AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.77 /5 (sur 165 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Tokyo , le 21/12/1970
Biographie :

Ryoko Sekiguchi est une poétesse et traductrice japonaise.

Elle écrit de la poésie dès son plus jeune âge et à 18 ans elle reçoit le prix Cahiers de la poésie contemporaine.
Depuis 1997, elle vit à Paris où elle a étudié l'histoire de l'art à la Sorbonne. Elle est également titulaire d'un doctorat en littératures comparées et en études culturelles de l'université de Tokyo. Elle traduit ses propres poèmes ainsi que les textes des poètes japonais classiques et contemporains dans des revues françaises (If, Po&sie, Action Poétique, Dédale, vacarme). Elle est aussi traduite en coréen et en arabe dans des anthologies.
Elle est considérée comme une des nouvelles voix de la poésie contemporaine japonaise de part son travail sur la structure et la forme. Ses poèmes ont été traduits en anglais, coréen, suédois et arabe. Ryoko Sekiguchi a été invitée pour des lectures dans de nombreux endroits de renom tels que le Centre Pompidou, la Maison des Ecrivains, la Bibliothèque de New York et l'Université de San Francisco.
Ryoko Sekiguchi enseigne aujourd'hui à l'INALCO, l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales.
Elle écrit en français depuis 2003.

Fille d'une cuisinière, elle partage la passion des fourneaux autant que celle des livres de cuisine ou de la littérature.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ryoko Sekiguchi   (33)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Monstres anglais de James Scudamore et Carine Chichereau aux éditions La Croisée https://www.lagriffenoire.com/1072929-litterature-anglophone-english-monters---one-shot---monstres-anglais.html • Fermer les yeux de Antoine Renand aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1075272-romans-fermer-les-yeux.html • L'Empathie de Antoine Renand aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1033604-divers-polar-l-empathie.html • Anatole(s) de James aux éditions Fluide glacial https://www.lagriffenoire.com/1074161-bd-anatoles.html • 961 heures à Beyrouth: (et 321 plats qui les accompagnent) de Ryoko Sekiguchi aux éditions POL https://www.lagriffenoire.com/1077883-romans-961-heures-a-beyrouth---et-321-plats-qui-les-accompagnent.html • Bientôt minuit de Marie Pavlenko aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1073500-romans-bientot-minuit.html • "Je vous aiderai à vivre, vous m'aiderez à mourir" de Nathalie Saint-Cricq aux éditions de l'Observatoire https://www.lagriffenoire.com/1075003-encyclopedie--je-vous-aiderai-a-vivre--vous-m-aiderez-a-mourir-.html • Pandémies de Patrick Berche et Stanis Perez aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1077792-medecine-pandemies-----des-origines-a-la-covid-19.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionslacroisée #editionspocket #editionsfluideglacial #editionspol #editionsflammarion #editionsdelobservatoire #editionsperrin

+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (140) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   02 décembre 2018
Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va de Ryoko Sekiguchi
On croit parfois universels certains concepts qu’on estime essentiels à la vie, et on s’étonne d’apprendre qu’ils ne s’appliquent pas partout. C’est le cas, par exemple, des notions de « société », de « liberté » ou d’« amour », qui n’existent en japonais que depuis l’ouverture du pays au XIXe siècle, comme concepts traduits des langues européennes. Le constat étonne toujours les non-Japonais.
Commenter  J’apprécie          482
Bookycooky   04 décembre 2018
Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va de Ryoko Sekiguchi
The Last Leaf d’O. Henry est l’histoire d’une jeune femme qui s’identifie à une saison. Johnsy, atteinte de pneumonie, est au seuil de la mort. Par la fenêtre du modeste appartement qu’elle partage avec d’autres artistes, elle contemple les quelques feuilles de lierre restées accrochées sur les branches et annonce qu’elle mourra lorsque les dernières feuilles seront tombées. Selon le médecin, c’est surtout l’envie de vivre qui lui manque : elle ne saurait guérir si elle ne reprend pas goût à la vie. Behrman, son voisin du dessous et vieux peintre alcoolique, répète à qui veut l’entendre qu’il peindra un jour un chef-d’œuvre. Il rabroue gentiment la mélancolique Johnsy. Après une nuit de tempête, il ne reste au matin qu’une seule feuille au lierre. Les rafales de vent et de pluie ont beau se poursuivre le lendemain, la feuille tient bon contre le mur. C’est cette feuille qui rend à Johnsy son espoir en la vie, et la jeune femme retrouve peu à peu ses énergies. En revanche, Behrman s’éteint deux jours plus tard, de froid et de fatigue. La dernière feuille de lierre sur le mur, c’est lui qui l’avait peinte. Johnsy comprend alors que c’était là le chef-d’œuvre promis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
Pasoa   04 décembre 2018
Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va de Ryoko Sekiguchi
Il y a une expression en japonais, "aji wo mukae ni iku", qui pourrait se traduire par "aller chercher un goût". En cas de rencontre véritable entre deux ingrédients, il arrive que l'un aille "chercher le goût" de l'autre, pour en extraire la meilleure part. Pour peu que l'échange soit mutuel, on pourra découvrir une saveur qui n'existait pas tant que les ingrédients menaient leur vie séparément.



