AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.23 /5 (sur 276 notes)

Nationalité : Pays-Bas
Né(e) à : Bergen , le 13/04/1967
Biographie :

Saskia Noort, née à Bergen le 13 avril 1967.

Journaliste indépendante, elle collabore aux éditions néerlandaises de Marie-Claire, Playboy ou encore Santé Magazine.

Elle fait ses débuts en 2003 en tant qu'auteur avec le thriller littéraire Terug naar de kust, ("Retour vers la côte") dont plus de 200.000 exemplaires sont vendus.

Depuis, son 2ème thriller, Eetclub, ("Petits meurtres entre voisins") s'est vendu à 300.000 exemplaires. Ses deux livres, ont été nommés au Gouden Strop, le prix du meilleur roman policier néerlandais.
Ces deux livres ont été traduits en allemand, russe, danois, français et norvégien. Leurs droits ont été vendus à des éditeurs d'Angleterre, Suède, Finlande, Bulgarie, Brésil, Italie, Espagne et Grèce. Des adaptations cinématographiques sont en cours.

En mai 2006, est paru "Nieuwe buren" ("Les nouveaux voisins"), un thriller sur l'amour, le sexe et le désir de liberté - mais aussi l'angoisse qu'ils entraînent. Ce roman a été mal reçu par la critique. Néanmoins, il s'est très bien vendu lui aussi.

Elle a aussi publié Aan de goede kant van 30, un recueil de ses chroniques.

"Petits meurtres entre voisins" a reçu le Prix SNCF Polar 2010.

Enfin, en 2010, paraît "Afgunst" ("Envie"), deux récits "captivants".
+ Voir plus
Source : Wikipédia, http://bibliosurf.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Saskia Noort   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
marina53   24 janvier 2014
D'excellents voisins de Saskia Noort
Ceux qui ont peur de parler écrivent.

Commenter  J’apprécie          314
Eric75   03 février 2013
Petits meurtres entre voisins de Saskia Noort
Quitter la ville pour un village signifiait que nous allions perdre des amis. La première année, ils vinrent, l'été surtout, quand il faisait beau et à condition de pouvoir dormir chez nous. Que de barbecues cet été là ! Chaque week-end, les invités arrivaient avec leurs chiens, leurs enfants, leur nouvelle conquête et pendant qu'ils allaient faire du vélo ou une sieste au soleil, je traînais des Caddie bourrés de bouteilles de rosé, de côtelettes et de baguettes, puis je me dépêchais de rentrer à la maison pour faire les lits. C'était très sympathique, surtout quand les enfants étaient couchés et, qu'autour du feu de bois, nous évoquions les souvenirs de notre vie en ville. Mais l'été suivant, déjà, les conversations n'allaient plus de soi et puis nos amis commencèrent à nous faire des reproches : nous n'allions pas assez souvent en ville, nous ne nous intéressions plus à leur vie, à ce qu'ils faisaient, nous étions en train de nous encroûter au fin fond de notre province.
Commenter  J’apprécie          180
Ziliz   03 août 2012
D'excellents voisins de Saskia Noort
Nous les hommes, ce qui nous lie, ce n'est pas d'échanger des confidences, c'est justement de se comprendre à demi-mots. (p. 87)
Commenter  J’apprécie          150
Aela   07 février 2012
Petits meurtres entre voisins de Saskia Noort
"Fais-moi confiance" marmonna Simon en m'embrassant, mais je ne pouvais plus chasser le dégoût qui s'était emparé de moi. Je me dégoûtais, tout comme la façon grotesque dont j'étais allongée, jupe relevée, le chemisier à moitié déboutonné, et lui aussi me dégoûtait, ses manières, sa comédie, la façon dont je m'étais laissé abuser, manipuler, nous, deux adultes, un père, une mère, cette lamentable tromperie.
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz   15 avril 2013
Retour vers la côte de Saskia Noort
[Pays-Bas]

Proférer des menaces à l'encontre de quelqu'un constitue un délit, mais les écrire, non. Il se peut que vous perceviez ces lettres [anonymes] comme une menace, mais ce n'en est pas une à proprement parler. (p. 64)

-- [et en France, est-ce un délit ???]
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz   02 novembre 2012
Petits meurtres entre voisins de Saskia Noort
Je savais comment se déroulaient ce genre de conversations [entre filles], puisque j'y avais participé pendant deux ans. Le caractère, le physique, le mariage et la famille de la personne en question étaient passés au crible et presque toujours réprouvés en bloc. J'avais toujours cru que j'étais celle qui tempérait tout ça, mais à présent, avec le recul, je me rendais compte que j'y avais participé comme les autres, tout simplement parce que c'était agréable, c'était de surcroît une façon de converser qui ne présentait aucun risque. On évitait ainsi de parler de soi, de ses angoisses, de ses doutes, de sa vie de couple. Nous étions complices et nous, nous étions du bon côté. Nous élevions bien nos enfants, elle mal. Nous buvions raisonnablement, elle était alcoolique. Notre mari était quelqu'un de bien, le sien était un sale type. Nos intérieurs étaient aménagés avec goût, elle négligeait le sien. Nous jouions bien au tennis, elle ne touchait pas une balle. Nous savions nous habiller, elle nous singeait. Nous avions de l'argent et une vie agréable, elle nous enviait. Nous étions minces, elle aurait bien fait de se prendre en main. Nos maris étaient fidèles, le sien nous tournait tout le temps autour. (p. 214)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ziliz   03 août 2012
D'excellents voisins de Saskia Noort
J'ai horreur des fêtes où je ne connais personne. Je ne sais pas comment me comporter parmi ces gens qui bavardent, qui rient et qui ont l'air de s'amuser comme des fous. Dans ce genre de situation, je suis particulièrement conscient de mon incapacité à parler de tout et de rien ou à répondre de façon adéquate aux questions qui entretiennent la conversation. Je préfère me planquer derrière la sono ou le comptoir. (p. 59)
Commenter  J’apprécie          70
toto   11 mai 2010
Petits meurtres entre voisins de Saskia Noort
"Nous sommes une bande d'hypocrites. Nous ne cessons de nous flatter réciproquement et c'est pour cela que nous ne pouvons plus nous passer les uns des autres, mais il y a un prix à payer. Evert n'a plus voulu se prêter au jeu, alors nous l'avons rejeté. Voilà ce qui s'est passé!"
Commenter  J’apprécie          70
manU17   23 janvier 2012
Petits meurtres entre voisins de Saskia Noort
Je ressentais comme de la colère et une pointe de déception. Evert jouait les troubles-fête en devenant fou. Sa crise laissait une vilaine éraflure sur notre vernis. Un mot s'imposait à moi, un mot qui, jusque-là, n'appartenait pas à mon vocabulaire. Je refusais de penser en ces termes. Avant de venir habiter dans ce village, de fréquenter ces gens-là, ce mot n'avait pour moi aucune signification. Mais une petite voix s'était insinuée dans mon esprit et elle murmurait obstinément : "Loser. Evert est un loser." C'était cette petite voix qui m'effrayait. Quel genre de femme étais-je devenu ?
Commenter  J’apprécie          60
AuroreTVC15   16 septembre 2014
Petits meurtres entre voisins de Saskia Noort
Tout le monde sembla retenir son souffle lorsque le corbillard blanc apparut, avec à l'intérieur le cercueil en chêne verni de blanc et recouvert de magnifiques bouquets de fleurs.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Qui est cet écrivain français célèbre ?

Le début de son prénom : c'est ce qui reste du café après infusion de celui-ci

Lie
Gouttes
Marc

5 questions
65 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur