AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 65 notes)

Nationalité : Pérou
Né(e) à : Lima , le 29/03/1975
Biographie :

Santiago Rafael Roncagliolo est écrivain dramaturge, journaliste et traducteur.
Fils du journaliste et homme politique Rafael Roncagliolo , il a passé une partie de son enfance au Mexique, sa famille s'étant expatrier pour raisons politiques, et a grandi avec d'autres expatriès (péruviens, argentins, chiliens) au milieu des espoirs de révolution.
Sa famille rentre au Pérou avant la révolution du « sentier lumineux ». Il en dit «  cela ne ressemblait pas aux choses merveilleuses que l'on nous avait dites. Pour la classe moyenne de » Lima, la révolution était faite de peur, de bombes et de morts, pour les gens de la campagne, de choses encore pires. »
Il fait ses études secondaires et universitaires dans des établissements catholiqques. Il est titulaire d'une licence de littérature et de linguistique.
Rêvant de devenir écrivain, il publie plusieurs livres pour enfants et une pièce de théâtre « Tes amis ne te feront jamais mal ».
En 2000, il quitte son pays pour l'Espagne suivant l'exemple de Garcia Marquez, Vargas Llosa, pour y trouver le succès. Pour vivre il exerce un tas de petits boulots, même homme de ménage.
Il réalise que parmi ces écrivains émigrants, beaucoup plus ont connu l'échec. Il décide d'érire l'histoire de l'un d'entre eux et c'est comme ça qu'il connnait le succès.
Aujourd'hui, il habite à Barcelone.
Tout en continuant à écrire de roman, il écrit aussi des scénarios pour des séries télévisées et collabore à plusieurs périodiques notamment El Pais comme journaliste d'investigation. Il a traduit aussi plusieurs auteurs français dont Jean Genêt et Jean Giono.
En 2006, il obtient le prix Alfaguara pour son roman Abril rojo (avril rouge).

En 2009, le Seuil publie "Histoires indiscrêtes d'une famille sans histoire".
En 2010, il est élu l'un des 22 meilleurs écrivains espagnols de moins de 35 ans.
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Santiago Roncagliolo: 2015 National Book Festival


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
tristantristan   26 février 2020
Oscar y las mujeres de Santiago Roncagliolo
- Sais-tu en quoi tu as vu juste avec Natalia, Oscar? En ne te mariant pas. Une concubine prend ses affaires et s'en va. Mais une épouse prends TES affaires et s'en va.

Texte original: - Sabes en qué acertaste con Natalia, Oscar? En no casarte. Una pareja agarra sus cosas y se va. Pero una esposa agarra TUS cosas y se va.

p.122
Commenter  J’apprécie          90
missmolko1   10 juillet 2016
Histoires indiscrètes d'une famille sans histoire de Santiago Roncagliolo
Alfredo s'assit sur le lit et se déshabilla en lui tournant le dos. Il le faisait toujours ainsi, pendant qu'elle allumait le téléviseur de la chambre pour regarder le journal. Il finit de se changer et il se coucha. Maintenant, ils étaient tous les deux côte à côte, les jambes tendues en direction de la télé. Alfredo se dit qu'ils pourraient faire l'amour, ou s'embrasser, mais il constata une fois de plus qu'elle ne l'attirait pas physiquement. Il en allait ainsi depuis longtemps. Il avait beau la trouver belle et l'aimer, pour ce qui était de la toucher, c'était une autre affaire. Il prit la main de Lucy, posée au milieu du lit, seulette. Elle sourit. A la télévision, une femme se plaignait tristement que son chemisier était taché de chocolat. Elle avait l'air très déprimée, mais de petits points blancs qui poursuivaient de petits points marron surgirent et elle parut heureuse. Son chemisier étincelait comme son sourire. Si seulement la vie était comme ça, s'il y avait un détergent pour les taches de moisissure de la tristesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
tristantristan   25 février 2020
Oscar y las mujeres de Santiago Roncagliolo
L'art imite la vie.

ARISTOTE

La vie imite l'art.

Oscar WILDE

La vie imite la télévision bon marché.

Woody ALLEN



Texte original:

"El arte imita la vida" Aristoteles. "La vida imita el arte" Oscar Wilde. "La vida imita la television barata" Woody Allen.
Commenter  J’apprécie          40
tristantristan   26 février 2020
Oscar y las mujeres de Santiago Roncagliolo
- Et n'as-tu pas participé à des castings ou à des auditions?

- A beaucoup. Mais à la fin, je couchais avec le directeur du casting et, même comme ça, on ne me recrutait pas.

Alors je me suis dit: "Nereida, les castings ce n'est pas pour toi. Ton truc c'est de coucher avec les gens. Tu dois changer de branche."

pp.147,148

Traduit à partir du texte original: - Y no asististe a castings o audiciones?

- Muchisimos. Pero al final siempre me iba a la cama con el director de casting, y ni asi me contrataban. Entonces fue que me dije : "Nereida, lo de los castings no sale bien. Lo tuyo es irte a la cama con la gente. Tienes que cambiar de rama."
Commenter  J’apprécie          30
Martin1972   19 avril 2016
La peine capitale de Santiago Roncagliolo
– … But ! Buuuuuuut péruvien ! Et un sacré but ! Le “Petit” Cubillas se révèle dans cette coupe du monde en faisant un match historique ! Pérou 3, Écosse 1 !

À cet instant la clameur de la victoire éclipsa tous les bruits de Barrios Altos. Pendant le cri triomphal qui suivit, pendant les embrassades, les baisers, les éclats de rire, personne n'entendit les pleurs, angoissés et désespérés, d'un bébé dans un sac rouge, et encore moins la détonation définitive d'une arme à feu.
Commenter  J’apprécie          30
tristantristan   26 février 2020
Oscar y las mujeres de Santiago Roncagliolo
Fabiola portait aussi des lunettes noires et un foulard noué autour de la tête, le tout en prévision de ce qu'un quelconque admirateur la reconnaisse dans la rue - ce qui n'était pas arrivé depuis cinq ans- et attire l'attention de ses masses de fans, provoquant ainsi de longues queues et des embouteillages - ce qui n'était jamais arrivé.

Texte original: Fabiola tambien llevaba lentes oscuros, como siempre, y un panuelo atado a la cabeza, todo en prevision de que algun admirador la reconociese por la calle- algo que no habia occurido en cinco anos- y llamase la atencion de sus masas de fans, provocando largas colas y atascos de trafico - algo que no habia occurido jamas.

Fabiola portait aussi des lunettes noires et un foulard noué autour de la tête, le tout en prévision de ce qu'un quelconque admirateur la reconnaisse dans la rue - ce qui n'était pas arrivé depuis cinq ans- et attire l'attention de ses masses de fans, provoquant ainsi de longues queues et des embouteillages - ce qui n'était jamais arrivé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Martin1972   19 avril 2016
La peine capitale de Santiago Roncagliolo
Il se posta à un croisement et tendit l'oreille. Il reconnut quelques paroles de la chanson, sa cadence solennelle et fière. C'était l'hymne national. Et il n'était pas chanté par les habitants des maisons. Il sortait des téléviseurs.

“Le foot, pensa-t-il, j'avais oublié.”

L'hymne terminé, un journaliste annonça la suite. C'était la première voix qu'on percevait nettement et il l'accueillit avec soulagement.

– Cette fois, ça y est, voilà le Pérou ! Avec Chumpitaz en défense, Cueto le “Poète gaucher” en milieu de terrain et le “Petit” Cubillas au centre, la meilleure équipe de notre histoire entre dans le stade de Córdoba. Nos garçons arrivent en Argentine, pour la Coupe du Monde 78, mûrs et prêts à créer la surprise. L'Écosse est un adversaire coriace, elle vient de vaincre la France et l'Angleterre, mais le Pérou a sûrement son mot à dire…
Commenter  J’apprécie          20
tristantristan   25 février 2020
Oscar y las mujeres de Santiago Roncagliolo
Heureusement, le signe de richesse le plus ostentatoire de Marco Aurelio Pesantes n'était pas ses rondeurs mais son éblouissant sourire, un travail de d'odontologie plus cher que son jardin sud-africain qui, contrairement à ce deernier, résisterait aux ouragans.

Traduction libre du contributeur à partir du texte original:

Afortunadamente, la mas ostentosa senal de riqueza de Marco Aurelio Pesantes no eran sus redondeces, sino su deslumbrante sonrisa, un trabajo de odontologia mas caro que su jardin sudafricano, y a diferencia de él, resistente a huracanes.
Commenter  J’apprécie          20
Martin1972   19 avril 2016
La peine capitale de Santiago Roncagliolo
Il entendit un bruit familier. Une clameur étouffée qui traversait les portes closes. Au début, ce n'était qu'un murmure informe. Un grondement lointain. Mais il se transforma en une mélodie obsédante et exaltée. Peut-être L'Internationale, ou un hymne communiste. Il ne savait pas, et n'avait pas envie de savoir. Il voulait juste partir d'ici. Trouver ce robinet ou la sortie, avec ou sans son sac rouge.
Commenter  J’apprécie          20
Martin1972   19 avril 2016
La peine capitale de Santiago Roncagliolo
Il avait besoin de toute cette agitation. Le tohu-bohu était une protection parfaite pour sa mission : un échange bref et sûr. Une livraison discrète et professionnelle, sans paroles ni gestes superflus. Deux hommes se rencontrent dans la foule, ils se saluent, un paquet change de mains et ils se séparent. Cela ne devrait pas prendre plus de cinq secondes.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Santiago Roncagliolo (86)Voir plus


Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
136 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur