AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.7 /5 (sur 124 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 18/04/1927
Mort(e) à : Martha's Vineyard , le 24/12/2008
Biographie :

Samuel Phillips Huntington est un professeur américain de science politique.

Il est mondialement connu pour son livre intitulé "Le Choc des civilisations" (The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order) paru en 1996.

Diplômé de l'Université de Yale à 18 ans, il fait son service militaire, puis obtient son master à l'Université de Chicago et son doctorat à l'Université Harvard où il commence sa carrière d'enseignant à 23 ans. Il travaille à Harvard pendant 58 ans et ne cesse ses cours qu'en 2007.

Il a également été membre du Conseil de sécurité nationale au sein de l’administration Carter (1977-1978).

Il est l'auteur, co-auteur ou éditeur de 17 ouvrages et 90 articles scientifiques traitant de sujets politiques divers: la politique américaine, la démocratisation, la politique militaire, la stratégie ou encore la politique de développement.

En 1957, il écrit un livre sur l'armée "The Soldier and the State". Il explique que la profession militaire échappe aux motivations économiques aussi bien qu'au patriotisme passager du soldat citoyen. Elle est faite de l'amour du métier et du souci constant de la grandeur de l'État et du bien-être de la société.

Dans "Qui sommes-nous ? Identité nationale et choc des cultures" (Who Are We? The Challenges to America’s National Identity, 2004) il s'est intéresse aux fondements de l'identité, et plus particulièrement de l'identité américaine, confronté à une nouvelle vague d'immigration.

Certains ont reproché à Huntington de peindre un Occident assiégé par des civilisations hostiles alors que le monde est de plus en plus interdépendant. Les tenants des théorie d'Huntington se sont sentis confortés dans leur crainte par les attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center et le Pentagone. Ce à quoi l'auteur répond : "Les événements donnent une certaine validité à mes théories. Je préfèrerais qu'il en aille autrement."
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Samuel P. Huntington   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Cette conférence s'inscrit dans le cycle Europe du Collège de France 2021-2022 consacré au thème Les deux Europes. Cycle : Les deux Europes et leurs traditions constitutionnelles : une histoire de malentendus évitables ou de différences insurmontables ? Titre : Dialogue inachevé entre les idées constitutionnelles en Europe de l'Est et en Europe de l'Ouest Intervenante : Angelika Nussberger Juriste, professeure à l'université de Cologne (Allemagne), juge internationale auprès de la Cour constitutionnelle de Bosnie-Herzégovine, ancienne juge auprès de la Cour européenne des droits de l'homme, invitée par la professeure Samantha Besson. Conférence du 03 février 2022. Découvrez les autres conférences du cycle : https://www.college-de-france.fr/site/cycle-europe/Cycle-Europe.htm Chaire de la professeure Samantha Besson : Droit international des institutions Accédez aux vidéos de ses enseignements : https://www.college-de-france.fr/site/samantha-besson/index.htm Il n'y a pas une, mais deux histoires à raconter sur le développement des idées constitutionnelles en Europe : une pour l'Europe de l'Est et une pour l'Europe de l'Ouest. Dès le siècle des Lumières, l'Ouest du continent, en particulier la France, se considéra comme moteur des idées progressistes sur l'État et le droit, tandis que l'Est semblait davantage en retrait. Bien que la Constitution polonaise ait été rédigée quelques mois avant la Constitution française de 1791, elle était perçue comme désuète, alors que la seconde a été reçue comme un modèle de réussite. L'État à laquelle elle donnait un cadre était de plus confronté à la politique expansionniste de ses voisins. Certains États à l'Est, comme l'Empire russe, n'étaient aucunement prêts à laisser prospérer les idées des droits de l'Homme et du constitutionnalisme, et avaient même tendance à les transformer immédiatement en leurs contraires. Ces faits historiques peuvent être interprétés de diverses manières : soit comme l'illustration d'une Europe à deux vitesses, soit, à la suite de Samuel Huntington ou Jenö Szücz, comme l'expression d'héritages juridiques différents qui ne peuvent être réunis en un patrimoine commun. Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/College.de.France Instagram : https://www.instagram.com/collegedefrance Twitter : https://twitter.com/cdf1530 LinkedIn : https://fr.linkedin.com/company/collègedefrance

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
Samuel P. Huntington
Medieviste   17 novembre 2019
Samuel P. Huntington
"La France, tout particulièrement, a connu un effondrement civilisationnel éclair dont personne, pas même Braudel, mort en 1985, ne semble avoir compris la portée dramatique. Cette nation qui a été pendant mille ans le fer de lance intellectuel de la Civilisation occidentale bascule à la charnière des années 1970-80. En moins de deux générations, on assiste à une explosion de l'illettrisme, de la criminalité de droit commun, de la corruption politique, et à un remaniement à grande échelle de sa population qui la destituent comme nation historique d'Europe occidentale. Les Français, paradoxalement, refusent de considérer objectivement leur situation et semblent vouloir s'installer dans le déni jusqu'à ce que mort s'ensuive. L'avenir se fera manifestement sans eux." S. Huntington, 1997
Commenter  J’apprécie          290
Caracalla   18 octobre 2012
Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington
« L’idée selon laquelle la diffusion de la culture de masse et des biens de consommation dans le monde entier représente le triomphe de la civilisation occidentale repose sur une vision affadie de la culture occidentale. L’essence de la civilisation occidentale, c’est le droit, pas le MacDo. Le fait que les non-Occidentaux puissent opter pour le second n’implique pas qu’ils acceptent le premier.

C’est également sans conséquence directe sur leur attitude à l’égard de l’Occident. Quelque part au Moyen-Orient, une demi-douzaine de jeunes gens peuvent bien porter des jeans, boire du Coca-Cola, écouter du rap et cependant faire sauter un avion de ligne américain. Pendant les années soixante-dix et quatre-vingt, les Américains ont consommé des millions de voitures, de postes de télévision, d’appareils photo et de gadgets électroniques japonais sans se « japoniser » pour autant. Ils sont même devenus de plus en plus hostiles au Japon. Seule l’arrogance incite les Occidentaux à considérer que les non-Occidentaux « s’occidentaliseront » en consommant plus de produits occidentaux. Le fait que les Occidentaux identifient leur culture à des liquides vaisselle, des pantalons décolorés et des aliments trop riches, voilà qui est révélateur de ce qu’est l’Occident. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Cosmopolite   23 octobre 2018
Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington
En Europe occidentale, l'antisémitisme vis-à-vis des Arabes a en grande partie remplacé l'antisémitisme à l'égard des Juifs.
Commenter  J’apprécie          260
Zedbahr   05 avril 2012
Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington
Normativement, l'Occident, dans sa prétention à l’universalité, tient pour évident que les peuples du monde entier devraient adhérer aux valeurs, aux institutions et à la culture occidentale parce qu’elles constituent le mode de pensée le plus élaboré, le plus lumineux, le plus libéral, le plus rationnel, le plus moderne. Dans un monde traversé par les conflits ethniques et les chocs entre civilisations, la croyance occidentale dans la vocation universelle de sa culture a trois défauts majeurs : elle est fausse, elle est immorale et elle est dangereuse. [...] L’impérialisme est la conséquence logique de la prétention à l’universalité.

Commenter  J’apprécie          201
Zedbahr   05 avril 2012
Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington
Les multiculturalistes américains rejettent l'héritage culturel de leur pays. Ils [...] souhaitent créer un pays aux civilisations multiples, c'est à dire un pays n'appartenant à aucune civilisation et dépourvu d'unité culturelle. L'histoire nous apprend qu'aucun État ainsi constitué n'a jamais perduré en tant que société cohérente.

Commenter  J’apprécie          153
Fontenella   18 septembre 2020
Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington
Pierre a créé un pays déchiré. Au XIXe siècle, les slavophiles aussi bien que les partisans de l'Occident n'ont cessé de déplorer cette situation infortunée sans parvenir à s'entendre sur la question de savoir s'il fallait s'européaniser ou bien au contraire éliminer les influences européennes et revenir au vrai esprit de la Russie. Un pro-occidental comme Chaadayev soutenait que « le soleil est le soleil de l'Occident» et que la Russie devait en user pour rendre ses institutions plus éclairées et les changer.



Un slavophile comme Danilevski, utilisant des termes qu'on a entendus aussi pendant les années quatre-vingt-dix, voyait dans les tentatives d'européanisation une façon de «subvertir la vie des gens et d'en remplacer les formes par des formes autres, étrangères», d' « emprunter des institutions étrangères pour les transplanter sur le sol russe» et de « considérer les relations intérieures et extérieures, et les questions liées à la

vie des Russes d'un point de vue étranger, européen, c'est-à-dire à travers un prisme conçu pour regarder le monde selon un angle européen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Fontenella   18 septembre 2020
Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington
Pour devenir riche et puissant, il faudrait devenir comme l'Occident.



Aujourd'hui, cependant, cette attitude kémaliste a disparu en

Extrême-Orient. Les Extrême-Orientaux attribuent leur réussite économique non aux emprunts à la culture occidentale mais à leur adhésion à leur propre culture. Ils réussissent, pensent-ils, parce qu'ils sont différents des Occidentaux. De même, lorsque des sociétés non occidentales se sont senties en position de faiblesse vis-à-vis de l'Occident, elles en ont appelé aux valeurs occidentales d'autodétermination, de libéralisme, de démocratie et d'indépendance pour justifier leur opposition à la domination occidentale.
Commenter  J’apprécie          100
liberliger   17 février 2019
Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington
Les grandes idéologies politiques du XXe siècle sont le libéralisme, le socialisme, l’anarchisme, le corporatisme, le marxisme, le communisme, la social-démocratie, le conservatisme, le nationalisme, le fascisme et la démocratie chrétienne. Elles ont toutes un point commun : elles sont le produit de la civilisation occidentale. Aucune autre civilisation n'a engendré d'idéologie politique importante. L'Occident, en contrepartie, n'a jamais suscité de grande religion. Les grandes religions du monde sont toutes le produit des civilisations non occidentales et, dans la plupart des cas, sont antérieures à la civilisation occidentale. L'Occident perdant de son influence, les idéologies qui symbolisent la civilisation occidentale passée déclinent, et leur place est prise par les religions et d'autres formes d'identité et d'engagement reposant sur des bases culturelles.
Commenter  J’apprécie          81
Jeanmarc30   16 septembre 2020
Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington
Les États-nations restent les principaux acteurs sur la scène internationale.

Comme par le passé, leur comportement est déterminé par

la quête de la puissance et de la richesse. Mais il dépend aussi de préférences, de liens communautaires et de différences culturelles. Les principaux groupes d'États ne sont plus les trois blocs de la guerre froide; ce sont plutôt les sept ou huit civilisations majeures dans le monde. La richesse économique, la puissance économique et l'influence politique des sociétés non occidentales s'accroissent, en particulier en Extrême-Orient. Plus leur pouvoir et leur confiance en elles augmentent, plus elles affirment leurs valeurs culturelles et rejettent

celles que l'Occident leur a « imposées ». « Le système international du XXe siècle, notait Henry Kissinger, comportera au moins six grandes puissances -les États-Unis, l'Europe, la Chine, le Japon, la Russie et probablement l'Inde -, plus un grand nombre de pays moyens et petits. » Les six grandes puissances selon Henry Kissinger appartiennent en fait à cinq civilisations très différentes. De plus, la situation stratégique, la démographie et/ou les ressources pétrolières de certains

États musulmans importants rendent ces derniers très influents. Dans le monde nouveau qui est désormais le nôtre, la politique locale est ethnique et la politique globale est civilisationnelle. La rivalité entre grandes puissances est remplacée par le choc des civilisations.



Dans ce monde nouveau, les conflits les plus étendus, les plus

importants et les plus dangereux n'auront pas lieu entre classes

sociales, entre riches et pauvres, entre groupes définis selon des critères économiques, mais entre peuples appartenant à différentes entités culturelles. Les guerres tribales et les conflits ethniques feront rage à l'intérieur même de ces civilisations. Cependant, la violence entre les États et les groupes appartenant à différentes civilisations comporte un risque d'escalade si d'autres États ou groupes appartenant

à ces civilisations se mettent à soutenir leurs « frères ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Zedbahr   05 avril 2012
Le choc des civilisations de Samuel P. Huntington
La résurgence religieuse à travers le monde est une réaction à la laïcisation, au relativisme moral et à la tolérance individuelle, et une réaffirmation des valeurs d'ordre, de discipline, de travail, d'entraide et de solidarité humaine.

Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz - L'Affaire Alaska Sanders - Joël Dicker

Qui est retrouvée morte à Grey Beach le 3 avril 1999 ?

Eleanor Lowell
Walter Carrey
Alaska Sanders
Lauren Donovan

30 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : L'Affaire Alaska Sanders de Joël DickerCréer un quiz sur cet auteur