AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.05 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : Lettonie
Biographie :

Sandra Kalniete, née le 22 décembre 1952 est une femme politique et femme de lettres lettonne
Elle est née à Togour dans la région de Tomsk en Sibérie soviétique où sa famille avait été déportée. Elle a raconté sa terrible enfance dans son livre biographique «En escarpins dans les neiges de Sibérie» : Je suis née au goulag le 22 décembre 1952 dans le village de Togour, district de Kolpachevo, région de Tomsk. Mes parents n'ont pas voulu offrir d'autres esclaves au pouvoir soviétique, je n'ai eu ni frère ni sœur. Nous sommes rentrés en Lettonie le 30 mai 1957.

De 1987 à 1988, elle fut secrétaire-générale de la Société des Artistes lettons
Figure de la lutte pour l'indépendance de la Lettonie, elle embrasse la carrière diplomatique à partir de 1990.
Elle est membre du conseil d'administration du think tank Les Amis de l'Europe, elle est également conseillère du think tank: la Fondation pour l'innovation politique
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Sandra Kalniete   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
GuyMontag   20 août 2018
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
Les opinions des soviétiques et des nazis divergent uniquement sur « la solution

finale ». La plus grande préoccupation du Reich était de savoir de quels moyens se doter pour

accroître l’efficacité de la machine à tuer, afin d’exterminer le plus de personnes possible dans un

délai très court. Les tchékistes soviétiques, eux, pouvaient se permettre le luxe d’expérimenter

combien de temps un ennemi de classe arrivait à survivre dans des conditions extrêmes ! Et quelle

aubaine, un tel essai ne coûtait pratiquement pas un sou à l’État ! Au contraire ! Car tant que

le « contingent » était vivant, il travaillait. Les uns étaient donc occupés à vider une Europe

« surpeuplée », tandis que les autres pouvaient opportunément, sans entraves et en catimini,

investir les immensités infinies de la Sibérie. Seul problème pour le pouvoir soviétique : en dépit

des conditions inhumaines qu’ils avaient imaginées avec tant de « générosité », une partie des

relégués spéciaux réussissaient quand même à survivre. Il fallait donc reléguer à vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Allily   15 octobre 2018
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
La cour martiale siégeait à huis clos, comme il se doit pour un tribunal soviétique, avec des juges, un procureur et, à ma grande surprise, un avocat. En tout, trente et un témoins avaient fait des dépositions. Le procès se déroulait en russe, alors que la plupart des accusés étaient incapables de le comprendre. Les serviteurs de Thémis -  le major Ragoulov, le lieutenant Oleinikov et le lieutenant Levan - devaient certainement s'ennuyer ferme. Ce n'était pas la première fois qu'ils devaient incarner des juges intègres. Les rôles étaient distribués à l'avance, il n'y aurait donc aucune surprise. 
Commenter  J’apprécie          20
GuyMontag   18 août 2018
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
Les héritiers de Staline n'ont toujours pas compris que les mots communisme et terreur forment un tout indissociable.
Commenter  J’apprécie          30
ivredelivres   28 novembre 2010
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
Je suis née au goulag le 22 décembre 1952 au village de Togour, district de Kolpachevo, région de Tomsk
Commenter  J’apprécie          30
Agate03   30 mai 2020
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
Mes parents se sont rencontrés en Sibérie et se sont mariés le 25 mai 1951. Je suis née le 22 décembre 1952 au village de Togour, district de Kolpachevo, région de Tomsk. Deux fois par mois, mes parents devaient obligatoirement se rendre à la "komendatoura" pour pointer. Les instances de surveillance soviétiques s'assuraient ainsi que les déportés n'avaient pas quitté arbitrairement le lieu de résidence qui leur était assigné. Un mois après ma naissance, mon père dut m'enregistrer pour la première fois _ j étais destinée à la captivité, moi aussi. Mes parents n'ont pas souhaité offrir d'autres esclaves au pouvoir soviétique. Je n'ai eu ni frère ni soeur. Nous sommes rentrés en Lettonie le 30 mai 1957.
Commenter  J’apprécie          00
Chabe37   22 décembre 2018
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
Si la tristesse de la séparation est visible dans leurs regards, la photo est surtout impitoyable de réalisme, tant les traces des souffrances endurées par la déportation sont marquées.
Commenter  J’apprécie          10
Fuyating   15 mars 2020
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
Il aurait été beaucoup plus simple de ne pas faire semblant et de massacrer les gens que d'accumuler ces montagnes de paperasserie. Cependant, on ne sait pour quelles raisons, le Code de procédure pénale soviétique a été scrupuleusement respecté. Cela donne aux évènements un côté tragiquement grotesque. Arraches illégalement à leurs foyers, séparés de force de leurs familles, réduits à la famine, les déportés devaient de surcroît se prêter à une parodie de justice.
Commenter  J’apprécie          00
Fuyating   15 mars 2020
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
Aux tréfonds de mon âme, je garde une image - le profil de mon père, éclairé par une lampe, penché sur ses livres, étudiant des années durant afin de réaliser son rêve. Chaque fois que j'ai été confrontée à des grandes décisions, des tâches difficiles ou des responsabilités, cette image m'a donné la force de me déterminer. Et il en sera toujours ainsi. Même quand l'éternité nous séparera un court instant.
Commenter  J’apprécie          00
Fuyating   15 mars 2020
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
Aujourd'hui, le Führer appelait les Allemands à quitter le pays auquel des liens personnels et solides les attachaient. La Lettonie était pour beaucoup d'entre eux leur pays natal et le Reich, l'Étranger, une partie mythique. Et il est difficile d'aimer un mythe.
Commenter  J’apprécie          00
Fuyating   15 mars 2020
En escarpins dans les neiges de Sibérie de Sandra Kalniete
Mais entre promettre et tenir, il y a un gouffre.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox