AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.04 /5 (sur 56 notes)

Nationalité : Finlande
Né(e) à : Ylitornio , le 07/01/1958
Biographie :

Rosa Liksom : Écrivaine finlandaise

Elle est née en 1958 dans un petit village situé près de Tornio en Laponie, sous le nom d’Anni Tylävaara. Liksom est un pseudonyme (signifiant « comme » en suédois). Rosa Liksom parcours l’Europe à partir de l’âge de 15 ans, commençant par la Scandinavie, la France, l’URSS où elle s’installe un temps. Serveuse dans des cafés pour « hippies-punk », dans les années 1980, Rosa Liksom profite des temps morts pour écrire des livres qui posent des questions : le refus du monde, l’exclusion sociale, l’espoir et l'amour dans un argot (celui des jeunes d’Helsinki) poétique. Son premier livre date de 1985 (Arrêt de nuit). Elle écrit surtout des nouvelles traduites dans une quinzaine de langues, mais elle a aussi publié un roman, Kreisland, non traduit en français. En parallèle à l’écriture, Rosa Liksom est également peintre.
+ Voir plus
Source : http://www.bibliomonde.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec Rosa Liksom à la librairie Ryst.


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
christinebeausson   29 novembre 2014
Noir Paradis de Rosa Liksom
J'ai touché mon visage, je ne l'ai pas trouvé. J'ai touché mon corps, mes jambes, mes coudes, je ne sentais rien. Je regardais ma poitrine, je touchais le vide. Je ressentais une angoisse profonde, la peur me prenait de cette solitude, de cet état invisible où seuls les morts savent marcher.
Commenter  J’apprécie          90
Fortuna   10 juillet 2014
Compartiment n°6 de Rosa Liksom
"Ma mère me donnait de la vodka chaque fois que j'étais malade. Je me suis habituée à son goût quand j'étais encore bébé. Je ne bois pas parce que je suis malheureux ou parce que je voudrais l'être encore plus, mais parce qu'un serpent, à l'intérieur de moi, le réclame à grands cris."
Commenter  J’apprécie          60
Fortuna   10 juillet 2014
Compartiment n°6 de Rosa Liksom
"Un autre Kolia dont les rêves ne s'étaient pas réalisés avait peint sur une pancarte, en lettres blanches sur fond rouge, la question : Qu'attend l'avenir radieux ? Il est ensuite allé se planter sur la place Rouge avec sa pancarte. Il a dû y rester à peu près trois minutes avant qu'une voiture de la milice vienne l'embarquer. Il a écopé de vingt-cinq ans, la durée du service militaire de nos ancêtres. Et il a été privé de ses droits civiques pour cinq ans. Qu'attend l'avenir radieux ! Même les pigeons de la place Rouge étaient morts de rire."
Commenter  J’apprécie          50
kathel   25 octobre 2013
Compartiment n°6 de Rosa Liksom
Au deuxième coup de cloche, elle vit arriver un homme vigoureux, aux oreilles en feuille de chou, vêtu d’une veste matelassée noire comme en portaient les ouvriers et d’une chapka blanche en hermine, ainsi qu’une belle femme brune et un adolescent qui ne la quittait pas d’une semelle. La mère et le fils, après lui avoir dit au revoir, partirent bras dessus, bras dessous vers le bâtiment de la gare. Le regard rivé au sol, l’homme tourna le dos au vent glacé, pinça une Belomorkanal, la porta à ses lèvres, l’alluma et la téta un moment avec avidité, écrasa son mégot sous sa semelle et resta là, debout, à grelotter. Au troisième coup de cloche, il sauta dans le train. La jeune femme le regarda s’éloigner dans le couloir d’un pas chaloupé, priant pour qu’il n’aille pas dans son compartiment. Vain espoir.
Commenter  J’apprécie          40
christinebeausson   01 décembre 2014
Noir Paradis de Rosa Liksom
Je me consacrais entièrement à mon travail, j'essayais d'être toujours parfait comme mari, amant, père de famille et même la nuit pendant mon sommeil. Un homme ne peut pas vivre comme ça éternellement.
Commenter  J’apprécie          50
GabySensei   17 septembre 2013
Compartiment n°6 de Rosa Liksom
A l'asile, Mitka avait dit que le socialisme tuait le corps et le capitalisme l'âme, mais que, dans ce lieu, le socialisme était aussi dangereux pour le corps que pour l'âme.



(P30)
Commenter  J’apprécie          50
christinebeausson   30 novembre 2014
Noir Paradis de Rosa Liksom
Ces montagnes couvertes de neige, cette eau qui l'entoure, ce sang gelé, cette viande puante seront aussi son avenir. Il ne connaîtra la vie que pour la perdre. Le garçon ramasse les morceaux de viande. Il les met dans une petite boîte en plastique, les porte à l'usine et rince dans l'eau froide ses pieds tâchés de sang.
Commenter  J’apprécie          30
Bazart   07 mars 2016
Compartiment n°6 de Rosa Liksom
« Après avoir hésité un instant, elle regagna sa place et s’assit sur sa couchette, face à l’homme qu’entourait un halo de froid. Ils restèrent silencieux, lui la dévisageant d’un air renfrogné, elle fixant, indécise, l’œillet en papier. Quand le train s’ébranla, le quatuor à corde n° 8 de Chostakovitch jaillit des haut-parleurs en plastique du compartiment et du couloir. »
Commenter  J’apprécie          10
maylibel   23 décembre 2014
Compartiment n°6 de Rosa Liksom
Seuls les gens qui ont peur de la mort valent la peine qu’on les tue. Dans le cas contraire, on ne fait que rendre service.

(p. 97)
Commenter  J’apprécie          20
Bazart   07 mars 2016
Compartiment n°6 de Rosa Liksom
"Au bout d’une semaine je redeviens un homme bien et je m’en vais picoler sur un chantier. J’y gagne en même temps un revenu minimum, qui naît comme de lui-même en un maximum de temps.Quand je suis privé de vodka je suis comme un cheval fou. »
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox