâtre Alfred-Jarry (1926-1930) qui fait son ouverture sur une représentation de Ventre brûlé ou la Mère folle (Antonin Artaud) au théâtre de Grenelle. Ses rapports avec les surréalistes se distendent et il est exclu du groupe, en même temps qu’Antonin Artaud, à la fin des années 1920.

Plusieurs de ses pièces, créées au théâtre Alfred-Jarry — comme Les Mystères de l'amour (1927) ou Victor ou les Enfants au pouvoir (1928), passent communément pour des chefs-d'œuvre du théâtre surréaliste.

À partir de 1931, il devient journaliste pour pouvoir continuer à mener sa carrière de dramaturge et mieux explorer le burlesque de ses mondes en dislocation.

Ainsi, en 1934, il rentre dans le lard du mariage et autres institutions sociales avec la pièce 'Coup de Trafalgar'. Il revient sur l'analyse psychologique en 1938 avec 'Les Demoiselles du large', puis expérimente une forme débridée d'humour avec 'Le Loup-Garou' et 'Le Sabre de mon père'.

Malgré sa créativité, Roger Vitrac ne rencontre pas le succès escompté de son vivant. Ce n'est qu'en 1962 qu'un certain Jean Anouilh lui assure un succès posthume en montant 'Victor ou les enfants au pouvoir'. Reprise en 2007, soit plus de 40 ans après Anouilh, la pièce et son auteur connaissent à une véritable renaissance.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Roger Vitrac   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le conseil de lecture d'Olivia Ruiz : « Victor ou les enfants au pouvoir » de Roger Vitrac


Citations et extraits (7) Ajouter une citation
LydiaB   25 mai 2010
Victor ou Les enfants au pouvoir de Roger Vitrac
Dans la salle à manger



Lili, dressant la table; Victor, la suivant.



Victor. - ...Et le fruit de votre entraille est béni.

Lili. - D'abord, c'est le fruit de vos entrailles, qu'il faut dire.

Victor. - Peut-être, mais c'est moins imagé.

Lili. - Assez, Victor! J'ai assez de ces conversations. Tu me fais dire des bêtises.

Victor. - Parce que tu es une vieille bête.

Lili. - Ta mère...

Victor. - ...est bien bonne.

Lili. - Si ta mère t'entendait...

Victor. - Je dis qu'elle est bien bonne. Ah! Ah! Elle est bien bonne! Bien, bien, bien bonne.

Lili. - Ai-je dit une plaisanterie?

Victor. - Eh bien, ne puis-je pas aimer ma mère?
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWO   07 octobre 2015
Victor ou Les enfants au pouvoir de Roger Vitrac
Ida Mortemart – Tu ne me reconnais pas ?

Émilie – Non.

Ida – Regarde-moi.

Émilie – Vous êtes ici chez madame Paumelle.

Ida- Moi je m'appelle Ida, n'es tu plus Émilie ?

Émilie – J'ai connu trois Ida dans ma vie. La première …

Ida – Moi, je suis la dernière, sans doute. Je m'appelle Ida

Mortemart.

Émilie – Ida Mortemart !

Ida – J'avais sept ans...

Émilie – J'en avais..

Ida – Tu en avais treize.

Émilie – Assieds-toi. Excuse-nous... Je ne pouvais pas

deviner. Comment t'aurais je reconnue ?

Ida – Moi, je t'ai reconnue tout de suite.

Émilie – Il y a si longtemps. Assieds-toi. Oh, pardon ! Que je

fasse les présentations. Le général Étienne Lonségur, madame

Magneau, sa petite fille Esther, mon mari, monsieur Paumelle,

et mon fils Victor. Assieds-toi.

Ida s'assied. Un grand silence.

Ida – C'est étrange, n'est-ce pas, de se rencontrer ainsi.
Commenter  J’apprécie          40
VACHARDTUAPIED   27 mars 2013
Victor ou Les enfants au pouvoir de Roger Vitrac
VICTOR – Rien… rien… je me parle à moi-même. Je me dis que je suis un salaud.

Comment ! On fête mes neuf ans ; tout le monde

se réunit dans la joie de bénir un si joyeux

évènement ; et je fais pleurer ma mère. Je rends

soucieux le meilleur des pères, j’empoisonne la

vie de madame Magneau, je provoque la folie

de son malheureux mari, je bafoue l’armée fran-

çaise. Quant à la bonne, je lui prête je ne sais

quelles complaisances. Jusqu’à Esther, la chère

petite, que je mêle à cette affaire immonde. ah,

mais à la fin, qui suis-je ? Suis-je transfiguré ?

ne m’appelé-je plus Victor ? Suis-je condamné

à mener l’existence honteuse du fils prodigue ?

Enfin, dites-le moi. Suis-je l’incarnation du vice

et du remords ? ah ! s’il en est ainsi, plutôt la

mort que le déshonneur ! Plutôt le sort tragique de l’enfant prodigue ! (Il se prend la tête

dans les mains.) Oui ouvrez toutes les portes !

Laissez-moi partir, et tuez le veau gras pour

mon vingt-cinquième anniversaire !

LE général – ah, Charles ! ceci est presque une

confession. Si j’étais prêtre, je dirais cet enfant

est possédé du diable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gill   17 avril 2012
Théâtre de Roger Vitrac
"Chez Tatave", 1919, 24 décembre

Un petit bistrot à Montmartre le 24 décembre 1919 à 6 1/2 du soir "Chez Tatave".

Comptoir en zinc disposé à droite de la scène, en diagonale.

Au fond peintures représentant un coin de la côte d'azur. Adossée au mur, une banquette de moleskine, tables, chaises.

A gauche la devanture vitrée donnant sur le boulevard où la fête bat son plein.

On distingue au travers des vitres un panneau où sont inscrites les spécialités de Tatave : vin de Cassis et de Cavalaire, côtes du Rhône, huîtres, oursins violets, moules, clovisses, etc.

Au premier plan à gauche et à droite de la scène, tables et chaises. De même à gauche et à droite de la devanture.

Téléphone au comptoir, phono à pavillon.

Au lever du rideau, Tatave est derrière son comptoir. Au zinc, un homme d'une quarantaine d'années aux vêtements fatigués et légèrement éméché. Au guéridon du fond, contre la devanture, Léa devant un café-crème, regarde au dehors les yeux vagues....

(lever de rideau de "le camelot")

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
morin   02 janvier 2017
Victor ou Les enfants au pouvoir de Roger Vitrac
VICTOR

Non, je ne peux pas faire l'amour.Aussi, avant d me quitter, dites-moi ce que c'est. Je sais tout sauf cela. et je ne voudrais pas mourir... n'est-ce pas,on peut mourir à tout âge...je ne voudrais pas mourir sans savoir.
Commenter  J’apprécie          30
gill   17 avril 2012
Théâtre de Roger Vitrac
Mai 1914. 5 heures du soir

Une loge de concierge, au premier étage d'un immeuble situé à Paris, dans le quartier Bonne-Nouvelle.

A droite une porte vitrée donnant sur l'escalier de l'immeuble et sur la cuisine.

A gauche, deux fenêtres sur la rue.

Ameublement sommaire : table, chaises, fauteuils, suspension.

Au lever du rideau, la fille de la concierge, Jeanne peigne, s'exerce au violon devant un pupitre.

Jeanne, chante en s'accompagnant du violon "C'est l'amour qui flotte dans l'air à la ronde".

En coup de vent, entre Mme Médard....

(lever de rideau de "Le coup de Trafalgar")

Commenter  J’apprécie          20
VampCruci   01 février 2014
Victor ou Les enfants au pouvoir de Roger Vitrac
LE GÉNÉRAL

Victor, viens près de moi. On voudrait te faire plaisir; on a neuf ans. Qu'est-ce qui lui ferait vraiment un grand, mais, là, un grand plaisir?

VICTOR

Vous promettez, général?

LE GÉNÉRAL

C'est tenu d'avance. Parole de soldat.

VICTOR

Eh bien, je voudrais jouer à dada avec vous.

LE GÉNÉRAL

Quoi?
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox