AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.56 /5 (sur 320 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Lachine, Québec , le 10/06/1915
Mort(e) à : Brookline, Massachusetts , le 05/04/2005
Biographie :

Saul Bellow est un écrivain canadien-américain.

Ses parents, juifs orthodoxes, ont émigré de Russie vers le Canada en 1913. Bellow a été élevé jusqu'à l'âge de 9 ans dans un quartier pauvre et polyglotte de Montréal, habité par des Russes, des Polonais, des Ukrainiens, des Grecs et des Italiens. Après la mort de son père (qui faisait le bootlegger) la famille s'en alla en 1924 à Chicago. Le décès de sa mère alors qu'il avait 17 ans fut pour lui un choc émotionnel très profond.

En 1933, Bellow entre à l'Université de Chicago, puis à Northwestern University, où il étudie l'anthropologie et la sociologie; il est diplômé en 1937. Pendant les vacances de Noël, Bellow tomba amoureux, se maria et abandonna ses études doctorales à l'Université du Wisconsin. Pendant la grande crise, il participe au programme de la WPA, l'agence pour l'emploi des écrivains mise en place par Roosevelt, et rédige plusieurs monographies d'écrivains célèbres. Il enseigna au Pestalozzi-Froebel Teachers' College de Chicago, de 1938 à 1942. Il rejoint ensuite l'Encyclopaedia Britannica comme responsable du secteur des "Grands classiques de la littérature", de 1943 à 1944.

En 1944-1945, il servit dans la Marine marchande américaine. C'est alors qu'il se trouve dans la Marine marchande, que Bellow écrit son premier roman "L'homme de Buridan/Un homme en suspens" (1944).

Il quitte Chicago pour New York en 1946, et débute une carrière de professeur de littérature qui le mènera d'université en université jusqu'en 1961, date à laquelle il revient à l'Université de Chicago.

Saul Bellow a obtenu trois fois le National Book Award, pour "Les aventures d'Augie March" (1953), "Herzog" (1964) et "La Planète de M. Sammler" (1969). Il a aussi publié des nouvelles et des pièces de théâtre.

Publié en 1975, "Le Don de Humboldt" est couronné par le prix Pulitzer et propulse Saul Bellow aux sommets : le prix Nobel de littérature, qu'il reçoit en 1976, vient couronner la carrière d'un écrivain majeur pour une œuvre d'une importance capitale.

Bellow a eu trois fils du premier de ses quatre mariages. En 1989, il s'est marié avec Janis Freedman, une ex-étudiante de trente ans sa cadette. De ce dernier mariage, une fille est née en 1999.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo

Un prix Nobel et trois débutants
Bernard PIVOT a invité le prix Nobel de littérature 1976, Saul BELLOW pour son dernier roman "L' hiver du doyen" qui juxtapose deux univers, celui d' un Pays de l'Est et celui des Etats Unis. Face à lui, trois écrivains dont c'est le premier roman : François CARIES, banquier : "Aux pieds du vent du nord", Gilles Martin CHAUFFIER, journaliste : "Les canards du Golden Gate" et Lionel MAREK :...
+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (148) Voir plus Ajouter une citation
Saul Bellow
milamirage   17 juillet 2014
Saul Bellow
On peut investir beaucoup d'intelligence dans l'ignorance quand on a vraiment besoin de s'illusionner.
Commenter  J’apprécie          314
michemuche   26 mai 2015
Herzog de Saul Bellow
Dans chaque communauté il existe une catégorie de gens infiniment dangereux pour les autres. Je ne parle pas des criminels. Pour eux, nous avons des sanctions. je parle des dirigeants. Les gens les plus dangereux aspirent invariablement au pouvoir.
Commenter  J’apprécie          300
bilodoh   16 mars 2015
Ravelstein de Saul Bellow
Il se trouve que mon enquête informelle montre que neuf personnes sur dix s’attendent à voir leurs parents dans l’au-delà. Mais suis-je prêt à passer l’éternité avec eux?

(Gallimard, p. 162)

Commenter  J’apprécie          270
Sachenka   05 décembre 2017
Ravelstein de Saul Bellow
Celui qui veut gouverner le pays doit d'abord le divertir.
Commenter  J’apprécie          270
PiertyM   27 décembre 2014
Herzog de Saul Bellow
L'homme naît pour devenir orphelin et laisser des orphelins derrière lui...
Commenter  J’apprécie          260
Nastasia-B   12 octobre 2013
Herzog de Saul Bellow
Non, je suis content d'être débarrassé d'elle. Je ne la méprise même plus guère. Et elle peut garder tout ce qu'elle m'a escroqué, grand bien lui en fasse. Elle a dû mettre mon argent de côté. Parfait ! Qu'elle le garde avec ma bénédiction. Bénie soit la garce ! Bonne chance et adieu.
Commenter  J’apprécie          230
Piatka   04 avril 2018
Une affinité véritable de Saul Bellow
À Chicago, j’avais des affaires affectives en souffrance. À Boston ou Baltimore, j’aurais continué de penser, quotidiennement et régulièrement, à la même femme - à ce que j’aurais pu lui dire, à ce qu’elle aurait pu me répondre.

Les « objets d’amour », comme la psychiatrie les a baptisés, ne se trouvent pas si fréquemment ni ne s’abandonnent si facilement. La « distance » n’est qu’une formalité. L’esprit ne s’en aperçoit pas vraiment.

Commenter  J’apprécie          200
Sachenka   29 décembre 2017
Le Faiseur de pluie de Saul Bellow
Lorsque je revins de la guerre, c'était avec l'idée de devenir éleveur de porcs, ce qui illustre peut-être l'opinion que j'avais de la vie en général.
Commenter  J’apprécie          212
Sachenka   30 décembre 2017
Le Faiseur de pluie de Saul Bellow
J'avais déjà vu des morts, beaucoup de morts. Durant la dernière année de la guerre, j'avais partagé le continent européen avec quelque quinze millions d'entre eux, mais c'est toujours le cas individuel qui est le plus pénible.
Commenter  J’apprécie          200
Roggy   02 mars 2015
Herzog de Saul Bellow
Mais que peuvent faire les humanistes et les penseurs sinon s'efforcer de trouver les termes appropriés? Prends mon cas, par exemple. J'ai écrit pêle-mêle des lettres partout. Encore des mots. Je cherche à saisir la réalité par le langage. Peut-être que j'aimerais changer tout en langage, contraindre Madeleine et Gersbach à avoir une Conscience. Voilà un terme pour toi. Je m'évertue sans doute à maintenir toutes les tensions sans lesquelles les humains ne peuvent plus être appelés des humains. S'ils ne souffrent pas, ils m'échappent. Et j'ai inondé le monde de lettres afin d'empêcher leur fuite. Je les veux sous leur forme humaine, si bien que je crée tout un environnement dans lequel je les enferme. Je mets tout mon cœur dans ces constructions. Mais ce ne sont que des constructions.
Commenter  J’apprécie          170
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
.. ..