AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.47/5 (sur 107 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Madrid , 1976
Biographie :

Sara Mesa est une romancière et poète espagnole.

Elle commence par écrire de la poésie avant de se tourner vers la littérature pour adultes et enfants. En 2007, elle publie son premier recueil de poésie, "Este jilguero agenda". En 2008, elle publie sa première œuvre destinée à la jeunesse, le recueil "La sobriedad del galápago". En 2010, elle publie son premier roman, "El trepanador de cerebros".

En 2012, elle est finaliste du prix Herralde avec le roman "Quatre par quatre" ("Cuatro por cuatro") qui narre la vie en vase clos et proche d'un régime totalitaire d'un pensionnat coupé du monde.

En 2015, elle publie le roman "Cicatrice" ("Cicatriz") qui évoque les relations amoureuses à l'ère des réseaux sociaux. Elle reçoit le prix Ojo Critico pour ce roman.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Sara Mesa   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Sur la table, la traduction est restée à la page où elle l’avait laissée, une réflexion autour du silence, de notre silence en particulier, une qualité de silence en particulier. Mais si le silence est l’absence de mots, comment un silence en particulier pourrait-il exister ? Les silences ne devraient-ils pas être tous les mêmes, comme la couleur blanche est toujours la même ? Il est donc évident que ce qui distingue les silences, c’est ce qui les entoure, à commencer par leurs causes.
Commenter  J’apprécie          389
Elle se concentre pour maîtriser les idées qui grandissent en elle, pour leur trancher les extrémités du mieux qu’elle peut.
Commenter  J’apprécie          290
Mais je te le dis sincèrement : le voir ou non ne comptait pas. Un visage, ou un corps, quelle importance ? J'ai du mal à lui attribuer la consistance d'une personne réelle. Je le percevais plus comme un personnage, et j'agissais moi-même comme un personnage. Je croyais en ce qu'il me racontait comme on croit en ce que raconte un personnage, sur un autre plan, en dehors de la vraie vie... Et je préférais qu'il en soit ainsi. Le voir aurait anéanti une bonne part de la fascination. Je ne pense pas que tu puisses comprendre....
Commenter  J’apprécie          80
Je sais bien comment tourne le monde. Je n’ai pas vécu dans une bulle pendant tout ce temps. Je connais la dégénérescence, je connais le mal, le chaos. Mais ici, il aurait dû en être autrement. On pouvait supposer que cet endroit serait différent; un havre de civilisation, une oasis.
Commenter  J’apprécie          70
Sa nostalgie reste immense. Parfois, ses seins gonflent sous l’effet du désir, tout son corps fourmille d’angoisse à son seul souvenir. Et pourtant, les traits de son visage ont commencé à s’effacer. Elle ferme les yeux et tente de les retenir, mais ils s’évanouissent malgré tout. La sensation de perte s’étend, gagnant rapidement du terrain sur la mémoire.
Commenter  J’apprécie          60
Les personnalités sont polies, sculptées jusqu’à les faire rayonner. Les meilleurs éléments de ce pays sont passés par ici. Nous savons façonner les plus grands.
Commenter  J’apprécie          50
Le paysage frappé par la sécheresse est parsemé d’oliviers, de chênes-lièges et de chênes verts. Les cistes à gomme, poisseux et humides, offrent les rares fleurs qui viennent égayer la terre. Seule la silhouette du Glauco, une petite montagne d’arbustes et de buissons qu’on dirait dessinée au fusain sur le ciel nu, vient rompre la monotonie du paysage. On prétend qu’il y a encore des sangliers et des renards sur le Glauco, bien que les chasseurs qui le gravissent n’en reviennent qu’avec des chapelets de perdrix et des lapins ficelés à la ceinture. Elle est sinistre cette montagne, pense Nat, puis elle tente immédiatement de chasser cette pensée. Pourquoi sinistre ? Glauco est un vilain nom, c’est sûr ; elle suppose qu’il lui vient de sa couleur terreuse et blême. Elle associe le mot glauque à un œil malade, souffrant de conjonctivite, ou aux yeux des vieux, vitreux et rougis, comme embués. Elle se rend bien compte qu’elle se laisse contaminer par la signification de glaucome. Le hasard fait que le mot glauque apparaît dans le livre qu’elle essaie de traduire, attribué au personnage principal, le père redoutable qui, à un moment donné, invective fort cruellement l’un de ses enfants, tout en plantant sur lui, précise le texte, son regard glauque. Au début, Nat avait pensé à une pathologie oculaire, puis elle avait compris qu’un regard glauque est simplement un regard vide, inexpressif, le genre de regard où la pupille reste morte, presque opaque. Quel est donc le sens précis ? Vert clair, verdâtre, maladif, flou, fuyant ? Elle devra orienter la suite du paragraphe en fonction du mot qu’elle choisit. Opter pour une traduction littérale, sans comprendre l’esprit authentique de la phrase, cela reviendrait à tricher.
Commenter  J’apprécie          10
De fait, elle est en train de franchir les étapes nécessaires. Constater une telle évolution-même ardue, même minime-lui procure une satisfaction intime, comme si les progrès du chien étaient aussi les siens, indirectement.
Commenter  J’apprécie          30
C’est quand la nuit tombe que le poids s’abat sur elle, si lourd qu’elle doit s’asseoir pour reprendre son souffle.
À part le silence, ça ne ressemble pas à ce qu’elle avait imaginé. En réalité, ce n’est pas vraiment du silence. Il y a une rumeur lointaine, comme un bruit de route, alors que la route la plus proche est une départementale, à trois kilomètres de là. On entend aussi les grillons, des aboiements, le klaxon d’une voiture, les cris d’un voisin pressant son troupeau, déjà de retour.
La mer c’était mieux, mais plus cher aussi. Au-dessus de ses moyens.
Et si elle avait tenu un peu plus longtemps, économisé davantage ?
Elle préfère ne pas y penser. Elle ferme les yeux, s’affale lentement sur le canapé, se retrouvant la moitié du corps dans le vide, dans une posture contre nature qui provoquera des crampes si elle ne bouge pas rapidement. Elle s’en rend compte. S’allonge comme elle peut. S’endort.
Mieux vaut ne pas penser, mais les pensées surgissent et se frayent un chemin en elle, s’entassent. Elle voudrait qu’elles ressortent aussi vite qu’elles sont entrées, pourtant elles s’accumulent à l’intérieur, l’une par-dessus l’autre. Cette simple volonté – tenter de les restreindre à un unique aller-retour plutôt que de les laisser s’accumuler – est en soi une pensée trop intense pour son cerveau.
Quand elle aura le chien, ce sera plus facile.
Quand elle aura organisé ses affaires, installé sa table et arrangé le terrain autour de la maison. Quand elle aura arrosé – tout est si sec – et nettoyé – si mal entretenu. Quand il fera plus frais.
Tout ira beaucoup mieux quand il fera plus frais.

(Incipit)
Commenter  J’apprécie          10
Elle se sent invulnérable, au-delà des jugements, mais son immunité vient du fait qu’elle est sortie du temps dans lequel elle vivait, comme si, gravissant une échelle interminable, elle était tombée dans le vide à cause d’un barreau cassé, tandis que le reste du monde continuait à monter sans rien remarquer.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Sara Mesa (135)Voir plus

Quiz Voir plus

Danny champion du monde de Roald Dahl par Naomie

Quel est le secret que cache le père de Danny ?

Sa mère est toujours vivante
Danny n'est pas son fils
Il a le génie du braconnage
Il n'aime pas son fils

10 questions
76 lecteurs ont répondu
Thème : Danny, le champion du monde de Roald DahlCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..