AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.7/5 (sur 135 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Mons , le 19/02/1961
Biographie :

Sébastien Ministru est journaliste littéraire et rédacteur en chef adjoint de l'hebdomadaire Moustique, chroniqueur radio.
Il a reçu en 2002 le prix Ex-Libri, décerné en Belgique au meilleur journaliste littéraire.

Auteur de pièces de théâtre.

"Apprendre à lire" est son premier roman.

Sébastien Ministru vit à Bruxelles

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Sébastien Ministru   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Sébastien Ministru revient sur JukeBox, sa nouvelle pièce de théâtre.


Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
Je lui ai expliqué que j’avais l’intention de lui envoyer Katarina, notre femme de ménage, pour nettoyer la maison, que j’avais convenu avec elle de deux jours de travail consécutifs pour venir à bout du désordre au centre duquel il survivait. Pendant que je rangeais dans le réfrigérateur les courses que je venais de faire, il m’a demandé :
—Elle est belle ?
—Qu’est-ce que ça change ? Elle fait très bien le ménage, c’est l’essentiel.
—Oui, mais si elle est belle, c’est mieux.
—Elle est pas mal. Mais elle est mariée… Et tu me fais dire n’importe quoi.
—Tu sais, l’outil, quand il ne travaille plus, il se rouille. Il faut de temps en temps le remettre au travail.
—Papa, elle est femme de ménage, pas pute.
( Papa en question, a largement dépassé les 80 ans)
Commenter  J’apprécie          318
Lire et écrire, comme inspirer et expirer, ce sont des gestes naturels que personne ne se souvient d'avoir appris. (p. 35)
Commenter  J’apprécie          260
- Pourtant, quand tu ne rentrais pas le soir, c'est avec elle que tu trompais maman.
- Et alors? C'est pas parce qu'on est infidèle à une femme qu'on aime celle avec qui on la trompe.
Commenter  J’apprécie          220
......mon père est passionné par les nouvelles du monde et retire un immense plaisir à critiquer la manière dont la télévision les met en scène. Personne dans la profession, et certainement pas moi, ne trouve grâce à ses yeux. Pour lui, les journalistes sont tous des hypocrites qui ne pensent pas ce qu’ils disent. Je lui ai un jour expliqué que c’était le rôle du présentateur du journal de ne pas penser ce qu’il disait, ce à quoi il m’a répondu qu’il fallait vraiment n’avoir aucune estime de soi pour faire du mensonge son métier.
Commenter  J’apprécie          170
Son écriture, malhabile, curieusement encombrée de courbes et d'arrondis, ne reflétais pas l'homme, mince, tendu et anguleux, que je connaissais. La forme des signes qu'il traçait avec cette volonté de prendre beaucoup d'espace révélait une autre part de lui, longtemps enfouie et qui, c'était vraiment çà le miracle, lui rendit le sourire qu'enfant on lui avait confisqué.
Commenter  J’apprécie          40
- Mais à quoi ça va te servir de savoir lire ?
- A quoi ça va me servir ? Mais à lire. Peut-être que lire, ça fait mourir moins vite.
Commenter  J’apprécie          50
Mais j'ai grandi avec l'idée que rêver était un luxe réservé à ceux qui n'ont rien d'autre à faire. Quelle bêtise.
Commenter  J’apprécie          50
99% de la population est alphabétisée, mon père fait partie de cette infime portion de gens qui n'ont jamais été scolarisées. J'ai mis longtemps à le comprendre, mais il vivait ce handicap comme une réelle douleur-secrète, fourbe et lancinante, maudissant en silence son propre père qui lui avait interdit l'entrée à l'école sans mesurer les dégâts que cela causerait chez lui. J'ai sous-estimé la satisfaction qu'il éprouvait d'avoir pu apprendre les rudiments de la lecture et de l'écriture. Qu'était-il allé chercher dans cet improbable apprentissage ? Un peu de dignité, sans doute, lui qui n'aurait peut-être jamais l'occasion d'exercer ses nouveaux talents en public. Ou, comme il me l'avait confié à moitié en riant, un bagage pour l'au-delà où il ne voulait pas arriver sans savoir écrire son nom.
Commenter  J’apprécie          30
J'ai mis longtemps à le comprendre, mais il vivait ce handicap comme une réelle douleur__secrète, fourbe et lancinante, maudissant en silence son propre père qui lui avait interdit l'entrée de l'école sans mesurer les dégâts que cela causerait en lui.
Commenter  J’apprécie          30
Je ne suis pas beau mais je ne suis pas laid. La seule fois où je me suis vraiment effrayé en me regardant dans le miroir c'est le jour où, jouant avec ma main pour cacher ma bouche, et fixant mon regard, j'ai cru apercevoir mon père.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Sébastien Ministru (247)Voir plus

Quiz Voir plus

Raccordez le résumé à son ouvrage

Un pompier brûle des livres jusqu’au jour où il décide d’en lire un.

« La voleuse de livres» Markus Zusak
« 1984» George Orwell
« Fahrenheit 451 » Ray Bradbury
« Le liseur » Bernhard Schlink

16 questions
628 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , résumésCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}