AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.45 /5 (sur 85 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Topoľčany, Slovaquie , le 11/09/1924
Mort(e) à : Vancouver, Canada , le 27/06/2006
Biographie :

Rudolf Vrba, né sous le nom de Walter Rosenberg, (11 septembre 1924 à Topoľčany, Slovaquie - 27 mars 2006 à Vancouver, Canada), est un des seuls Juifs à s'être évadé du camp d'Auschwitz. Interné dans le camp de concentration en juin 1942, il est témoin de l'extermination en masse des Juifs à Auzchwitz-Birkenau. Il parvient à s'évader le 10 avril 1944, en compagnie d'Alfred Wetzler. Arrivés en Slovaquie, les deux hommes témoignent, auprès de dirigeants juifs du génocide en cours. Leur compte-rendu détaillé du mode opératoire des nazis à Auzchwitz est connu sous le nom de Rapport Vrba-Wetzler. Ce document transmis en occident en juin 1944, est rendu en partie public fin juin. Il a probablement contribué à renforcer le mouvement international de protestation contre la déportation des Juifs de Hongrie. Engagé dans l'armée des partisans tchécoslovaques en septembre 1944, Rudolf Vrba sera décoré pour sa bravoure. Il fait, après la guerre, une carrière de chercheur en neurochimie et d'enseignant en pharmacologie. En 1963, il publie un livre sur son emprisonnement à Auzchwitz (I Cannot Forgive). Il est l'un des témoins du film Shoah de Claude Lanzmann.
Il entame ensuite des études à Prague et obtient un diplôme d'ingénieur chimiste en 1949. Les années suivantes, il fait des travaux de recherche dans sa spécialité, la biochimie. De 1958 à 1960, il travaille comme biochimiste au ministère israélien de l'agriculture. Il se rend à Londres où il est, de 1960 à 1967, chercheur au British Medical Research Council. Il obtient alors la nationalité britannique. De 1967 à 1973, il est nommé au Conseil de recherches médicales du Canada. Il acquiert la nationalité canadienne en 1972. Il travaille également pendant deux ans, de 1973 à 1975, aux États-Unis, à la Harvard Medical School. Par la suite, il enseigne la Pharmacologie à la Faculté de médecine de l'Université de la Colombie-Britannique de Vancouver, au Canada. Durant sa carrière, il publie une cinquantaine de travaux de recherches sur la chimie du cerveau, le diabète et le cancer. Il est aussi l'auteur de plusieurs études sur différents aspects du génocide commis par les nazis, vu sous l'angle de l'économie, de la médecine et de la stratégie militaire allemande. Il meurt d'un cancer.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interview de Rudolf Vrba qui s'exprime en anglais
Citations et extraits (6) Ajouter une citation
belette2911   13 avril 2012
Je me suis évadé d'Auschwitz de Rudolf Vrba
Auschwitz n'est pas seulement une leçon pour le monde, c'est aussi un avertissement que tous les hommes devraient examiner de très près avant de condamner.



Les Nazis, il est vrai, ont créé une machine monstrueuse mais ce faisant ils ont démontré avec une minutie teutonne jusqu'à quelle profondeur l'homme peut tomber.



Faisons en sorte que ces méthodes ne soient plus jamais imitées, que plus jamais des êtres humains d'aucune nationalité ne dégradent leurs semblables.

Commenter  J’apprécie          80
belette2911   13 avril 2012
Je me suis évadé d'Auschwitz de Rudolf Vrba
Je ne peux pas oublier Auschwitz. Mais je ne peux pas non plus oublier le pays des Beethoven, Mozart et Mendelssohn, Kant et Hegel, Goethe et Thomas Mann, Einstein et Heisenberg, même s'il m'est parfois difficile de croire que le même pays ait pu produire les sommets de la barbarie et les sommets de l'humanisme.
Commenter  J’apprécie          70
Sophie13   25 février 2015
Je me suis évadé d'Auschwitz de Rudolf Vrba
« Je dus pourtant m’assoupir jusqu’à ce que je sente Josef me secouer :

— Rudi, murmura-t-il, réveille-toi, je n’ai plus mon pantalon, on me l’a volé.

