AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.55 /5 (sur 284 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 10/1988
Biographie :

Sabyl Ghoussoub est un écrivain, chroniqueur, journaliste, photographe et commissaire d'exposition

Né à Paris dans une famille libanaise, il est parti au Liban avant ses 18 ans. Il y a vécu plusieurs années, l'a quitté, puis est revenu lors de la révolution d'octobre 2019.

Entre 2012 et 2015, il a été directeur du festival du film libanais à Beyrouth. Depuis 2015, il se consacre principalement à l’écriture et la photographie.

Photographe, il a publié ses images dans The Guardian, Art Paper ou FotoRoom.

Chroniqueur et journaliste. pour la presse française (Libération, Konbini Arts, Blind Magazine, Bookwitty, Historia...) et libanaise (L'Orient-Le Jour, L'Officiel Levant, Agenda Culturel...), il est également commissaire d'exposition.

Depuis février 2021, il tient la chronique littéraire intitulée "Quoi qu'on en lise" dans le quotidien francophone libanais "L'Orient-Le Jour".

"Le nez juif" (L'Antilope, 2018) est son premier roman. Avec son troisième livre, "Beyrouth-sur-Seine" (2022), une autobiographie drôle et émouvante parue chez Stock, il remporte le prix Goncourt des lycéens 2022.

son site : https://www.sabylghoussoub.com/

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Sabyl Ghoussoub   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Prix Goncourt des Lycéens 2022, "Beyrouth-sur-Seine" est un livre sur la filiation, sur la transmission d'une culture, sur le fait de grandir, aussi. Ce roman de Sabyl Ghoussoub a illuminé la rentrée littéraire par son ton, novateur, et ses thèmes. Récit de la recherche d'un fils autour de la vie de ses parents, cette histoire intime embrasse trois décennies d'histoire et des milliers de kilomètres. Sabyl Ghoussoub nous révèle comment le regard des lycéens a changé la vision qu'il posait sur son propre roman et témoigne de ses émotions lors de l'annonce du prix. Il nous emmène ensuite dans les coulisses de son travail : dispositif narratif, manière d'aborder la question de l'exil, rapport à Beyrouth. Ses méthodes et son ressenti par rapport à son oeuvre transparaissent tout au long de cet entretien, qui se termine par une lecture d'un extrait de son livre, précédée d'un inventaire de ses claques récentes en matière de cinéma, de musique, de livre et de série. Découvrez "Beyrouth-sur-Seine" sur Fnac.com : https://livre.fnac.com/a17023750/Sabyl-Ghoussoub-Beyrouth-sur-Seine Suivez toutes les vidéos de la Claque Fnac sur la plateforme dédiée de L'Éclaireur Fnac : https://leclaireur.fnac.com/categorie/la-claque-fnac Retrouvez-nous sur Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel TikTok @fnac_officiel : https://www.tiktok.com/@fnac_officiel Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac L'Éclaireur Fnac : https://leclaireur.fnac.com #SabylGhoussoub #BeyrouthSurSeine #GoncourtdesLycéens #LEclaireurFnac #RDVFnac #LaClaqueFnac

+ Lire la suite

Citations et extraits (122) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   18 décembre 2022
Beyrouth-sur-Seine de Sabyl Ghoussoub
Cette fois-ci, direction Axa pour son assurance décès, une entrevue qui fut assez surréaliste dans un bureau en travaux où l’assureur expliquait à mon père que, s’il mourait après soixante-quinze ans, ma mère ne pourrait rien toucher de ce qu’il avait mis de côté pendant des années. Mon père, médusé, lui avait proposé alors de se suicider la veille de ses soixante-quinze ans. « Faites comme vous le sentez » lui avait répondu l’assureur. Mon père se retournait vers moi (j’avais préféré rester debout au fond du bureau), il me demandait mon avis sur la date de son futur décès ou s’il pouvait compter sur moi pour le tuer avant d’arriver à l’âge limite.
Commenter  J’apprécie          397
Bookycooky   10 octobre 2020
Beyrouth entre parenthèses de Sabyl Ghoussoub
Aristote Onassis......aurait dit : « Pour avoir du succès, soyez bronzé, vivez dans un immeuble chic (même si vous êtes dans la cave), faites-vous voir dans les restaurants élégants (même si vous ne prenez qu’une boisson) et, si vous empruntez, empruntez beaucoup.
Commenter  J’apprécie          322
Bookycooky   18 décembre 2022
Beyrouth-sur-Seine de Sabyl Ghoussoub
Ma mère, elle, se moque bien de juger les Joumblatt à travers leur politique, elle ne voit pas les choses ainsi. D’ailleurs, elle se moque éperdument de la politique et des positions de chacun, elle déteste ça et j’admire ce trait de caractère chez elle. Elle ne comprend pas et elle n’a jamais supporté l’engagement aveugle des gens pour une cause ou une autre. Elle déteste se retrouver au milieu d’une discussion politique et, dans ces cas-là, elle se recroqueville telle une tortue dans sa carapace, elle se tait et se met à jouer sur son iPhone. Elle aime les gens, les hommes et les femmes, peu importe leurs convictions, « je m’en fous et je m’en contrefous » me répète-t-elle, me faisant promettre de rester ma vie entière comme elle.
Commenter  J’apprécie          250
Cannetille   28 septembre 2022
Beyrouth-sur-Seine de Sabyl Ghoussoub
Mes parents voulaient que je naisse à Beyrouth. Ils m’ont dit après des heures d’entretiens qu’ils avaient attendu si longtemps entre Yala et moi pour me concevoir. Ils pensaient que la guerre se terminerait et qu’ils rentreraient enfin. Ils ne voulaient pas que je naisse à Paris, alors pendant toute leur vie ils ont recréé sans s’en apercevoir Beyrouth à la maison.

Je suis né à Beyrouth dans une rue de Paris.
Commenter  J’apprécie          230
Bookycooky   10 octobre 2020
Beyrouth entre parenthèses de Sabyl Ghoussoub
Les Israéliens se méfient de moi car je n’ai pas l’allure d’un Palestinien mais pas non plus celle d’un Israélien d’autant que je ne parle pas hébreu. Je demande comment on reconnaît l’allure d’un Palestinien ou d’un Israélien. À un pantalon trop large ? Une paire de Blundstone ? Une barbe un peu trop fournie ?
Commenter  J’apprécie          220
montmartin   01 décembre 2022
Beyrouth-sur-Seine de Sabyl Ghoussoub
 Je ne sais pas ce que représentera pour moi ce pays après la mort de mes parents. Peut-être qu’il disparaîtra avec eux. Quand je passe les voir dans leur appartement parisien, j’atterris au Liban… Dans leurs yeux, je vois ce pays. 
Commenter  J’apprécie          221
omarechal   28 janvier 2023
Beyrouth-sur-Seine de Sabyl Ghoussoub
Ensemble, ils sont toujours très drôles mais c’est intenable, je n’avance pas, ils se contredisent constamment. Ils ne sont jamais d’accord sur la date, le lieu, l’événement, à croire que la réalité est toujours la fiction qu’on se raconte.
Commenter  J’apprécie          20
omarechal   28 janvier 2023
Beyrouth-sur-Seine de Sabyl Ghoussoub
Leur première rencontre s’est déroulée autour d’un malentendu. Mon père entrait dans la galerie pendant qu’une exposition se mettait en place. Un tableau blanc avec un trait noir dessiné dessus était accroché à l’entrée. Mon père avait hurlé : « Waddah ! Passe-moi un feutre que je finisse ce tableau ! » Le tableau était signé de Shafic et Shafic était assis à fumer une cigarette. Waddah et ma mère, pris de panique, ont regardé Shafic qui, lui, a tendu un feutre à mon père. Mon père, qui ne savait pas à quoi Shafic ressemblait, a pris le feutre. Shafic a alors ajouté : « N’oubliez pas, cher monsieur, de rayer ensuite mon nom de la toile et d’inscrire le vôtre. »
Commenter  J’apprécie          00
omarechal   28 janvier 2023
Beyrouth-sur-Seine de Sabyl Ghoussoub
Mes parents voulaient que je naisse à Beyrouth. Ils m’ont dit après des heures d’entretiens qu’ils avaient attendu si longtemps entre Yala et moi pour me concevoir. Ils pensaient que la guerre se terminerait et qu’ils rentreraient enfin. Ils ne voulaient pas que je naisse à Paris, alors pendant toute leur vie ils ont recréé sans s’en apercevoir Beyrouth à la maison. Je suis né à Beyrouth dans une rue de Paris.
Commenter  J’apprécie          00
omarechal   28 janvier 2023
Beyrouth-sur-Seine de Sabyl Ghoussoub
Me revenaient en tête ces binationaux toutes origines confondues qui, de leur appartement parisien, expliquent quoi faire à leurs compatriotes restés ou coincés au pays. Rien ne m’agace plus que de voir ces intellectuels de pacotille se pavaner dans les stations de radio et les télévisions françaises à parler d’un pays où ils ne vivent pas ou plus.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quel est le bon titre des livres de George Orwell ?

La … des animaux ?

Ménagerie
Bergerie
Ferme
Maison

10 questions
83 lecteurs ont répondu
Thème : George OrwellCréer un quiz sur cet auteur