AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 238 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Sierra Vista (Arizona) , le 20/12/1965
Biographie :

Scott G. Browne a travaillé à Hollywood pendant plusieurs années avant de s'installer à Santa Cruz pour écrire.

Il aime mélanger la comédie noire et le surnaturel. Il est notamment l'auteur de "Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour".

Il vit actuellement à San Francisco.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Fou" de Christopher Moore. Editions L'Oeil d'Or "Héros Ordinaires" de S.G. Browne. Editions Agullo "Zero K" de Don DeLillo. Editions Actes Sud Retrouvez toutes les vidéos ici : http://goo.gl/23DkUZ


Citations et extraits (82) Voir plus Ajouter une citation
Windvaan   06 avril 2016
Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère ... et retrouvé l'amour de S. G. Browne
J'ai passé deux jours dans une cage de la SPA avant que mes parents ne viennent me récupérer. [...]

La période habituelle de séquestration pour un zombie errant sans identification est de soixante-douze heures. Sept jours s'il a ses papiers. Pour les chiens et les chats, c'est l'inverse. [...]

Une fois la période réglementaire dépassée, les zombies non réclamés sont remis aux autorités du comté, dépecés pour qu'on récupère leurs membres ou vendus à des laboratoires de recherche. La SPA s'efforce de nous sauver en sollicitant des familles d'accueil ou en lançant des programmes d'adoption de zombies, mais ce genre d'idée n'est pas encore ancré dans les mentalités.
Commenter  J’apprécie          204
Windvaan   05 avril 2016
Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère ... et retrouvé l'amour de S. G. Browne
Je ne me rappelle plus ce que j'avais en tête en vidant le contenu du congélo sur le carrelage, mais ce serait une bonne idée d'essayer de ranger les aliments qui pourraient encore être sauvés et de nettoyer le reste avant le réveil de mes parents.

Quand j'ouvre la porte, je m'aperçois qu'il n'y a plus de place.

Mes parents sont dans le congélo. Je distingue des mains, des jambes et des pieds, et le visage de mon père me fixe depuis la deuxième étagère. Sa tête repose dans un grand sac de congélation Ziploc, tout comme le reste de leurs parties anatomiques. Ou presque toutes : quand j'ouvre le frigo, mes parents y sont aussi.
Commenter  J’apprécie          194
Saiwhisper   26 août 2016
Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère ... et retrouvé l'amour de S. G. Browne
Sauf que ce soir, c'est Halloween, du coup on est un peu paranos. C'est déjà nul d'avoir été transformé en archétype du monstre qui terrifie les enfants le soir le plus effrayant de l'année ; mais on entend des histoires de respirants qui arpentent les rues la nuit de Halloween pour démembrer les zombies égarés et leur enfoncer des pétards dans les orifices.

Pourtant, ça ne nous a pas empêchés de respecter la tradition. Revêtir un costume peut avoir une valeur thérapeutique et libératrice, car on prétend être quelqu'un ou quelque chose qu'on n'est pas. C'est aussi un bon camouflage. Qui s'attend à voir les zombies se costumer pour Halloween ?

Commenter  J’apprécie          140
Shan_Ze   28 décembre 2014
Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère ... et retrouvé l'amour de S. G. Browne
À peine en haut des escaliers, je pose le pied dans la cuisine où ma mère m'asperge d'une bombe de Glade Neutralizer, tournant autour de moi et m'arrosant des pieds à la tête pour vider le spray désodorisant dans mes cheveux. Mes parents achètent des aérosols de Glade par palettes entières. Maman préfère la marque Neutralizer parce qu'elle "s'attaque aux mauvaises odeurs à la source". J'ai un faible pour le parfum Lilas Printannier, même si Brume Tropicale dégage une fragrance fruitée et agréable.
Commenter  J’apprécie          120
Saiwhisper   27 août 2016
Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère ... et retrouvé l'amour de S. G. Browne
- Sale monstre ! crie quelqu'un depuis une Ford Mustang, ponctuant ses propos d'un sandwich Reuben de chez Erik's Deli qui m'atterrit sur le crâne en une explosion de chou et de bœuf, tandis qu'un bol de chili Texas Jailhouse me heurte l'entre-jambe.

La prochaine fois, je ne déjeunerai pas avant de venir.

A en croire la variété des projectiles, je commence à me demander si les respirants qui passent en voiture me jettent de la nourriture qui leur tombe sous la main ou s'ils ne feraient pas un crochet par le Burger King, le 7-Eleven ou le Safeway, juste histoire d'acheter des munitions. Étant donné que la majorité des aliments ne sont pas entamés, et que plusieurs véhicules repassent avec du ravitaillement, j'ai la vague impression que tout ceci n'est pas dû à une impulsion soudaine.

Commenter  J’apprécie          112
Cornwall   19 septembre 2014
Le Jour où les zombies ont devoré le Père-Noël de S. G. Browne
J'essaie de devenir l'un de ces arbres morts et d'aligner mes chakras de mort-vivants. Enfin, quand vous êtes un cadavre réanimé, trouver la paix intérieure est aussi difficile que de trouver un peu d'imagination dans un studio hollywoodien
Commenter  J’apprécie          110
Mariejuliet   14 octobre 2014
Le Jour où les zombies ont devoré le Père-Noël de S. G. Browne
Si vous n'avez jamais repris connaissance dans une ferme de cadavres, vêtu d'un costume de Père Noël, la cervelle explosée à l'arrière de votre crâne, alors vous ne pouvez pas comprendre.
Commenter  J’apprécie          110
Arakasi   14 janvier 2015
Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère ... et retrouvé l'amour de S. G. Browne
Quitte à passer pour quelqu'un qui ne mâche pas ses mots, rôtir et dévorer les membres d'un inconnu près d'un feu de camp, c'est quand même moins classe que de griller les côtes de sa mère et de les déguster à la lueur d'un chandelier, accompagnées d'artichauts et d'un disque de Billie Holiday.

Enfin, c'est mon avis.
Commenter  J’apprécie          100
Maks   01 décembre 2015
Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère ... et retrouvé l'amour de S. G. Browne
Alors que ma mère fait au moins semblant de comprendre les difficultés que j’ai traversées, mon père, lui, se plaint de l’odeur, de la honte et des dépenses qu’entraîne l’entretien d’un zombie. Il m’a même demandé un jour ce que je comptais faire dans la vie.

Comme si j’avais une réponse à cette question. Comme si j’étais revenu d’entre les morts avec un plan de carrière sur cinq ans. Et personne ne m’a jamais fait lire Être un zombie pour les nuls.
Commenter  J’apprécie          92
Maks   03 décembre 2015
Le Jour où les zombies ont devoré le Père-Noël de S. G. Browne
C'est un des avantages, quand on est un zombie. On peut se cogner l'orteil ou se faire arracher le bras sans remarquer la moindre différence entre les deux. Sauf que quand on se cogne l'orteil, on peut encore nouer ses lacets ou applaudir.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Citations humoristiques ...

-Ah ! Dans ce cas, prenez un peu de kouign amann, c'est léger ! - Joli biscuit, drôle de nom. - Kouign veut dire "gâteau", amann, "beurre". C'est une spécialité de Douarnenez. Ce qui était bien, c'était que la recette était incluse dans le nom. Ils proposaient aussi une spécialité plus courante : l'andouille de Guéméné. Les marchands ambulants en vendaient un peu partout à Paris. Sauf devant l'hôtel de Rohan-Guéméné, sur la place Royale : le prince de Guéméné goûtait mal d'entendre sous ses fenêtres les cuisiniers crier "Andouille de Guéméné !" Indice : du chou-fleur

Tout va très bien Madame la Comtesse ! de Francesco Muzzopappa
Au service secret de Marie-Antoinette : L'enquête du Barry de Frédéric Lenormand
Tous tes secrets de Lisa Jewell
Le mystère de Roccapendente de Marco Malvaldi

12 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , humour , citations philosophiquesCréer un quiz sur cet auteur