AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 165 notes)

Nationalité : Syrie
Né(e) à : Jablé , le 18/08/1970
Biographie :

Samar Yazbek est une journaliste et écrivaine syrienne. Elle a étudié la littérature arabe à l'université.

En tant qu'écrivain, elle est l'auteur de romans, nouvelles, scénarios de films et de téléfilms. Elle a rédigé des critiques de films et de télévision.
Elle est l’auteur de "Feux croisés" et "Un parfum de cannelle".
Elle a produit Women of Syria, magazine féministe numérique.

Bien qu'appartenant à la communauté alaouite, elle a critiqué Bachar El Assad et soutenu les droits des hommes et des femmes dans son pays.

Source : http://en.wikipedia.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Près de dix ans après les premiers soulèvements, la guerre continue en Syrie, avec, en ce moment, une crise d'une ampleur inédite dans et autour d'Idlib, dernier bastion rebelle du territoire, sous les feux russe, syrien et turque. Consigner la mémoire du conflit syrien face à l'amnésie collective et donner la parole aux femmes, seule capable d'approcher la vérité dans une société patriarcale. C'est l'entreprise de notre invitée : Samar Yazbek, romancière, poète et journaliste syrienne, exilée en France. La Grande table Idées d'Olivia Gesbert – émission du 4 mars 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020 Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
carre   18 mai 2017
Les portes du néant de Samar Yazbek
Les rouages des négociations internationales se grippent et pendant ce temps, le sang coule, on compte des millions de déplacés, qui deviendront des millions de réfugiés. La Syrie ne sera plus jamais la même. On l'a pendue et écartelée.
Commenter  J’apprécie          221
Bazart   30 septembre 2018
La marcheuse de Samar Yazbek
Tu peux imaginer, cher lecteur, les odeurs étranges qui pouvaient s’exhaler du bus. Pour m’exprimer correctement, je devrais plutôt parler d’autobus ou d’autocar, mais ce sont des mots que je n’aime pas.
Commenter  J’apprécie          190
Under_the_Moon   17 juillet 2016
Un parfum de cannelle de Samar Yazbek
Tous les doigts ne sont pas égaux devant le plaisir.
Commenter  J’apprécie          160
Sharon   26 mars 2016
Les portes du néant de Samar Yazbek
Il n'y a qu'un seul vainqueur en Syrie : la mort. on ne parle que d'elle, partout. Tout est relatif, sujet au doute. La seule chose dont on puisse être certain, c'est que la mort triomphera.
Commenter  J’apprécie          81
missmolko1   02 septembre 2016
Les portes du néant de Samar Yazbek
La Syrie de mes souvenirs avait été l'un des plus beaux pays du monde. J'avais passé mon enfance dans la ville de Tabqa (aussi appelée Thawra), près de Raqqa, sur les rives de l'Euphrate, et mon adolescence dans la cité historique de Jableh sur la Méditerranée, puis à Lattaquié, principal port syrien. Plus tard, j'avais vécu seule avec ma fille à Damas, pendant plusieurs années, loin de ma famille, de ma communauté et des entraves du sectarisme. J'étais indépendante, libre de mes choix, mais mon mode de vie m'avait valu la critique, le rejet et la médisance. Il était difficile d’être une femme dans cette société conservatrice qui ne permettait pas aux femmes de se rebeller contre ses lois. Tout semblait résister aux changement. Et la dernière chose que j'aurais pu imaginer, lors de cette première traversée des provinces rurales du nord de la Syrie, était de les trouver bel et bien détruites.
Commenter  J’apprécie          60
psambou   06 juin 2016
Les portes du néant de Samar Yazbek
Je n'avais pas l'intention de tuer quand je me suis engagé dans le bataillon. Chaque fois qu'il y avait un combat, nous faisions en sorte de ne pas porter de coups mortes. On s'était mis tous d'accord pour viser les pieds. Mais la situation a changé. Vous le savez, ils nous ont bombardés; Ils ont arrêté et tué nos gars. Face à leur brutalité, on tirait, c'est tout, on s'en fichait de savoir où on visait. ....

Au combat, nous ne sommes plus des hommes, nous sommes des animaux. c'est tuer ou être tué.
Commenter  J’apprécie          60
armand7000   27 juin 2019
La marcheuse de Samar Yazbek
« Plus tard, j’essaierai de t’expliquer ce que signifie la faim, mais vu que j’essaie de te présenter mon récit de la manière la plus structurée que possible, je vais laisser de côté cette sensation qui ressemble à un triangle », annonce-t-elle. Et, nous montrant le chemin entre les gravats de la douleur, Rima de poursuivre sur la peur, qui « te creuse des ravines dans le corps », et dont le « siège est situé dans les jambes ».
Commenter  J’apprécie          60
Myrinna   08 août 2017
Les portes du néant de Samar Yazbek
L'ignorance est le fondement de l'extrémisme.
Commenter  J’apprécie          71
Baldrico   22 mars 2018
Les portes du néant de Samar Yazbek
"La victoire est à nous, dictateur, me disais-je à moi-même. Qui sait si cela durera, si nous vivrons, mais ici maintenant nous t'avons vaincu. Tu gagneras sans doute parce que tu es un criminel et que nous sommes les enfants d'une Syrie qui a disparu... Mais ici, maintenant, nous t'avons vaincu!" Cette sensation de triomphe ne dura qu'un court instant, le bombardement s'intensifia, nous plongeant dans le silence.
Commenter  J’apprécie          40
SeriallectriceSV   16 décembre 2016
Les portes du néant de Samar Yazbek
L'ignorance est le fondement de l'extrémisme.
Commenter  J’apprécie          62

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-50171

Madame de Chaville appela : – Placide ! – Madame ? – Vous pouvez desservir. – Bien, madame. Et Mme de Chaville alla rejoindre ses invités. Resté seul, le fidèle serviteur Placide grommela l’inévitable « Ça n’est pas trop tôt, j’ai cru qu’ils n’en finiraient pas ! ». Puis il parut hésiter entre un verre de fine champagne et un autre de chartreuse.

Alphonse Allais
Amédée Achard

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : couple , littérature française , guerreCréer un quiz sur cet auteur

.. ..