Son pantalon, son pain ! Un voleur avait réussi à le subtiliser sous sa tête pendant qu’il s’était, comme moi, endormi. Vite et sans bruit, nous descendîmes et on trouva le pantalon jeté sur le sol. Josef fouilla dans les poches sans dire un mot. Je pouvais à peine distinguer son visage mais je compris que son pain avait disparu et instinctivement je serrai plus fort le mien que je n’avais pas lâché. Le block 18 était un repaire de loups affamés et implacables. »
Commenter  J’apprécie          10
Sophie13   25 février 2015
Je me suis évadé d'Auschwitz de Rudolf Vrba
« Le voyage n’avait pas été mauvais et la plupart des victimes étaient en assez bonne forme physique. Une femme se détachait du groupe, elle avait une allure enjouée, arpentait la rampe, son manteau de fourrure jeté sur les épaules, elle tenait par la main ses deux enfants élégamment vêtus.

Le jeune Tchèque l’observait, peut-être avec pitié, peut-être aussi avec une certaine nostalgie pour la société brillante qu’elle représentait. Il la vit passer devant un Obersturmbannführer et l’entendit dire à son fils à voix haute et presque gaie :

— Mouche ton nez, mon chéri. C’est un officier allemand !

Il perdit tout contrôle, s’avança vers elle et marmonna :

— Imbécile, dans une demi-heure tu seras morte !

Elle s’arrêta net, le regarda fixement et son beau visage s’affaissa. Puis elle tourna les talons et se dirigea tout droit vers le SS. Montrant le détenu du doigt, elle dit d’une voix aiguë :

— Ce… prisonnier dit que nous allons mourir. Qu’est-ce que cela signifie ? Que se passe-t-il ? Que faites-vous… ?

Le SS l’interrompit poliment, presque en s’excusant :

— Voyons, madame, calmez-vous. Il ne va rien vous arriver.

Vous tuer ? Pensez-vous honnêtement que nous autres Allemands sommes des barbares ?

Elle se retourna pour faire face au détenu tchèque, arborant un air condescendant, méprisant, mais il n’était plus là. Il avait été emmené derrière les wagons par deux SS qui l’avaient tué prestement avec un pistolet silencieux, ne dérangeant personne – excepté le détenu bien sûr. »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sophie13   25 février 2015
Je me suis évadé d'Auschwitz de Rudolf Vrba
« Je regardais fixement cette chute d’eau scintillante et me tournai vers le mécanicien qui s’appuyait hors de la cabine, flegmatique, ne prêtant aucune attention au train étrange venu de nulle part. Je lui tendis par la fenêtre un de nos bidons et lui demandai

-Voulez-vous le remplir d’eau s’il vous plaît Monsieur ?

Nous étions si près l’un de l’autre que nous aurions pu nous serrer la main mais il n’avait pas l’air de le vouloir, bien au contraire, il continua obstinément à fixer l’horizon. Je jetai un coup d’œil le long des voies et je vis que les SS qui surveillaient le train ne regardaient pas de notre côté ; je lui dis en insistant :

— Allons, l’ami, donne-moi de l’eau.

Continuant à regarder droit devant lui, il finit par me dire sans tourner la tête :

— Je ne vais pas me faire fusiller pour vous autres, bande de salauds!

En y réfléchissant aujourd’hui je peux comprendre son attitude. Des ordres précisaient que tout civil surpris en train d’aider les gens des convois serait immédiatement fusillé et les SS n’hésitaient jamais. Une balle dans la nuque est un prix élevé à payer pour remplir d’eau un bidon. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sophie13   25 février 2015
Je me suis évadé d'Auschwitz de Rudolf Vrba
« Je ne sous-estimais pas les difficultés qui m’attendaient. Auschwitz était le camp le mieux gardé d’Europe, un secret que les nazis étaient bien décidés à ne pas laisser révéler, car si jamais un murmure s’en échappait, le mouton ne se laisserait plus conduire si tranquillement à l’abattoir. »
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur