AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.61 /5 (sur 99 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Arvida , 1978
Biographie :

Samuel Archibald quitte le Saguenay après le déluge de 1996 et s'installe à Montréal juste à temps pour le verglas massif de 1998.

Il passe l'essentiel des dix années suivantes à étudier, et vit en Europe de 2007 à 2009.

Il a été enseignant invité à l’Université de Poitiers et à l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême. Il est l’auteur de Le texte et la technique. La lecture à l’heure des médias numériques (Montréal, Le Quartanier, 2009).

Depuis son retour au Québec, il donne des cours au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal sur le roman policier et de science-fiction, le cinéma d'horreur, les jeux vidéo et la culture populaire contemporaine.

Il signe avec Arvida sa première œuvre de fiction. Il se consacre actuellement à l'écriture de 1994, un roman pas vraiment de science-fiction (mais presque), où l'école secondaire est envisagée comme un monde dystopique. 1994 paraîtra en 2013 au Quartanier.

Son prochain livre, Virginie, paraîtra en 2014.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Moan   11 octobre 2014
Arvida de Samuel Archibald
- Connais-tu Proust?

- Ecrivain français auteur d'A la recherche du temps perdu. Six lettres.

- Voilà. Ce truc-là, c'est l'Everest. Quelque chose comme quatre mille pages. Là-dedans, le narrateur goûte au début à une madeleine et ça fait revenir à sa mémoire toute son enfance. Tu te rends compte? Le gars a sorti le monde entier d'un biscuit.

-C'est pas vraiment un biscuit , une madeleine.

-Je sais. Mais moi j'ai rien qui se rapproche de ça. J'ai pas de madeleine. Tout ce dont on avait faim, quand on était des enfants, c'était de MacDo.
Commenter  J’apprécie          100
LittleMary226   16 février 2015
Arvida de Samuel Archibald
[…] les histoires que j’aime sont inracontables ou perdent à être racontées ou s’autodétruisent dans l’exercice même de leur formulation.
Commenter  J’apprécie          70
MarianneRichard   30 mai 2015
Arvida de Samuel Archibald
Les pâtisserie ancienne évoquent notre enfance pour nous seuls, et encore, si on prend le temps de le mastiquer comme il faut, on doit bien avouer qu'elles ne goûtent plus la même chose. P.11
Commenter  J’apprécie          50
igregoire   08 août 2014
Arvida de Samuel Archibald
(...) l'idée que l'objet du désir n'a jamais rien à voir avec le désir lui-même; l'idée que la satisfaction du désir ne le comble pas plus qu'il ne le fait disparaître, qu'au milieu de toutes les choses voulues le désir demeure en nous et se dessèche en remords et en regrets.

page 18
Commenter  J’apprécie          40
xBennyGx   10 avril 2014
Arvida de Samuel Archibald
L'Amérique est une mauvaise idée qui a fait du chemin. C'est ce que j'ai toujours pensé et ce n'est même pas une image.

J'aurais dû dire : l'Amérique est une mauvaise idée qui a fait beaucoup de chemins. Une idée qui a produit des routes interminables qui ne mènent nulle part, des routes coulées en asphalte ou tapées sur la terre, dessinées avec du gravier et du sable, et tu peux rouler dessus pendant des heures pour trouver à l'autre bout à peu près rien, un t'as de bois, de tôle et de briques, et un vieux bonhomme planté debout au travers du chemin qui te demande :

-Veux-tu bin me dire qu'est-ce que tu viens faire par icitte?
Commenter  J’apprécie          30
Cielvariable   04 mars 2018
Quinze pour cent de Samuel Archibald
Pour la vieille, ils avaient manqué de cartouches.



Pour la vieille ils avaient pris leurs poings et leurs pieds et la crosse de leur fusil. Peut-être que ça avait été un réconfort pour elle de savoir que son mari ne pouvait pas voir ça. L’inspecteur-chef Leroux regarda le cadavre du vieux monsieur par terre, les vêtements souillés, la moitié de la tête arrachée par les plombs de fusil, du sang partout. Probablement pas. Pour la vieille ils avaient pris leurs poings et leurs pieds et la crosse du fusil. Ça veut dire qu’ils n’étaient pas venus pour tuer, mais qu’ils avaient quand même apporté un .12 chargé.



Leroux balaya la cuisine du regard. Les vieux avaient été maintenus sur leur chaise pendant que les tueurs fouillaient. Deux hommes pas plus. Il imagina une fille dans le coin avec un trou dans ses jeans au-dessus du genou droit, un perfecto et de longs cheveux blonds sans éclat. Il imagina une fille et lui dessina deux visages, le premier paniqué et terrorisé, le deuxième curieux et pervers, mais non. Il la laissa s’effacer sur le tabouret comme une parole sans écho. Il se tourna vers le légiste qui s’activait au-dessus du corps de la vieille femme et de la bouillie immonde qu’était devenue sa figure. Il dit :



- Ils étaient deux.



- Pourquoi tu dis ça ?



- C’est le genre de folie qu’on fait à deux. Tout seul, t’as pas le courage. À trois ou quatre, tu te raisonnes.



C’était une réponse aussi bonne qu’une autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gwenaweb   14 octobre 2013
Arvida de Samuel Archibald
Les pâtisseries anciennes évoquent notre enfance pour nous seuls, et encore, si on prend le temps de les mastiquer comme il faut, on doit bien avouer qu'elles ne goûtent plus la même chose.
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2   29 novembre 2016
Real niggaz dont die ! de Samuel Archibald
En fait, à travers CJ, c’est toute l’opposition binaire entre récit et jeu que San Andreas déconstruit. En refusant de les considérer comme des catégories nécessairement complémentaires ou contradictoires, San Andreas propose l’alternative de leur coexistence hétérogène.

Cette coexistence ne va pas toujours de soi. Une tension est vécue assez tôt dans San Andreas. Durant la première partie du jeu, je m’aperçois rapidement que mon soi-disant homie Big Smoke est un traître. Tous les signes sont là : il a déménagé dans un quartier sous contrôle Ballas, se fait évasif à chaque fois que mon frère Sweet réitère sa décision de ne pas impliquer les familles de Grove Street dans le trafic de drogue et reçoit les visites de l’officier Tempenny, au sujet desquelles il refuse de s’expliquer. Ce que je comprends très vite, CJ refuse de le voir. Je ne peux ainsi agir selon ce que je sais parce que CJ, lui, l’ignore. Hors des missions et des cinématiques, Big Smoke n’est repérable nulle part dans le monde numérique. je n’ai d’autres choix que d’accepter les tâches qu’il me confie pour faire progresser le récit, conscient à chaque pas de mon incapacité à commettre la seule action logique : tuer ce sale traître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Malice   27 octobre 2013
Arvida de Samuel Archibald
Périodiquement, on évoque l'intronisation éventuelle de la ville au patrimoine mondial de l'Unesco. Je pense qu'ils en parlaient en la construisant. C'est le même running gag entre mon père et moi. Quand on passe devant une maison arvidienne envers laquelle les années n'ont pas été tendres, un duplex dont les propriétaires ont peint leur moitié de couleurs différentes ou un gazon entretenu avec laxisme, l'un de nous deux dit : - Celle-là, y seraient mieux de pas la montrer aux gars de l'Unesco
Commenter  J’apprécie          20
sweetie   14 février 2017
Arvida de Samuel Archibald
Sa grand-mère lui a appris qu'une femme a le droit d'entendre ce qu'elle veut bien entendre et de laisser le reste se pendre aux ailes des oiseaux de malheur.
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
157 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur