AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.84 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Stirling, Ecosse , 1982
Biographie :

Sean Michaels est un romancier canadien, créateur du très influent blog "Said The Gramophone", et rédacteur pour des journaux sur la musique, ainsi que sur les voyages et la culture, dans nombre de médias importants, de Pitchfork au Guardian en passant par The Wire. Dans toutes ces publications, il a pu exercer sa plume et se montrer fin et sensible observateur (il fait partie des premiers journalistes à avoir repéré Arcade Fire entre autres).

Son premier roman "Us Conductors" ("Corps Conducteurs") a pour thème un inventeur ayant donné son nom à un instrument de musique, Léon Thérémine (1896-1993, en russe : Lev Sergueïevitch Termen) et une musicienne Clara Rockmore.

Il a reçu en 2014 le Scotiabank Giller Prize pour "Us Conductors"

Ajouter des informations
Bibliographie de Sean Michaels   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Charybde2   15 janvier 2016
Corps conducteurs de Sean Michaels
Tard le soir, lorsque les élèves étaient partis, je mangeais de petits repas simples, me régalant du mouvement d’un couteau à travers un oignon, de sa division en deux parts perlées… Mon compte en banque n’était plus qu’un coffre vide ; mes revenus dépendaient de prêts, de brevets, de ventes projetées. Or il n’y avait plus de prêts, aucun nouveau brevet, pas de ventes projetées. Personne n’achetait quoi que ce soit et je devais deux mois de loyer à l’Hôtel Plaza, dont les enveloppes s’accumulaient comme des feuilles tombées sur la table près de ma porte. J’ignorais où je trouverais l’argent. Je pensais à Sasha, à Leningrad, qui compilait de nouvelles données. Je pensais à Katia qui vieillissait dans le New Jersey, mais je ne l’appelais pas, me bornant à rester dans mon fauteuil inclinable, à fixer les bras de mes élèves qui, comme des sémaphores, me signalaient que j’avais encore des choses à faire.
Commenter  J’apprécie          30
Lucie16   10 décembre 2014
Us Conductors de Sean Michaels
The sound of the theremin is simply pure electric current. It is the hymn of lightning as it hides in its cloud. The song never strains or falters; it persists, stays, keeps, lasts, lingers. It will never abandon you.

In that regard, it is better than any of us.

Commenter  J’apprécie          40
Charybde2   15 janvier 2016
Corps conducteurs de Sean Michaels
Voici comment on joue du thérémine :

On le met en marche. Puis on attend.

Il y a plusieurs raisons d’attendre. On attend pour donner aux tubes le temps de se réchauffer, comme des créatures qui prennent leur première respiration. On attend pour intensifier le suspense du public. Et enfin, on attend pour accroître sa propre anticipation. C’est à la fois une exultation et une terreur. Un boîtier, deux antennes, et immédiatement l’espace est activé, la pièce se charge, l’atmosphère prend vie. Ce qui était en puissance devient puissant. On imagine les étincelles, les braises, les petits éclairs fragmentés, accrochés dans le vide de l’air.

On lève les mains.

La droite d’abord, vers l’antenne de tonalité, pour l’entendre : DZIIIIOUU, la décharge électrique roucoulante qui se stabilise en un hymne allongé. On dirige ensuite la main gauche vers l’antenne de volume et on adoucit le tout.

On bouge encore les mains, et l’appareil se met à chanter.

Mon thérémine est un instrument de musique, un instrument d’air. Ses deux antennes montent d’un boîtier de bois. L’antenne de tonalité est grande, noire, noble. Plus la main droite s’en approche, plus la note est élevée. La seconde antenne contrôle le volume. Elle est repliée en une boucle dorée et horizontale. Plus on avance sa main gauche, plus la mélodie s’adoucit. Plus on l’en éloigne, plus le son est fort. Mais, toujours, on reste debout, les bras en l’air à la manière d’un maestro qui conduit son orchestre. Voilà le secret du thérémine. Après tout, le corps est un conducteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   15 janvier 2016
Corps conducteurs de Sean Michaels
J’étais Léon Theren avant d’être le docteur Thérémine, et avant d’être Léon, j’étais Lev Sergueïevitch. L’instrument que l’on connait aujourd’hui comme le thérémine aurait donc pu s’appeler le léon, le liova, le sergueïevitch. Il aurait pu être baptisé le clara, en l’honneur de sa plus grande interprète. Pash affectionnait « termenvox », il aimait sa connotation scientifique, pleine d’autorité. Mais ce nom m’a toujours fait rire. Termenvox – la voix de Termen. Comme si cet appareil reproduisait ma voix. Comme si le soprano frémissant du thérémine était le chant d’un savant de Leningrad.

Je riais à cette idée, et pourtant, en un sens, je pense que j’y croyais. Non pas que le thérémine imitât ma voix, mais il donnait une voix à quelque chose. À l’invisible. À l’éther. Moi, Lev Sergueïevitch Termen, porte-voix de l’univers.
Commenter  J’apprécie          20
sweetie   19 novembre 2018
Corps conducteurs de Sean Michaels
La mer est interminable. Quand la lune se lève, elle dessine un sentier de lumière sur les vagues.
Commenter  J’apprécie          40
Lucie16   10 décembre 2014
Us Conductors de Sean Michaels
Red leaves and the door swings shut behind him. There is a simple pause, like the one in Chopin’s op. 28, no. 7, a pause like the passing of autumn into winter, a pause like other pauses I have known, before Red locks the door.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   15 janvier 2016
Corps conducteurs de Sean Michaels
Parfois, quand je suis étendu sur ma couchette, je me dis : cet endroit ressemble à la cale d’un bateau. Puis, je me frotte les yeux et, évidemment, je me souviens que je suis bel et bien dans la cale d’un bateau, et que ces grincements sont les grincements d’acier du navire, et que mes rêves sont les rêves d’un marin. Juché sur mon oreiller, je parviens à voir l’eau à travers le hublot. La mer est interminable. Quand la lune se lève, elle dessine un sentier de lumière sur les vagues.

À l’heure des repas, un homme apparaît à la porte de ma cabine. Il a la taille d’un ours polaire, une barbe d’ours polaire, des moustaches d’ours polaire et un lourd manteau blanc comme le pelage d’un ours polaire. Si ce n’était ses mains, dotées de cinq doigts et larges comme des soixante-dix-huit tours, je pourrais le prendre pour un ours polaire. Mais il s’agit bel et bien d’un homme. Il est né à Mourmansk. Son nom est Red, ce qui ne peut qu’être une blague.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Qui est cet écrivain français célèbre ?

Le début de son prénom : c'est ce qui reste du café après infusion de celui-ci

Lie
Gouttes
Marc

5 questions
147 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur