AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.67 /5 (sur 247 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1973
Biographie :

Sarah Turoche-Dromery est monteuse pour le cinéma et auteure de littérature jeunesse.

Elle monte des films pour le cinéma et la télévision, des fictions et des documentaires. Entre deux films, elle écrit des romans pour la jeunesse.

Son roman "Sam de Bergerac" a reçu le Prix Gulli du Roman 2019.

son site : http://www.sarahturoche.fr/

Source : editions-thierry-magnier.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Sarah Turoche-Dromery   (13)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation

Une péniche passe, éclairant les façades de l'Hôtel-Dieu et de la cathédrale.

Les bâtiments prennent l'allure d'un décor de théâtre.

Elle pense que Paris est la plus belle ville du monde.

Ce serait triste qu'elle devienne un musée où seuls les touristes déambuleraient en faisant des selfies. Non, Paris est vivant !

Même si en hiver les habitants se replient chez eux, les salles de théâtre, de concert, de cinéma, les cafés, les restaurants sont autant d'alvéoles d'un gigantesque poumon. Chaque soir, la ville respire, transpire, vibre et s'échauffe. Et puis, il y a les street artists qui ne cessent de la transformer, apportant aux murs gris poésie, cris d'injustice ou drôlerie.

Commenter  J’apprécie          130

Après les laudes, ce sera un temps de prière, suivi de l’office de prime, de la messe, puis un maigre repas, qui me laissera comme toujours affamée.

Office de tierce. Puis je rejoindrai ensuite le scriptorium où j’ai la très grande chance de travailler aux enluminures. Je suis habile à peindre et à copier.

Office de sexte, dîner, temps libre d’une heure ou deux, office de none, travail, office de vêpres, repas du soir, lecture, office de complies, repos, office des matines, puis des laudes... et ainsi chaque jour. Je n’en peux plus de cette litanie !

Pourtant, il y a encore peu de temps, ce rythme bien ordonné, sans surprise, ne me dérangeait pas, bien au contraire je crois que je m’en accommodais.

J’étais rassurée par ce métronome fidèle et infaillible qui écarte les souvenirs et les pensées mélancoliques.

Commenter  J’apprécie          60

Mercredi 4 novembre

Esther court dans le labyrinthe des couloirs du métro République, zigzagant

entre les voyageurs pressés. Grégoire lui a envoyé un SMS il y a quelques

minutes et elle a immédiatement laissé en plan son devoir d’histoire sur les

nouvelles conflictualités depuis la fin de la guerre froide pour le retrouver. Sur

le quai de la ligne 8, elle relit son message « SUSHI, TU PEUX 16H METRO

CAMBRONNE ? J’AI TRUC URGENT À TE DIRE ».

Esther étudie rapidement le plan. Elle descendra à La Motte Piquet Grenelle et

finira à pied. Elle devrait être pile à l’heure. Mais qu’a donc Grégoire de si urgent

à lui dire ? Et pourquoi à Cambronne ? C’est loin de leur QG. Depuis la rentrée,

après un été passé à flâner dans les jardins publics et sur les quais de Seine,

ils ont pris l’habitude de se retrouver chaque mercredi en fin de journée dans

un petit café de la rue Oberkampf. C’est là, dans le fond de la salle déserte avant

l’arrivée des dîneurs, sur une banquette de skaï rouge, qu’ils s’embrassent à en

perdre le souffle avant de se raconter les deux premiers jours de la semaine où

ils ont été séparés car « cette année pas dans la même classe ». Et aussi parce

qu’au lycée, Grégoire préfère qu’ils ne se montrent pas trop ensemble.

Les stations défilent lentement. Esther s’impatiente. Elle compte les secondes

entre les signaux sonores, s’agace quand un retardataire bloque les portes,

redoute l’annonce qui préviendra d’une panne momentanée de secteur. Même

le baratin de Gérard-le-clochard ne parvient pas à la distraire. Enfin, elle sort.