p.73
Commenter  J’apprécie          270
Ryoko Sekiguchi
lafilledepassage   29 mars 2019
Ryoko Sekiguchi
Tant que sa voix existe.

Le surgissement partiel et cruel

D’une personne qui n’est plus.

De sa vie restera une onde.
Commenter  J’apprécie          170
GeraldineB   03 novembre 2020
Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va de Ryoko Sekiguchi
La coutume de l'o-miokuri surprend souvent les Occidentaux en visite au Japon. Elle consiste à raccompagner la personne qui s'en va, comme cela se pratique dans beaucoup d'autres cultures, et comme elle s'est pratiquée longtemps dans les gares et les ports. Au Japon, cependant, elle ne concerne pas seulement les grands départs. En ce moment que je suis au Japon, ma mère reste sur le pas de la porte tous les matins quand je sors de la maison, et agite la main jusqu'à ce que j'aie tourné le coin de la rue. Dans les restaurants traditionnels de Kyoto, le chef et la patronne sortent chaque fois qu'un client quitte l'établissement, et continuent de les saluer jusqu'à ce qu'il ait disparu de leur champ de vision. Omiokuri, c'est "raccompagner (okuru) du regard (mi)".

Chaque fois que je me rendais chez mon grand-père, au moment de se quitter, il faisait "omiokuri" jusqu'à ce que j'aie monté la pente et que l'on ne se voie plus. C'est le regard qui prolonge le lien entre deux personnes, même après le départ.

Est-ce parce que nous, Japonais, n'avons pas d'autre geste pour ponctuer la séparation, comme la bise? Toujours est-il que la séparation, comme une queue de comète, laisse une trace; ce n'est pas tourner la page brusquement.

(...)

Ce ne sont pas seulement les personnes; parfois, un lieu peut vous accompagner. Lorsque l'on prend le train, le bateau ou la voiture, et que l'on regarde s'éloigner le paysage du lieu qu'on quitte, n'avez-vous pas senti parfois ces montagnes, ce port, vous accompagner encore un moment?

Aucun départ, nulle séparation, ne se fait en un instant. Même si le moment du départ dure à peine une seconde, il reste encore les vagues, la lumière qu'a laissée le temps passé ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Annette55   19 octobre 2017
Ce n'est pas un hasard de Ryoko Sekiguchi
"14 Mars: Shintaro Ishihara, le maire de Tokyo, un réactionnaire notoire, clame que "l'identité" des Japonais est souillée par l'égoïsme. Les tsunamis sont là pour la purifier............ C'est un "châtiment " céleste ."
Commenter  J’apprécie          151
BurjBabil   05 avril 2021
961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent) de Ryoko Sekiguchi
Certains parfums arrivent en douce, d’autres accourent vers vous. Le tabbouleh est un plat d’explosions. À chaque bouchée, vous écrasez des cellules et des fibres d’herbes, et ce qui surgit, ce sont des éclats, non d’épices, mais de la vie des plantes. Ce plat national peut être qualifié de petite bombe de vie explosive.
Commenter  J’apprécie          140
Unhomosapiens   01 octobre 2019
Ce n'est pas un hasard de Ryoko Sekiguchi
Le livre quantifie le temps, il le rend pour ainsi dire concret. Sans cet instrument, l'attente s'éternise, le temps se dilue. Pour ma part, je ne peux pas concevoir de me retrouver où que ce soit sans livre. Même si je ne peux pas me concentrer, si je n'arrive pas à lire, le seul fait d'en avoir un sous la main, que je pourrai ouvrir au besoin, m'apaise.
Commenter  J’apprécie          122
kuroineko   11 octobre 2017
La voix sombre de Ryoko Sekiguchi
À mesure que le deuil s'accomplit, les attaques de la disparition se font moins violentes. Mais l'absence demeure, et s'installe pour toujours. L'absence, elle, ne disparaît pas.
Commenter  J’apprécie          120
ninachevalier   23 novembre 2018
Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va de Ryoko Sekiguchi
Quel nagori nous affecte le plus durement,

La séparation avec les fleurs

Ou la séparation avec le printemps?

(Fushimi'in)
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..