AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 209 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Bourne End, Buckinghamshire , le 03/02/1901
Mort(e) à : Clareville Grove, Londres , le 12/03/1990
Biographie :

Rosamond Nina Lehmann était une romancière britannique.

Son père, Rudolph Chambers Lehmann, était député libéral et rédacteur en chef du Daily News. L'éditeur John Lehmann (1907-1989) était son frère, sa sœur était l'actrice Beatrix Lehmann.

À dix-sept ans, Rosamond Lehmann part faire ses études à Girton College, Université de Cambridge, pour étudier la littérature anglaise. Cette période de sa vie inspire Poussière (1927), archétype du roman d’apprentissage, évocation pleine d’ambiguïté des souffrances et des amours de l’adolescence.

Considéré par certains comme très osé, Poussière vaut à son auteur une notoriété immédiate et internationale.

Proche du Bloomsbury Group, auteure de L’Invitation à la valse, La Ballade et La source, elle sera l’une des grandes figures de la littérature anglaise.

Son roman de 1936 The Echoing Grove fut porté à l'écran en 2002 avec le film The Heart of Me, avec Helena Bonham Carter dans le rôle du personnage principal, Dinah.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21   16 août 2017
L'invitation à la valse de Rosamond Lehmann
Quand les gens ne sont pas comme on les aime, il faut les aimer comme ils sont.
Commenter  J’apprécie          160
NCJ   09 mai 2014
Poussière de Rosamond Lehmann
Nager seule, sous le clair de lune, était un mystère sacré qui la passionnait. L'eau était amoureuse de son corps : elle s'abandonnait, tout en y résistant, à sa mordante étreinte. Elle la subissait, bientôt elle la désira ; elle était amoureuse de l'eau. Peu à peu, elle n'en sentit plus la rigueur, mais seulement l'appui et la caresse qui suivaient ses mouvements.
Commenter  J’apprécie          140
Gwen21   12 août 2017
L'invitation à la valse de Rosamond Lehmann
"Avis aux jeunes rédactrices de journaux intimes.

Soyez indulgentes envers vous-mêmes. Cachez vos pires défauts, laissez de côté vos plus honteuses pensées, actions et tentations. Accordez-vous toutes les bonnes et intéressantes qualités que vous voudriez avoir, et que vous n'avez pas. S'il vous arrivait de mourir jeunes, quelle consolation serait-ce pour vos parents de connaître la vérité, et d'avoir à se dire "Ce n'est pas une perle que nous avons perdue, c'est un pourceau" ?"
Commenter  J’apprécie          130
Gwen21   10 août 2017
L'invitation à la valse de Rosamond Lehmann
Mais à quoi bon méditer sur les souffrances, sur l'injuste destin des légumes ? C'est bien assez de se faire du souci à cause de tous les chiens, tous les chats et tous les chevaux maigres qu'on rencontre, d'être dévorée de tristesse pour l'oiseau qu'on met en cage, le bétail qu'on mène au marché ; d'être incapable de tuer une guêpe ou d'écraser un perce-oreille ; de recevoir un coup au coeur même pour les fleurs, qui souffrent peut-être d'être cueillies, arrachées à leurs compagnes.
Commenter  J’apprécie          120
NCJ   18 janvier 2015
L'invitation à la valse de Rosamond Lehmann
« - Cette jeune fille en vert, avec une petite cape, c’est ma sœur, dit Olivia.

Il n’allait certainement pas exercer sa critique sur Kate. Celle-ci dansait pour le moment avec le docteur Parkes ; il l’examina d’un œil froid et incisif.

- Hum ! La jeune fille chaste et pure. Une véritable nymphe. Une nymphe à l’eau de guimauve. Bon Dieu ! Il y a bien, dans toute cette salle, en fait de sex-appeal, juste de quoi émoustiller un canari ! Mais qu’est-ce que vous avez, ô vierges d’Angleterre ?

Commenter  J’apprécie          110
Gwen21   18 août 2017
L'invitation à la valse de Rosamond Lehmann
Oh ! si j'avais un grand chagrin, comment pourrais-je le supporter ? Peut-on espérer s'y soustraire ? éviter tout malheur, en prenant vivement la tangente ? Pour un temps, peut-être ; pas pour toujours. On ne fait que marcher irrévocablement vers la mort universelle.
Commenter  J’apprécie          110
Gwen21   18 août 2017
L'invitation à la valse de Rosamond Lehmann
Maurice était un danseur extraordinairement agile. Il dansait sur la pointe des pieds, en bondissant comme une sauterelle ; et cette particularité, jointe à ses cheveux rouges et à ses taches de rousseur, le mettait cocassement en évidence. Il n'avait rien d'un héros de roman ; de fait, et sans qu'on sût pourquoi, il faisait penser à un hôte de la basse-cour, un poulet, un dindon. Mais il était vraiment gentil.
Commenter  J’apprécie          100
stcyr04   23 mai 2020
Intempéries de Rosamond Lehmann
Sans doute ne guérit-on jamais d'une bonne éducation.
Commenter  J’apprécie          21
Gwen21   04 août 2017
L'invitation à la valse de Rosamond Lehmann
Oui, c'est certain, ces murs renferment un monde. Ici, la durée tisse sa toile d'une pièce à l'autre. Le temps est en sûreté dans cette maison. Quelque chose d'énergique, de concentré, de fort, de calme, s'y développe, quelque chose qui a ses lois, ses habitudes, quelque chose d'inquiétant, de tyrannique, à quoi il ne faut pas se fier tout à fait ; quelque chose d'atroce, peut-être. Une plante curieuse, aux fortes racines enchevêtrées : un spécimen unique. Une famille, en un mot.
Commenter  J’apprécie          90
Brigida   01 mars 2015
L'invitation à la valse de Rosamond Lehmann
P 128 Quand les ressources offertes a la conversation par le Pays de Galles furent épuisées,Mrs Curtis dit avec bienveillance :

_ Est-ce que vous avez fait choix d'une carrière, Reggie ?

Il y eut un silence ; après quoi, d'une voix forte :

_ J'ai décidé ďe me consacrer au Seigneur _ dit-il.

Mrs Curtis compta quelques mailles. Puis elle dit d'un ton circonspect :

_ C'est une très belle décision.

Un silence.

- Ma mère en est très heureuse - reprit-il.

J'en suis convaincue.

Encore un silence. Les jeunes filles, stupéfaites, considéraient fixement le tapis. Elles comprenaient maintenant pourquoi il ne les regardait pas. Il évitait la tentation. Ni l'oeil de Kate, étincelant, fier et hardi - l'oeil d'une beauté - ni le regard tendre et sensible d'Olivia, ne devaient le détourner de ses saintes pensées, de sa décision d'entrer dans les ordres. Elles voyaient, maintenant, pourquoi ill ne voulait danser qu'avec modération : détaché des plaisirs de ce monde, et toutefois, dans sa tolérance, ne les rejetant pas avec mépris, il assisterait à la fête, mais il ne serait pas de la fête. Et durant les heures qui allaient suivre - le coeur leur manquait à cette pensée - quand il tournerait avec elles, à petits pas modérés et prudents, parmi les autres couples, qu'est-ce qu'elles pourraient bien lui dire, ô mon Dieu ? et qu'est-ce qu'il pourrait bien leur répondre ? Inutile, pensait Olivia , d'essayer de le séduire par une conversation sérieuse, ou par les purs regards extasiés d'un être secrètement d'accord avec l'infini : ça ne donnerait rien, et d'ailleurs, il était trop ennuyeux. Mais pour Kate la situation était bien pire : Kate était dévote, et maintenant, au lieu de le remettre à sa place, elle devait respecter en lui son habit futur. Il avait été appelé : il était au-dessus d'elle, et non pas à vingt pieds au-dessous ... Bien entendu, comme maman le disait, c'était une très belle décision. Eh ! bien, non, pas du tout, c'était une décision idiote, une décision exaspérante.

Là voilà bien notre veine, voilà ce qui devait arriver ...Comme Etty rirait si elle savait ça. ..Aller prendre comme danseur, pour son premier bal, un apprenti pasteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature anglaise : XVIIIème ou XIXème siècle ?

Orgueil et préjugés - Jane Austen

18ème siècle
19ème siècle

20 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaise , 19ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur cet auteur
.. ..