Elle grimpe les marches quatre à quatre, remonte le boulevard de Grenelle sous

le métro aérien. Les détritus du marché jonchent encore le sol. Esther saute pardessus

les cageots éventrés, contourne les glaneurs venus remplir leur cabas

des fruits et légumes abandonnés. Elle est en sueur et soudain, de l’autre côté

du carrefour, elle aperçoit Grégoire.

Commenter  J’apprécie          50

Lila est perplexe.

Elle imprime les principaux articles concernant la personnalité de l'artiste. Surligne au Stabilo :

Activiste

Agit toujours de nuit

Masqué

Rythme compulsif

Symbole de conquête

Sans aucune autorisation

Jamais placés au hasard

Toute-puissance

Orgueil surdimensionné

Pas de message politique

Le portrait type du tueur en série ... Sans aller jusque-là, au moins un suspect potentiel.

Commenter  J’apprécie          50
Le chat ronronne contre mes jambes.
- Il s'appelle comment ?
- Le Chat, comme un chat, ça se voit, non ?
- Et vous ?
- Appelle-moi La Vieille. Puisque je suis vieille.
- Pourquoi vous me parlez méchamment ?
- Je cause comme je veux.
Commenter  J’apprécie          50

Je lâche :

- Tu m'as menti.

- Je ne t'ai pas menti.

Tu ne m'as jamais demandé si j'étais une fille.

- Evidemment !

Je sens la colère s'emparer de moi. Je parle plus fort, plus vite.

- Tu ressembles à un garçon.

Tu joues au foot, tu sais plonger, tu aimes Star Wars, tu ...

- Et alors ! me coupe Charly soudain énervée. Tu crois quoi ? Que les filles ne font que pleurer ? Q'elles jouent juste à la poupée et à la corde à sauter ? Que le rose est leur couleur préférée ?

Commenter  J’apprécie          40
- Excuse-moi pour hier.
Que tu sois une fille ou un garçon, ça n'a aucune importance.
Tu es toi et tu es... formidable!
Et puis, je voulais te dire... les robes, ça te va super bien.
- Bah tu vois que tu sais parler aux filles! se. moque Charly.
Commenter  J’apprécie          40

- Elle devient zinzin la vieille Lebreton. Elle t'a pris pour une fille ... Va falloir qu'elle change de lunettes !

- Ça c'est sûr, me répond Charly en shootant dans une pomme de pin. Bon, on va faire une partie de Donjons et Dragons ?

Commenter  J’apprécie          40

Quand ils se sont tromper d'aéroport ils ont intimidé l’hôtesse de terre c'était une stagiaire elle les a laissé monter et ils ont appeler leur mère, elle ne pouvait pas venir les chercher c'est donc son cousin Marco qui est venu.

Il a un gout rock, il est a emmener en boite de nuits alors qu'il n'ont que 13 et 16 ans. Le lendemain il ont le mariage, ils ont mit des habit rock bizarre et ils partir au mariage.

FIN!

Commenter  J’apprécie          31

Je résume c'est tout simple ce livre est super trop bien j'aime trop.

C'est l'histoire de 2 frère un qui est plutôt guaffeur, ils doivent aller en voyage en Italie car il y a un mariage leurs parents y sont déjà pour le préparer.

Ils sont donc seul chez eux. Un jours ils se réveillent, prépare leurs valises et sortent de chez eux pour prendre le car et le train qui emmène à l'aéroport.

Ils se sont tromper de jours et d'aéroport. LA SUITE JUSTE APRÈS.

Commenter  J’apprécie          31

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Sarah Turoche-Dromery (365)Voir plus

Quiz Voir plus

CITROUIlle ( lili rose )

Dans cette histoire citrouille c'est :

un légume
une tatie
un chien

13 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Citrouille de Sarah Turoche-DromeryCréer un quiz sur cet auteur