AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.72/5 (sur 30 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 02/08/1965
Biographie :

Sandrine Alexie a étudié l'art de l'islam à l'École du Louvre, ainsi que la langue et la culture kurdes à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

Elle est l’auteur d’un roman, "Kawa le kurde" (2005, l’Harmattan) et a traduit deux ouvrages de littérature classique kurde, "Mem et Zin", d'Ahmedê Khani (2001, L'Harmattan) et "Us et coutumes des Kurdes", de Mahmoud Bayazidi (2015, Geuthner-l'Asiathèque).

"L'Appel des Quarante", premier opus de "La Rose de Djam", une série de fantasy historique revisitant un mythe soufi, paraîtra en avril 2019 aux éditions L'Atalante.

page Facebook : https://www.facebook.com/sandrine.alexie

Source : amazon.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Sandrine Alexie   (8)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Vous m’avez dressée, toute mon enfance, en vue de cette mission ! Je me suis fait botter le cul par mon maître d’armes, jusqu’à ce que je sache danser sur ma selle et abattre un moucheron en plein vol, yeux fermés en lui tournant le dos. Je me suis fait tanner le cuir par Bastian, qui estimait nécessaire de m’élever en garçon et, donc, de me corriger en garçon. Shudja peut témoigner du nombre de leçons que je dus écrire allongée sur le ventre, tant les coups de fouet me cuisaient l’arrière-train ! Et c’est maintenant que tout est prêt, qu’il n’y a plus de retour possible, que je suis enfin sur le point de m’élancer sur la route – route que vous m’avez tracée, je vous le rappelle !-, c’est maintenant que vous me dites que j’ai le choix ?
Commenter  J’apprécie          120
Elle leva les yeux au ciel, semblant chercher sa réponse dans les étoiles pâles et, apparemment, l'y trouva quelque peu. (p.182)
Commenter  J’apprécie          120
Marcher tout le jour en pissant le sang, sans pouvoir me changer, sinon en prétextant un mal d’entrailles… Ni Yahya, ni le Deuxième n’ont ces soucis !
En fait, elle n’était pas loin de tomber d’accord avec Yokhannân : pouvant choisir entre deux mâles, dont l’un était bâti comme un robuste beau coq, et dépit de tous les jeûnes qu’il s’imposait, pourquoi le Pôle avait-il préféré une femme ?
Parce que, quand il s’agit de jouer les derviches, Yahya n’a pas beaucoup à se forcer ! Mais ça, c’est bien la confrérie des « fort-membrés-doubles-couilles » : pour jouer de la gueule et fanfaronner, tout le monde est là ! Par contre, quand il faut y aller...
Commenter  J’apprécie          100
Et voilà ! gémit-il. Nous avons offensé le Cavalier du printemps, et il s’en est allé, sans bénédiction pour nous ! Je sens que le lait de nos chèvres va tourner, sans compter celui de nos épouses. Mon pauvre enfançon, mon fiston, voué à dépérir et à quitter cette terre, en l’ayant si peu connue !
-Il l’a d’autant moins connue qu’il n’est pas né, ton fils, ô frère de l’Âne, et qu’aux dernières nouvelles il n’est pas près de le faire, vu que tu es eunuque.
Commenter  J’apprécie          70
PRELUDE

"Le personnage principal est assis, jambes croisées. Deux serpents lui sortent des épaules, deux serpents dressés, se faisant face, gueules ouvertes. Sa main gauche repose sur son genou gauche. Sa main droite est levée, paume ouverte vers l'extérieur, esquissant peut-être un geste de salut. Dans l'espace laissé libre entre l'aisselle et la cuisse, deux têtes humaines apparaissent. Sur le bord externe du plat, il y a trois autres hommes, de taille plus réduite. Le cartel, dans la vitrine, mentionne simplement :

- Coupe ; XIIème siècle ? Décor en champ-levé sous glaçure colorée ; diamètre de 20 cm ; trouvée au nord-ouest de l'Iran ; représentation du tyran légendaire Zohak, qui symbolise les forces du mal. Il était affligé de deux serpents qui lui avaient poussé aux épaules, et qui pour finir l'ont dévoré.

Et c'est tout sur le destin de Zohak. Mais debout devant cette vitrine, crayon en main, je sais d'autres mots et je les écris. Qui suis-je ? Qu'importe, je ne suis que cela, une main qui tient le calame et qui exprimera en silence et dans la plus complète obscurité, dans l'incrédulité totale et le mépris absolu de mon récit, la vérité d'un monde où tous ont menti.
Commenter  J’apprécie          40
Il y a des voyageurs qui n'espèrent qu'en une fontaine. Et des fontaines qui ne donnent leur eau qu'à un voyageur, dût-il ne jamais venir. [...] Mais je me dis aussi... qu'il se peut que certaines fontaines n'aient pas de voyageurs à attendre, ou que certains caravaniers erreront pour toujours dans leur désert, et que jamais une fontaine n'étanchera leur soif d'amour.
Commenter  J’apprécie          30
Trop de saints, vois-tu, ça en déprécie un peu la valeur. Si tout le monde envoie ses derviches sur les routes, ça va finir par être un peu encombré. (p.107)
Commenter  J’apprécie          30
Pour toi, un bon chef, c'est celui qui te mène au butin ou te sauve la peau. Rien d'autre ! Mais pour le commun des fils d'Adam, observe bien que la plupart sont plus épris de défaites que de victoires. Ce n'est pas le gain qu'ils recherchent, mais le gain dans la perte. (p.49)
Commenter  J’apprécie          20
- Eh bien ?
Hieronymus le Polonais fit une grimace dégoûtée :
- Peuh ! Même pas eu besoin de sortir les grandes pinces ! Rien que d'attiser le feu sous son nez, il est prêt à tout dire, même ce qu'il ne sait pas ! (p.85)
Commenter  J’apprécie          20
Imagine que tu retrouves la coupe ? Une fois la Rose de Djam en ta possession, serais-tu tentée d’en user ?– Euh... Tu veux dire pour voir dedans ?– Évidemment ! Pas pour y boire un cru syrien ! »Elle eut soudain l’impression que quarante esprits la sondaient.Yokhannân insista :« Hé bien ! Si tu pouvais accéder à tous les secrets de l’univers, d’un seul coup d’oeil, n’y succomberais-tu pas ?– Je ne crois pas, dit Sibylle, en rejetant une mèche de son front et en lui rendant son regard. Je ne suis pas certaine qu’ils soient tous agréables à regarder. »
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Sandrine Alexie (37)Voir plus

Quiz Voir plus

La littérature en quiz (2/2)

Quel est le dernier roman publié par Bernard Minier ?

Déguster le noir
Un oeil dans la nuit
Les Effacées
Lucia

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..