AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.68 /5 (sur 42 notes)

Nationalité : Israël
Né(e) à : Boutchatch , le 17/07/1888
Mort(e) à : Rehovot , le 17/02/1970
Biographie :

Samuel Joseph Tchatchkès est un écrivain israélien.

Agnon ne va pas à l’école officielle mais il est éduqué par ses parents et par la religion. Il vit dans un milieu dont la culture est autant le yiddish à la maison, que l’hébreu qu’il apprend dès neuf ans dans les textes sacrés de la Bible et du Talmud. Sa prise de conscience sioniste est définitive après la mort de Herzl le 3 juillet 1904, le 7ème congrès sioniste de 1905 et surtout les événements du pogrom de Bialystok de juin 1906- massacre de plus d'une centaine de juifs.

Il quitte alors sa bourgade de Boutchatch pour «s’accomplir en tant que juif, et ne pas se laisser vivre lamentablement dans cet exil».

A dix-neuf ans et demi, il part pour la terre sainte. Il publie son premier conte en hébreu, en Israël, dès 1908, "Les épouses abandonnées".

Pour la première fois, Tchatchkès prend le pseudonyme d'Agnon . De 1913 à 1924, il part vivre en Allemagne. Avec son ami Martin Buber, il rassemble les écrits hassidiques qui auront une influence profonde sur le judaïsme occidental.

En 1924, Agnon retourne en Israël après que sa bibliothèque et ses manuscrits aient brûlés dans un incendie en Allemagne. Il s’installe à Jérusalem. Ses écrits relatent la vie et le déclin des juifs en Galicie. Il publie "La dot des fiancées" (1931) et "Une histoire simple" (1935).

Dès sa nouvelle "Un hôte pour la nuit" en 1940, il décrit et pressent ce que sera la tragédie des juifs en Galicie. Il devient le conteur des débuts de la nation israélienne parlant des premiers colons. Il est un trésor national en Israël, honoré et admiré.

En 1966, il obtient le prix Nobel de Littérature, qu'il partage avec la poétesse Nelly Sachs.

Son œuvre, profondément imprégnée par le hassidisme, marque un moment majeur de la littérature hébraïque. Il a d’ailleurs contribué à l’invention de l’hébreu moderne, bien que son écriture atypique, imbibée de textes sacrés soit difficile à lire.
+ Voir plus
Source : www.espritsnomades.com/sitelitterature/agnon/agnon.html
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Prix nobel de littérature - Israël
Un membre de l'Académie suédoise annonce les lauréats du prix nobel de littérature 1966. Il s'agit de Nelly SACHS et de Samuel Joseph AGNON (dont on aperçoit quelques images en famille à Jérusalem).

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleur   06 mai 2018
Le chien Balak de Samuel-Joseph Agnon
Mordu de jalousie, il (Balak, le chien) envia les créatures humaines dont les mains pouvaient s'étreindre. Il se prit à soupirer sur son sort d'exilé. Pauvre sot ! Il ignorait que face à la haine et à la persécution, tous sont égaux, hommes et chiens.
Commenter  J’apprécie          70
enkidu_   24 août 2017
Une histoire toute simple de Samuel-Joseph Agnon
Le cachet des bonnes familles ne s’efface pas vite. Il est facile de faire des paquets de bonbons, plus difficile de les jeter en cadeau à une femme étrangère. Hirschel était encore là, selon son habitude, regardant de loin ses camarades s’approcher de leurs plaisirs, alors que ses mains étaient vides et son cœur brûlant.



Il savait que ni aujourd’hui ni demain il n’échapperait à son angoisse. La Loi qu’il avait apprise dans sa jeunesse le gardait dans son adolescence. Il jetait les yeux sur les filles du pays, et la Loi en détournait ses yeux. Il désirait un conseil pour approcher d’elles, et la Loi lui disait ce qu’avaient fait les premiers Sages : ainsi Rabbi Mathia, fils de Heresh, n’avait de sa vie levé les yeux sur une femme. Satan voulu se venger de lui et se présenta sous la forme de la plus belle femme du monde. A cette vue, le rabbin détourna les yeux. La vision se tournait de tous les côtés, alors il alla chercher du feu et des clous, jeta les clous dans le feu et s’en aveugla.



Un jeune commerçant n’est pas un sage occupé de la Loi ; mais son intelligence lui portait secours, car elle lui rappelait combien de hontes suivent la transgression : mille morts plutôt qu’une seule honte. (pp. 38-39)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Henri-l-oiseleur   10 mai 2018
L'hôte de passage de Samuel-Joseph Agnon
(Erela Bach). Depuis que je vis ici je n'ai pas eu l'occasion de parler à Erela, sauf par hasard. Je dois dire qu'il n'y a aucun plaisir à converser avec elle. D'abord, elle s'est emparée de toute la vérité et n'en laisse rien aux autres. Ensuite, elle relève chaque mot que vous dites pour vous faire dire ce que vous n'avez pas dit, et vous attaque là-dessus. Si par exemple vous dites que Ruben est un type bien, elle bondit et demande : "Pourquoi, tu penses que Simon n'est pas un type bien ?"
Commenter  J’apprécie          32

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Ils/elles ont chanté nos amis les bêtes

Je suis un primate qui a mauvaise réputation. D'ailleurs celui qui me chante le crie bien :" Gare au gooorriillleee ".

Georges Brassens
George Michael
Georges Moustaki

15 questions
24 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur