AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.65 /5 (sur 46 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 11/12/1975
Biographie :

Je suis né en France et j'ai résidé longtemps en région parisienne, avant de m'expatrier vers d'autres horizons : Australie, Papouasie Nouvelle Guinée, et en Equateur où j'ai vécu pendant plus de 12 ans, au cœurs de l'Amazonie.

Durant cette période Amazonienne, je me suis spécialisé dans divers thérapies et notamment les thérapies chamaniques. Etant anthropologue de formation, je me suis naturellement intéressé à ce monde mystique qui entoure ces pratiques ancestrales. Au fil des années de pratiques, j'ai accumulé de nombreux outils que j'ai compilé dans mon ouvrage sur le néo-chamanisme, et un autre sur les visions chamaniques (sept. 2021)
Je suis anthropologue spécialisé sur la culture Huli de Papouasie Nouvelle Guinée. La Tourment du Serpent est née de mon imagination, de mon goût pour l'aventure et de mes expériences au sein du clan Pina près de Tari dont j'ai partagé le quotidien. A l'instar de mon héros, j'ai découvert les mystères que ces montagnes recèlent, un monde d'esprits et de légendes qui enflamment l'imagination.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Sébastien Cazaudehore   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview par Bob Bellanca sur BTLV dans le cadre de la sortie de mon livre "L'apologie de la mort" aux éditions Quintessence.


Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation

La petite voiture se faufilait rapidement dans le trafic clairsemé. Treilhard regardait défiler les bâtiments anciens et élégants du front de Seine. Aujourd’hui où il pouvait sentir la Papouasie plus proche que depuis de nombreuses années, il perçut l’abîme qui la séparait de ces rues où une histoire millénaire pouvait se lire dans chaque pierre. Les Hulis, même depuis l’introduction de l’écriture par les premiers missionnaires, croyaient toujours en la mémoire individuelle et collective et ne paraissaient pas se résoudre à déléguer une partie de cette mémoire à leurs propres pierres. Depuis environ soixante ans qu’un premier contact les avait révélés au monde, seule une poignée d’anthropologues avaient pris soin de consigner cette mémoire. Une peur croissante avec chaque génération qui passait de la voir s’étioler et disparaître dans le néant de l’oubli. Treilhard sentait en lui cette part de mémoire, une partie d’un tout devenant cohérent dans un contexte humain. C’était cette part de mémoire qui s’était éveillée en présence de Wandipe Kari, essayant de retrouver la cohérence qu’elle avait perdue il y a plusieurs années de cela après le dernier retour vers la France, vers une nouvelle vie.

Commenter  J’apprécie          30

Il s’efforçait d’imaginer ce que tous ses amis avaient pu devenir après tant d’années, mariés certainement, mais avec combien d’enfants, combien de femmes, combien de cochons ?

Commenter  J’apprécie          42

Normalement, un crime était commis par une personne ayant, momentanément ou non, perdu pied avec la réalité des choses, finissant par en venir à un geste malheureux et dramatique. S'il était difficile, voir impossible d'accepter les raisons motivant l'acte, il était toutefois possible de les comprendre. Le cumul de leurs expériences, culture et études permettait généralement de pouvoir envisager ces raisons et de faire progresser l'enquête en fonction.

Commenter  J’apprécie          30

Cette aversion s'expliquait surtout sur du fait qu'il n'avait jamais pu se faire une véritable opinion véritable sur le fait de savoir si les politiciens ou hauts fonctionnaires étaient impitoyables et condescendants parce qu'ils avaient la charge de la vie et du destin de leurs concitoyens, ou s'ils l'étaient parce que c'est le seul moyen d'accéder à ces postes d'importance tant convoités.

Commenter  J’apprécie          20

Les souvenirs restaient imprimés comme de vieilles photos dont les détails s'estompaient avec le temps qui passait, mais il les affectionnait, il s'y accrochait comme si ce qu'elles avaient figé lui appartenait un peu. Ces souvenirs avaient fin par façonner la personne qu'il était devenu, ils laisseraient toujours une empreinte invisible.

Commenter  J’apprécie          20

Une phobie comme le vertige n'est pas une peur avec laquelle on peut raisonner, il n'y a aucun espoir de la contrôler ni même d'en faire abstraction. Elle est là, lovée dans nos tripes, tentant insidieusement de la paralyser, coupant le souffle, brouillant ses idées et sa détermination.

Commenter  J’apprécie          20

Quelques livres demandaient à être ouverts, des photos devaient être sorties de l'oubli dans lequel on les enfermait trop longtemps, des souvenirs cherchaient à resurgir dans le présent.

Commenter  J’apprécie          20

L'Ayahuasca peut apporter de l'aide sur de nombreux plans. Évidemment elle est capable de soigner le corps en profondeur, de réparer ce qui a été endommagé ou qui ne fonctionne plus correctement. Elle a cette capacité à cibler les problèmes et à se concentrer dessus des heures durant. C'est ce que l'on sous-entend lorsque l'on dit que "l'Ayahuasca travaille dans le corps".

Commenter  J’apprécie          10

" Ces souvenirs avaient fini par façonner la personne qu’il était devenu, ils le changeaient, et s’ils finissaient par s’effacer, ils laisseraient toujours une empreinte invisible. "

Commenter  J’apprécie          10
Le temps effaçait toutes les souffrances.
Commenter  J’apprécie          20

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Sébastien Cazaudehore Voir plus
Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Lettre à une disparue par Elodie

Qui est Nina?

la fille de Mélina
la fille de Paloma
la fille de Lelia

10 questions
151 lecteurs ont répondu
Thème : Lettres à une disparue de Véronique MassenotCréer un quiz sur cet auteur