AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.15 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Vienne , le 30/10/1931
Mort(e) à : Irvine, Californie , le 06/10/2020
Biographie :

Ruth Klüger est un écrivain et une universitaire américaine née en 1931.

Ruth Klüger est née à Vienne le 31 octobre 1931, dans une famille juive "émancipée, mais non assimilée", ainsi qu'elle la décrit elle-même. En 1942, âgée de 11 ans, elle a été déportée avec sa mère à Theresienstadt, puis en 1944 à Auschwitz et enfin à Christianstadt, camp de travail annexe de Gross-Rosen. En février 1945, pendant l'évacuation du camp, Ruth Klüger et sa mère parviennent à s'enfuir. Elles se réfugient en Bavière, puis émigrent en 1947 aux États-Unis, où Ruth Klüger poursuit ses études à New York puis à Berkeley.

En 1980 elle devient professeur à l'université de Princeton et a enseigné par la suite dans plusieurs universités américaines. Elle a été également pendant plusieurs années professeur invité à l'Université de Göttingen en Allemagne. Elle est une spécialiste reconnue de la littérature allemande.

Elle a publié en 1992 Weiter leben [continuer à vivre], traduit en français en 1997 sous le titre Refus de témoigner, autobiographie et livre de réflexions sur la déportation, dont le thème principal est le refus de voir son identité réduite à la catégorie d'ancienne déportée, ainsi que la critique des stéréotypes engendrés par la mémoire de la déportation.

Ruth Klüger a reçu de nombreux prix littéraires, dont, en France, le prix Mémoire de la Shoa (1998).
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Un film d'une heure relatant la vie de Ruth Klüger.


Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
lagrandeval   30 août 2015
Refus de témoigner de Ruth Klüger
a fait la connaissance à Jérusalem d’un vieux Hongrois qui avait été détenu à Auschwitz et qui néanmoins, « dans un même souffle », disait du mal des Arabes, prétendant qu’ils étaient tous mauvais.Comment quelqu’un qui est passé par Auschwitz peut-il parler ainsi ? demande l’allemand. J’interviens, demande, sur un ton peut-être un peu acerbe qu’il ne faudrait , ce qu’on espère : Auschwitz n’a jamais été un établissement d’éducation d’aucune sorte, et surtout pas d’éducation à l’humanité et à la tolérance (p.80)
Commenter  J’apprécie          70
lagrandeval   30 août 2015
Refus de témoigner de Ruth Klüger
Ditha aussi s’est entendu dire qu’en continuant de laisser visible ce numéro elle voulait imposer aux autres des sentiments de culpabilité. Ne devraient-ils pas essayer d’analyser pourquoi la vue de ces numéros déclenche une telle agressivité de leur part ? (Que devons-nous alors penser quand vous jurez de jamais oublier sans qu’on vous le demande ?) (p.261)
Commenter  J’apprécie          60
alzaia   02 mai 2015
Refus de témoigner de Ruth Klüger
Giséla (...) me parle d'un émigré qui a reçu des décorations en Allemagne, et qui n'éprouve me aucune rancoeur à l'égard des Allemands. Je le connais, et je me demande un peu étonnée, s'il manque tellement de caractère qu'il offre une réconciliation et un pardon qu'il ne lui revient pas d'accorder. (...) Une injustice n'est pas réparée par les états d'âme de ceux qui en ont été les victimes. Je m'en suis tirée, la vie sauve, c'est beaucoup, mais je n'en suis pas sortie avec un sac plein de certificats d'acquittements que les fantômes m'auraient remis pour que je les distribue à ma guise.
Commenter  J’apprécie          40
Chestakova   20 décembre 2020
Refus de témoigner de Ruth Klüger
La mémoire est une faculté, non une vertu. Nous n'avons aucun mérite particulier de nous souvenir, pas plus qu'à survivre.
Commenter  J’apprécie          50
art-bsurde   19 novembre 2017
Refus de témoigner de Ruth Klüger
La porte du wagon était ouverte. On avait de l'air. Et surtout, on quittait Birkenau. J'étais toute heureuse de soulagement.

Pourtant tout avait changé. Au sortir du camp d'extermination, je regardais le paysage normal comme s'il était devenu irréel. A l'aller, je ne l'avais pas vu, mais maintenant, ce pays dont les Silésiens chantent encore les louanges aujourd'hui s'étendait paisiblement sous mes yeux, avec une beauté de carte postale, comme si le temps avait été suspendu, et que je ne sortisse pas directement d'Auschwitz. Des cyclistes sur de tranquilles chemins de terre, entre des champs inondés de soleil. Le monde n'avait pas changé, Auschwitz n'était pas sur une autre planète, il faisait partie de la vie qui s'étendait devant nous et avait continué comme par le passé. Je méditais l'illogisme qui faisait qu'une telle insouciance pût coexister avec notre convoi, sur un même espace. Notre train venait quand même des camps, relevait de la spécificité particulière de l'existence des camps, et sous nos yeux s'étendait la Pologne, ou l'Allemagne, la Haute-Silésie, peu importe le nom, en tout cas une patrie pour les hommes devant lesquels nous passions, un lieu, où ils se sentaient bien. Ce que je venais de vivre ne les avaient même pas touchés. Je découvrais le mystère de la simultanéité comme une réalité insondable, qu'on ne pouvait pas tout à fait se représenter, apparentée à l'infini, à l'éternité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Taraxacum   02 mai 2020
Refus de témoigner de Ruth Klüger
Quelque temps après que j'eus quitté l'école, on me fit encore donner des leçons particulières d'anglais par une Anglaise de naissance qui admirait les nazis et que je détestais à proportion. Mais comment ma mère - me demande un ami plus jeune - put-elle donc en arriver à employer une sympathisante des nazis comme professeur particulier? Je réponds que nazis et non-nazis ne se distinguaient pas aussi facilement que les torchons et les serviettes. Les convictions étaient flottantes, les humeurs changeants, les sympathisants d'aujourd'hui pouvaient être les adversaires du lendemain, et inversement. Ma mère pensait que l'essentiel était le bon accent britannique, que les opinions politiques de mon professeur ne me concernaient pas, et que je pouvais de toute façon apprendre des choses avec elle. Elle se trompait: la petite Juive ne plaisait pas plus à cette femme que celle-ci ne me plaisait, ces leçons étaient un supplice à force d'aversion mutuelle. Quoique j'apprisse, je m'empressais de l'oublier d'une leçon à l'autre, avec une application qui eût fait honneur à Pénélope.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Taraxacum   27 avril 2020
Refus de témoigner de Ruth Klüger
Je me plaignais de la grant-tante à ma mère. "C'est une mère de garçons", disait ma mère pour prendre la défense de sa tante préférée. "Que veux-tu, elle n'est pas habituée aux filles." Je ne voyais pas ce qui exigeait qu'on s'y habituât. C'est ainsi qu'elle incarne, figée dans la mort, la distance qui me sépare de la génération de mes parents, et je ne saurais me souvenir avec émotion ni d'elle ni de l'oncle qui allait avec. En même temps, je suis atterrée que la Tante Rosa, morte en chambre à gaz, demeure uniquement un mauvais souvenir d'enfance, la femme qui me punissait lorsqu'elle découvrait que j'avais versé dans l'évier mon cacao du matin.
Commenter  J’apprécie          20
Taraxacum   05 mai 2020
Refus de témoigner de Ruth Klüger
Ce n'était pas possible, une jeune fille juive avec un goy, et de surcroît un Allemand. J'étais ulcérée. Vous, et vos liaisons avec les jeunes Allemandes, comment osez-vous me faire la leçon? C'était différent, ils étaient des hommes, ils pouvaient avoir des rapports avec qui ils voulaient. Je n'étais pas assez initiée aux perversités de la distribution sociale des rôles des deux sexes pour saisir ce genre de finesse. Je perçus seulement ce qu'il y avait de mépris pour les femmes dans l'établissement de cette distinction et dans la prétention des hommes à vouloir exercer sur moi une sorte de tutelle.
Commenter  J’apprécie          20
Taraxacum   26 avril 2020
Refus de témoigner de Ruth Klüger
C'était la mort et non le sexe, le secret dont les grandes personnes parlaient en chuchotant, et sur lequel on aurait bien voulu en apprendre davantage. Prétextant que je n'arrivais pas à dormir, je suppliais qu'on me laissât m'endormir sur le divan de la salle de séjour (qu'en fait nous appelions "le salon") et, naturellement, je ne m'endormais pas: la tête sous la couverture, j'espérais saisir quelques bribes des nouvelles terrifiantes qui s'échangeaient autour de la table. Certaines concernaient des inconnus, certaines des parents, toutes concernaient des Juifs.
Commenter  J’apprécie          20
alzaia   02 mai 2015
Refus de témoigner de Ruth Klüger
Elle me vit dans la file, enfant condamnée à mort, elle vint vers moi, me souffla les mots qu'il fallait dire, elle prit ma défense et me permit de passer au travers des mailles. Jamais nulle part on eut d'avantage d'occasion d'agir librement, et spontanément que là-bas, à cette époque. Je le répète, parce que je ne trouve pas de moyen plus percutant de le faire comprendre que la répétition. J'ai fait l'expérience de "l'acte pur". Ecoutez et ne le contestez pas mesquinement, mais prenez-le comme c'est écrit ici, et retenez le bien.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Avez-vous bien lu ces romans historiques?

Dans les piliers de la terre, de Ken Follett, quelle est la particularité de la statue de la vierge?

elle pleure
elle change de couleur
elle chante
elle s'illumine

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman historique , quizzCréer un quiz sur cet auteur