AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.93 /5 (sur 41 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Brooklyn, New York , le 26/11/1954
Biographie :

Rosalind Chast, dite Roz Chast, est une auteure de bande dessinée et dessinatrice américaine active depuis la fin des années 1970. Elle a obtenu un diplôme de peinture en 1977.

Elle est principalement connue pour son travail au New Yorker, ainsi que pour sa bande dessinée autobiographique "Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ?" (Can’t We Talk About Something More Pleasant?, 2014) traduite et publiée par Gallimard en 2015, son premier livre publié en France. Elle est récompensée en 2014 par le Prix Kirkus et le National Book Critics Awards.

site officiel:
http://rozchast.com/

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Ziliz   28 janvier 2019
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
Mes parents [nés en 1912] se considéraient, sans ironie aucune, comme des 'âmes soeurs'. [...]

A part la guerre, le travail, les maladies et aller aux toilettes, ils faisaient tout ensemble.

Ma mère lavait même les cheveux de mon père.

Ce qui ne veut pas dire qu'ils ne se disputaient jamais. Ça arrivait.

- Ne t'assieds pas de travers, tu te tords les kishkas.

Mais 'chercher mieux' ou encore 'être heureux', c'étaient des idées pour les gens modernes ou pour les stars de cinéma : des dégénérés.

- Elizabeth Taylor ! Sept maris... Oy gevalt.

C'était un duo très uni.

- Si on est dépendants l'un de l'autre ? EVIDEMMENT !

- Encore HEUREUX !

Peut-être croyaient-ils que s'ils se cramponnaient très fort l'un à l'autre pour l'éternité, rien ne changerait jamais.

(p. 15)
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   17 janvier 2019
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
Parler de la mort, c'était contre les principes de mes parents...

Ils ne voulaient pas parler non plus de religion autrement que de façon superficielle.

- Je suis juive. Ton père est juif. Tu es juive. Point final.

Si vous posiez trop de questions sur la 'spiritualité', c'était que vous ne saviez pas quoi faire de votre temps.

- Du NOMBRILISME, rien de plus.

Les gens qui prétendaient avoir une certitude quelconque étaient soit des imbéciles, soit des menteurs, soit des fous.
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   30 janvier 2019
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
Ils ont réparé la hanche [de mon père], mais ensuite il n'a plus jamais été le même. Il a refusé de faire de la rééducation. Il était frêle, seul, il avait peur et ne pouvait pas faire sa toilette lui-même. Il avait 95 ans et il était FATIGUÉ.

Je passais prendre ma mère tous les jours dans 'cet endroit' et je l'emmenais voir mon père à l'hôpital, puis je la ramenais. J'appréhendais mortellement ces excursions. Ça m'énervait de m'occuper d'elle. Elle ne me demandait jamais comment je vivais le déclin de mon père. Comme toujours, il ne s'agissait jamais que d'elle.

(p. 149)
Commenter  J’apprécie          110
Ziliz   29 janvier 2019
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
Outre leur aversion généralisée pour les sujets de conversation 'déplaisants', il y avait aussi des problèmes de confiance.

- Tu te rappelles des Mellman ? Avant leur mort, ils ont signé un papier pour donner tout leur argent à leur fille. La minute d'après, paf, elle met [ses parents] dans une maison de retraite... Et elle s'achète de quoi remplir TOUT UN TIROIR DE PULLS EN CACHEMIRE !

J'avais entendu une dizaine de versions de cette histoire au fil des années. Des enfants sans coeur, de vieux parents maltraités.

C'était triste de penser qu'ils puissent m'imaginer en train d'attendre dans les coulisses en me léchant les babines.
Commenter  J’apprécie          100
Malise   28 décembre 2015
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
J'aimerais bien qu'à la fin de notre vie, quand c'est vraiment "fini", on ait quelque chose d'agréable en perspective. Quelque chose qui soit davantage centré sur le plaisir. De l'opium, peut-être, ou de l'héroine. On deviendrait accro ; et alors ? Des glaciers proposant des buffets à volonté pour les gens extrèmement âgés. De grands livres d'art et de la musique. Des soins palliatifs extrèmes (souligné), quand on en a marre de tout le reste : les radios, les IRM, les plats fadasses et les cachets qui ne font rien du tout. Est-ce que ce serait si terrible ?
Commenter  J’apprécie          20
bdelhausse   08 mars 2018
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
Les avocats du troisième âge sont spécialisés dans les deux choses dont mes parents et moi avions le plus de mal à discuter: la mort et l'argent. (p.46)
Commenter  J’apprécie          30
Juin   06 novembre 2016
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
Quand mon père a décroché le téléphone à la place

de ma mère, j'ai tout de suite compris

que les nouvelles seraient mauvaises.

ANGOISSE
Commenter  J’apprécie          30
Malise   28 décembre 2015
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
Ma mère était bloquée dans une sorte d'entre-deux. Elle n'était ni en train de vivre ni en train de mourir. Elle avait cessé de regarder la télé, de lire, de sortir, de jouer du piano, de fréquenter du monde et même de quitter son lit. Elle dormait, buvait des Ensure, se faisait laver par Goodie ou une autre aide-soignante et se rendormait.
Commenter  J’apprécie          20
Malise   28 décembre 2015
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
Nous n'avons jamais parlé de ce qui s'était passé. Peut-être qu'il n'y avait vraiment rien à en dire. Pendant un certain temps, j'ai pensé qu'elle l'avait peut-être occulté, mais environ un an plus tard, elle m'a dit : "Je sais pourquoi tu ne m'invites pas chez toi. C'est parce que tu as peur que je mette du caca partout." Elle en avait donc encore le souvenir dans un coin de sa tête. Quoi qu'il en soit, elle se trompait : si je ne l'invitais pas chez moi, c'est juste parce que je n'en avais pas envie (passage souligné dans le texte)
Commenter  J’apprécie          10
Malise   28 décembre 2015
Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose ? de Roz Chast
J'aime bien avoir mes parents dans ma penderie. L'idée d'enterrer leurs restes dans un trou creusé au hasard dans le sol ne me plaît pas. On n'a pas de caveau familial, alors choisir un cimetière plutôt qu'un autre me paraîtrait arbitraire. Jeter leurs cendres par-dessus la rambarde d'un bateau me semblerait aussi approprié que les balancer dans une poubelle chez Starbucks. Et les mettre à décanter dans une urne décorative placée sur la cheminée du salon, ce serait tout simplement... beurk.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

En Russie avec les écrivains

Sylvain Tesson est l'auteur de ...

Dans les forêts de Sibérie
Dans les geôles de Sibérie
des 2 livres

11 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyage en russie , témoignage , ecrivains voyageursCréer un quiz sur cet auteur