AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Citation de enkidu_


enkidu_   16 mars 2017
La justice sociale en islam de Sayyid Qutb
L’Islam est la religion de l’union entre toutes les énergies existant au sein de l’univers, il est la religion de l’unité : unicité de Dieu ; fusion de toutes les religions en une seule, celle de Dieu ; union des prophètes qui ont tous prêché cette même et unique religion depuis l’aube des temps :

« Toutes ces religions n’étaient qu’une religion ; Je suis votre Seigneur, adorez-Moi. » [Sourate ‘’Les Prophètes’’, verset 92]

L’Islam est la religion de l’unité entre les pratiques cultuelles et les relations sociales, entre la foi et la loi, entre le spirituel et le matériel, entre les valeurs économiques et les valeurs morales, entre la vie sur terre et celle dans l’au-delà, entre la terre et le ciel.

C’est de cette formidable unité que découlent ses lois et ses prescriptions, ses directives et ses astreintes, ses règles en matière de gouvernement et de gestion des finances, de partage des richesses et des créances, de droits et d’obligations. Ce premier et important principe s’applique à tous les êtres et à tous les aspects de la vie.

C’est en comprenant ce caractère universel de la conception islamique de la divinité, de l’univers, de la vie et de l’humanité, que nous pourrons appréhender les grands traits de justice sociale en Islam.
(…)
La vie, telle que l’Islam la conçoit, c’est la compassion partagée, l’amitié réciproque, l’entraide et la solidarité basée sur des fondements clairs et des règles bien établies, en particulier entre les musulmans et plus généralement entre tous les représentants de la race humaine (…) c’est en adoptant ces deux principes directeurs : l’unité absolue dans l’équilibre et l’harmonie, d’une part, et la solidarité universelle entre individus et groupes, d’autre part, que l’Islam mène à la réalisation de la justice sociale, tout en tenant compte des traits caractéristiques et essentiels de la nature humaine et sans faire mine d’ignorer ses capacités réelles. (pp. 44-47)
Commenter  J’apprécie          30