AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.14 /5 (sur 184 notes)

Nationalité : Iran
Né(e) à : Téhéran , le 17/02/1903
Mort(e) à : Paris , le 09/04/1951
Biographie :

Sadeq Hedayat un écrivain et traducteur iranien.

Il se rendit en France en 1926 pour y poursuivre ses études. Il rentra dans son pays en 1930, mais n’y occupa jamais que de médiocres emplois administratifs.

En 1936, il effectua en Inde un voyage dont il conserva toujours une très forte impression. Il visita également l’Ouzbékistan soviétique en 1944.

En décembre 1950, il revint en France, mais se donna la mort cinq mois après.

Toute son œuvre, étrange et sombre, est marquée par la hantise du suicide et il avait tenté une première fois de se tuer durant ses années d’études en Europe.

Il a laissé plusieurs recueils de nouvelles offrant, des mœurs populaires persanes, des tableaux colorés, d’un réalisme poétique très original.

Il est célèbre pour son roman "La Chouette aveugle" (1937), salué par les surréalistes lors de sa parution en français.
+ Voir plus
Source : www.jose-corti.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Sadegh Hedayat   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Cécile Ladjali est enseignante et écrivaine, deux métiers qui se nourrissent l'un l'autre. Dans son travail, par les mots et le langage, elle questionne la notion de transmission, celle des origines, des identités et de la création Dans cette rencontre virtuelle, autour du dernier roman de Cécile Ladjali, "La Fille de personne" publié aux éditions Actes Sud, on parle de Luce Notte, Kafka et Hedayat et du pouvoir extrêmement puissant, voire inégalable, de la littérature... Pour retrouver son livre, c'est ici : https://www.librairiedialogues.fr/livre/16461672-la-fille-de-personne-cecile-ladjali-actes-sud Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairiedialogues/ FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues TWITTER : https://twitter.com/Dialogues À bientôt !
+ Lire la suite
Podcast (1)


Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
Sesheta   18 juin 2008
La Chouette aveugle de Sadegh Hedayat
Il est des plaies qui, pareilles à la lèpre, rongent l’âme, lentement, dans la solitude.
Commenter  J’apprécie          390
Sesheta   18 juin 2008
La Chouette aveugle de Sadegh Hedayat
Pénétrera-t-on un jour le mystère de ces accidents métaphysiques, de ces reflets de l’ombre de l’âme, perceptibles seulement dans l’hébétude qui sépare le sommeil de l’état de veille ?



(p.23-24)
Commenter  J’apprécie          380
Sesheta   18 juin 2008
La Chouette aveugle de Sadegh Hedayat
Je n’écris que pour mon ombre projetée par la lampe sur le mur ; il faut que je me fasse comprendre d’elle.
Commenter  J’apprécie          330
Sesheta   18 juin 2008
La Chouette aveugle de Sadegh Hedayat
Tout ce que je ressens, tout ce que je vois et tout ce que j’évalue, n’est-ce pas un songe inconciliable avec la réalité ?



(p.25)
Commenter  J’apprécie          320
Bobby_The_Rasta_Lama   23 décembre 2021
Trois gouttes de sang de Sadegh Hedayat
A pas lents, elle se dirigea vers la place du village. Soudain, comme saisie par une inspiration, elle s'arrêta et déposa devant une porte l'enfant qui somnolait :

- Reste là, mon petit, je reviens.

L'enfant resta là, calme et docile, comme une poupée de chiffon. Zarrine-Kollâh n'avait pas l'intention de revenir ; elle ne l'embrassa même pas ; cet enfant ne lui servait plus à rien, n'était plus qu'une charge, une bouche à nourrir. Elle s'en débarrassait comme Gol-Bebou l'avait rejetée, comme sa mère l'avait chassée. C'était l'amour maternel tel qu'elle l'avait appris.

Non, elle n'avait nul besoin de cet enfant. Elle avait maintenant les mains libres : sans un sou, sans enfant, sans bagage. Elle respira profondément. Elle était libre ; elle savait enfin où elle en était.



("La femme qui avait perdu son mari")
Commenter  J’apprécie          309
Sachenka   24 mai 2017
La Chouette aveugle de Sadegh Hedayat
Je n'ai qu'une crainte, mourir demain, avant de m'être connu moi-même.
Commenter  J’apprécie          321
Sachenka   21 mai 2017
La Chouette aveugle de Sadegh Hedayat
J'ai toujours pensé que rien ne vaut le silence et qu'on ne peut faire mieux qu'imiter les butors qui passent leur temps au bord de la mer, à s'étirer les ailes, dans leur solitude.
Commenter  J’apprécie          310
Bobby_The_Rasta_Lama   20 décembre 2021
Trois gouttes de sang de Sadegh Hedayat
En vous racontant tout cela, madame, j'en tremble encore. Mais que pouvais-je faire ? Tout était de la faute de mon mari - que le feu prenne son coeur ! - qui m'avait assujettie à la fille d'un marchand de yaourt. Mon Dieu, puisse-t-elle n'en rien savoir dans l'autre monde ! Je volai donc quelques cheveux de Khadidjeh et les portai à Mollâ Ebrâhim, le Juif bien connu du quartier Rahtchaman. J'implorais à présent les secours de la magie : je fis jeter le fer à cheval au feu. Mollâ Ebrâhim me prit trois tomans pour transformer la femme en un tas de suif fondu : il me promit qu'avant la fin de la semaine, elle mourrait. Ah oui ! La besogne fut si bien conduite qu'un mois entier se passa dans l'attente, cependant que ma rivale, telle une montagne, ne cessait de grossir. J'en perdis, madame, toutes mes croyances dans la sorcellerie et autres pratiques de même farine.



("La quête d'absolution")
Commenter  J’apprécie          269
Henri-l-oiseleur   10 octobre 2015
Les chants d'Omar Khayam de Sadegh Hedayat
Dans le monde musulman, aucun poète ou écrivain n'a aussi franchement nié Dieu et les légendes bibliques que Khayam. On peut même le ranger parmi les Iraniens anti-arabes comme Ibn Moghafa'a, Beh-Afarid, Abu Moslem, Babak... Khayam cite les anciens rois perses avec nostalgie. On peut supposer que la lecture du Chahnameh de Firdusi l'avait à tel point impressionné que dans ses quatrains, il rappelle la grandeur majestueuse de ces rois, tombée en poussière, des anciens palais devenus refuges des renards ou nids de hibou. Ses railleries, ses allusions à l'Iran ancien démontrent sa haine envers les conquérants arabes et leur pensée, qu'il méprise.



p. 39-40. "Légendes bibliques ?"
Commenter  J’apprécie          260
Fabinou7   25 janvier 2021
L'homme qui tua son désir de Sadegh Hedayat
“Les gens, à ses yeux, avaient l’air terne et usé des vieilles choses qui ont perdues leur éclat. Ils n’en plongeaient que plus gaillardement leurs griffes dans le ventre de la vie, et leurs craintes, leurs manies, leurs superstitions et leurs contentement de soi ne faisaient qu’augmenter.”
Commenter  J’apprécie          260

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon prénom est Jacques

Je suis un chanteur belge et je suis mort, malheureusement. Quel est mon nom de famille ?

Brel
Moustaki
Adamo
Ferré

12 questions
28 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur