AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Roland Barthes (492)


bibliotheque-gemeaux   26 septembre 2012
Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes
"Suis-je amoureux? - Oui, puisque j'attends." L'autre, lui, n'attend jamais. Parfois, je veux jouer à celui qui n'attend pas; j'essaye de m'occuper ailleurs, d'arriver en retard; mais, à ce jeu, je perds toujours: quoi que je fasse, je me retrouve désoeuvré, exact, voire en avance. L'identité fatale de l'amoureux n'est rien d'autre que: je suis celui qui attend.
Commenter  J’apprécie          1441
Roland Barthes
Harioutz   09 juin 2019
Roland Barthes
Savoir qu’on n’écrit pas pour l’autre, savoir que ces choses que je vais écrire ne me feront jamais aimer de qui j’aime, savoir que l’écriture ne compense rien, ne sublime rien, qu’elle est précisément là où tu n’es pas – c’est le commencement de l’écriture.
Commenter  J’apprécie          1131
Elisanne   12 mai 2010
Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes
Savoir que l’on écrit pas pour l’autre, savoir que ces choses que je vais écrire ne me feront jamais aimer de qui j’aime, savoir que l’écriture ne compense rien,ne sublime rien ,qu’elle est précisément , ” là où tu n’es pas,”
c’est le commencement de l’écriture…”
Commenter  J’apprécie          950
Elisanne   13 février 2011
Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes
“L’entretien “

” Le langage est une peau: je frotte mon langage contre l’autre. C’est comme si j’avais des mots en guise de doigts, ou des doigts au bout de mes mots. Mon langage tremble de désir. L’émoi vient d’un double contact : d’une part, toute une activité de discours vient relever discrètement, indirectement, un signifié unique, qui est « je te désire », et le libère, l’alimente, le ramifie, le fait exploser (le langage jouit de se toucher lui-même) ; d’autre part, j’enroule l’autre dans mes mots, je le caresse, je le frôle, j’entretiens ce frôlage, je me dépense à faire durer le commentaire duquel je soumets la relation.”
Commenter  J’apprécie          920
Roland Barthes
Carosand   15 avril 2014
Roland Barthes
La littérature ne permet pas de marcher, mais elle permet de respirer.
Commenter  J’apprécie          901
moklos   19 septembre 2007
Leçon de Roland Barthes
Il est un âge où l’on enseigne ce que l’on sait ; mais il en vient ensuite un autre où l’on enseigne ce que l’on ne sait pas : cela s’appelle chercher. Vient peut-être maintenant l’âge d’une autre expérience : celle de désapprendre, de laisser travailler le remaniement imprévisible que l’oubli impose à la sédimentation des savoirs, des cultures, des croyances que l’on a traversées. Cette expérience a, je crois, un nom illustre et démodé, que j’oserai prendre ici sans complexe, au carrefour même de son étymologie : Sapienta : nul pouvoir, un peu de sagesse, un peu de savoir et le plus de saveur possible.
Commenter  J’apprécie          801
annie   26 mars 2012
Mythologies de Roland Barthes
« La France est atteinte d'une surproduction de gens à diplômes, polytechniciens, économistes, philosophes et autres rêveurs qui ont perdu tout contact avec le monde réel. »
Commenter  J’apprécie          710
Roland Barthes
Fabinou7   25 février 2019
Roland Barthes
“Etre avec qui on aime et penser à autre chose : c’est ainsi que j’ai les meilleurs pensées.”
Commenter  J’apprécie          638
monalisa13   20 juillet 2010
Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes
attente:passe temps millénaire de l'humanité.
un mandarin était amoureux d'une courtisane."je serai à vous dit-elle lorsque vous aurez passé cent nuits à m'attendre assis sur un tabouret dans mon jardin, sous ma fenêtre"
mais à la quatre-vingt-dix- neuvième nuit, la mandarin se leva pris son tabouret sous son bras et s'en alla.
Commenter  J’apprécie          590
Roland Barthes
Jean-Daniel   21 octobre 2019
Roland Barthes
La littérature ne permet pas de marcher, mais elle permet de respirer.
Commenter  J’apprécie          580
Piatka   27 février 2015
Le plaisir du texte de Roland Barthes
C'est le rythme même de ce qu'on lit et de ce qu'on ne lit pas qui fait le plaisir des grands récits : a-t-on jamais lu Proust, Balzac, Guerre et paix, mot à mot ? ( Bonheur de Proust : d'une lecture à l'autre, on ne saute jamais les mêmes passages. )
Commenter  J’apprécie          548
Roland Barthes
tamara29   08 juillet 2019
Roland Barthes
J’accorde une puissance énorme à l’acte d’écrire mais comme toujours l’acte d’écrire peut prendre différents masques.
Il y a des moments où on écrit parce qu’on pense participer à un combat. Cela a été le cas dans les débuts de ma carrière d’écrivain.
Puis, peu à peu, se dégage finalement la vérité, une vérité plus nue, si je puis dire, c’est que, on écrit parce que, au fond, on aime cela et parce que cela fait plaisir.
C’est donc pour un motif de jouissance qu’on écrit. Ce qui ne veut pas dire que dans cet acte de jouissance tout simplement, on ne rencontre pas les autres.
Commenter  J’apprécie          490
Piatka   18 février 2015
Le plaisir du texte de Roland Barthes
Tout le monde peut témoigner que le plaisir du texte n'est pas sûr : rien ne dit que ce même texte nous plaira une seconde fois ; c'est un plaisir friable, délité par l'humeur, l'habitude, la circonstance, c'est un plaisir précaire.
Commenter  J’apprécie          480
Elisanne   18 mai 2010
Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes
Le langage est une peau: je frotte mon langage contre l’autre
Commenter  J’apprécie          450
palamede   21 septembre 2018
Le plaisir du texte de Roland Barthes
L'endroit le plus érotique d'un corps n'est-il pas là où le vêtement bâille ? Dans la perversion (qui est le régime du plaisir textuel) il n'y a pas de “ zones érogènes ” (expression au reste assez casse-pieds) ; c'est l'intermittence, comme l'a bien dit la psychanalyse, qui est érotique : celle de la peau qui scintille entre deux pièces (le pantalon et le tricot), entre deux bords (la chemise entrouverte, le gant et la manche) ; c'est ce scintillement même qui séduit, ou encore : la mise en scène d'une apparition-disparition.
Commenter  J’apprécie          432
Roland Barthes
blanchenoir   18 novembre 2016
Roland Barthes
La littérature ne permet pas de marcher, mais elle permet de respirer.
Commenter  J’apprécie          391
PinkCatReading   20 avril 2010
Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes
JE T’AIME est sans nuances. Il supprime les explications, les aménagements, les degrés, les scrupules.
Commenter  J’apprécie          390
Roland Barthes
Piatka   07 septembre 2019
Roland Barthes
Le récit est présent dans tous les temps, dans tous les lieux, dans toutes les sociétés ; le récit commence avec l’histoire même de l’humanité ; il n’y a pas, il n’y a jamais eu nulle part aucun peuple sans récit ; toutes les classes, tous les groupes humains ont leurs récits, et bien souvent ces récits sont goûtés en commun par des hommes de culture différentes, voire opposées : le récit se moque de la bonne et de la mauvaise littérature : international, transhistorique, transculturel, le récit est là, comme la vie.

Introduction à l’analyse structurale du récit
Commenter  J’apprécie          370
Roland Barthes
colimasson   01 juillet 2013
Roland Barthes
Tout d’un coup, il m’est devenu indifférent de ne pas être moderne.
Commenter  J’apprécie          372
Roland Barthes
Jean-Daniel   13 décembre 2019
Roland Barthes
Le langage est une peau.
Je frotte mon langage
contre l'autre.
Comme si j'avais des mots
en guise de doigts
ou des doigts
au bout de mes mots.
Commenter  J’apprécie          340



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..