AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.5 /5 (sur 3 notes)

Nationalité : Hongrie
Né(e) : 1980
Biographie :

Sándor Jászberényi, né en 1980 ŕ Sopron, est un auteur et un reporter hongrois. Il a étudié la littérature, la philosophie et l’arabe ŕ l’Université de Budapest. Il a travaillé comme correspondant de guerre au Moyen-Orient et en Afrique pour les journaux hongrois. Il a également contribué au New York Times et ŕ l’Egypt Independent. Il était présent lors des Printemps arabes, mais a également été témoin de la crise du Darfour, et il s’intéresse aux conflits islamiques armés. Il a notamment couvert la révolution houthie au Yémen. Il est publié en Hongrie dans des magazines littéraires. Son premier recueil de nouvelles, « La Fičvre », a été traduit aux Etats-Unis, en Angleterre, en Inde, en Nouvelle-Zélande et en Italie. Lorsqu’il n’est pas en reportage, il partage son temps entre Budapest et Le Caire. Il vient de faire paraître un deuxičme recueil de nouvelles, déjŕ récompensé par le prestigieux prix des libraires hongrois Libri, et travaille ŕ l’écriture d’un roman se déroulant en Hongrie, en pleine crise migratoire.
+ Voir plus
Source : http://mirobole-editions.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Sandor Jászberényi   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pour le 4e épisode de Cercle Polar spécial été, Christine Ferniot et Michel Abescat vous propose un recueil de nouvelles noires : "La Fièvre" de l'auteur hongrois Sándor Jászberényi.


Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaoui   18 mai 2019
La fičvre et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
Arthur Rimbaud a écrit, ŕ propos d’Aden : une fosse septique puante, le bout du monde. Une plaque dans un hôtel rappelle que c’est ici que le počte débuta sa carričre africaine. Dommage qu’ils aient mal orthographié son nom.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   18 mai 2019
La fičvre et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
Le bout du monde t’a toujours attiré. Le point zéro, lŕ oů tout s’arręte. La civilisation, la culture, l’État, l’ordre, toutes les rčgles qui encadrent le monde. Contrairement au centre du monde, le bout du monde est facilement accessible, car personne ne cherche ŕ s’y rendre avant toi. Tu ne seras victime d’aucune discrimination, religieuse ou autre.
Commenter  J’apprécie          10
JustAWord   15 avril 2019
La Fičvre, et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
Aujourd’hui, les morts sont tarifées […] Un homme abattu, ça vaut cinquante dollars, un enfant cent dollars, les femmes fluctuent entre les deux. Le monde ne deviendra pas meilleur si on montre des horreurs, au mieux ça fera sourciller les braves gens quelques secondes, le temps de vider leur jus d’orange au petit déjeuner.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   18 mai 2019
La fičvre et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
C’est bien d’ętre accompagné par quelqu’un sur le terrain. Dans le pire des cas, il pourra mentir ŕ votre famille en lui rapportant vos derničres paroles, pleines de sagesse, ou embellir votre mort, purement accidentelle, en l’émaillant de détails héroďques.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   18 mai 2019
La fičvre et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
C’était agréable de se promener dans le centre-ville sans risquer de se faire lyncher. J’avais couvert toute la révolution. Je m’étais facilement habitué aux gaz lacrymogčnes, mais aux détonations des cocktails Molotov et au crépitement des mitrailleuses, jamais. En revanche, j’avais trčs vite révisé ŕ la baisse mes exigences en matičre de confort. Il m’avait d’abord fallu renoncer ŕ l’alcool, puis aux cigarettes, et, quand la situation s’était dégradée, aux douches, et enfin ŕ dormir dans un lit. Ceci dit, quand on trouve refuge dans une épicerie pour échapper ŕ une foule pręte ŕ vous faire la peau, on dort finalement trčs bien sur un sac de patates en compagnie des rats.
Commenter  J’apprécie          00
JustAWord   15 avril 2019
La Fičvre, et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
La plupart des maladies en Afrique s’accompagnent de fičvre. Quand elle s’installe, le temps s’arręte. L’aiguille de la montre ne bouge plus, le vent ne soulčve plus le sable. On n’est plus personne, plus qu’un corps. Un corps qui vous laisse tomber.
Commenter  J’apprécie          10
SagnesSy   22 juillet 2019
La Fičvre, et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
Tous les conflits se ressemblent, le paysage change, mais on passe toujours son temps ŕ attendre : c’est ça, la guerre. Tu attends qu’il se passe quelque chose. Tu attends dans une chambre d’hôtel, dans un café, sur la ligne de front, prčs d’un feu de camp, et tu fais comme si tu avais une chance de comprendre ce qui se passe. Alors que tu n’en as aucune. Et quand il se passe quelque chose, ça va trop vite pour que tu puisses le saisir. Le temps que tu comprennes, tu es de nouveau en train d’attendre. Ton travail consiste ŕ vendre l’enfer que vivent les autres, comme si tu le comprenais, ou qu’il te concernait directement.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   18 mai 2019
La fičvre et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
 Ętre un humanitaire, c’est faire quelque chose pour aider les autres ».
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   18 mai 2019
La fičvre et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
C’était seulement lŕ, au milieu de la guerre, qu’il se sentait libre ; le monde devenait simple : oui ou non, le bien ou le mal, la vie ou la mort. Il aimait cette clarification des choses, ici pas de crédit, pas de concurrence déloyale, pas d’exceptions, pas de privilčges, ici chaque instant pouvait ętre le dernier. Dans la vie civile, il se sentait comme ces baleines qui, on ne sait pas pourquoi, s’échouent chaque année sur les plages de Brighton : il pouvait respirer, mais ne pouvait pas bouger.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   18 mai 2019
La fičvre et autres nouvelles de Sandor Jászberényi
Ceux qui vivent sous les Tropiques ne préviennent pas le mal, mais tentent juste d’y survivre. Ils s’y préparent, comme on se prépare ŕ l’inéluctable.

Les vaccins ne servent pas ŕ grand-chose. Je me revois encore, déclarant avec fierté et assurance au médecin de l’hôpital des lépreux et tuberculeux de Zaria que j’étais vacciné et n’avais pas besoin de porter de masque. Nous déambulions alors entre des lits tachés de sang occupés par des malades plongés dans un sommeil artificiel.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Sandor Jászberényi (4)Voir plus


Quiz Voir plus

Harry Potter pour les nuls (niveau facile)

Combien de tomes contient la série Harry Potter

6
7
8
9

7 questions
13942 lecteurs ont répondu
Thčme : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter ŕ l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur