AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.61 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sens
Biographie :

Né à Sens en 1972, Sébastien Monod vit à Rouen depuis l'âge de six ans. Après des études de cinéma et de langues étrangères, il est journaliste pour différents journaux. Touche à tout, l’envie de changer de métier le pousse au bout de quelques années à reprendre des études dans la communication, il travaille alors pour des associations, des festivals et des théâtres (Le Volcan, Automne en Normandie, Le Safran Collectif, Académie Bach…).

Parallèlement, il écrit des nouvelles, des romans, mais aussi de la poésie, des chansons, du théâtre et des scénarios. En 1999, il crée en compagnie de deux autres auteurs la série Les Heures Joyeuses et co-écrit "On ira (presque) tous au Paradis" (H&O Éditions), premier d'une lignée de petits romans bâtis sur le modèle des séries TV américaines.

Depuis, il a publié plusieurs romans chez deux éditeurs : Les Éditions TG et les Éditions Publibook et met régulièrement en place des ateliers d'écriture à destination des adultes et des enfants. L’un d’eux a donné naissance en 2007 à un recueil publié sous le nom "Rouen, la ville dont vous êtes le héros" (Christophe Chomant Éditeur).

"Sitcom 2, Isidore ou la grande illusion", son dernier roman, est la suite de "Sitcom, Isidore ou le divin hasard" (Éditions TG), sorti en 2009, roman qui, par ailleurs, devrait faire l’objet d’une adaptation au cinéma.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
manU17   19 novembre 2019
Montgomery Clift : L'enfer du décor de Sebastien Monod
Si alors certains doutent encore de l'attachement qu'éprouve Taylor pour Clift, cet épisode à la fois saisissant et émouvant leur cloue définitivement le bec. "Elle a pris la tête de Monty sur ses genoux", poursuit Kévin. "Il a gémi. Et il a commencé à étouffer. Il a esquissé un faible geste vers son cou. Il avait des dents arrachées et ses deux dents de devant s'étaient logées dans sa gorge. Je n'oublierai jamais la détermination de Liz. Avec ses doigts, elle a extirpé les dents. Elle l'a sauvé, car Monty risquait de mourir étouffé."
Commenter  J’apprécie          83
manU17   14 novembre 2019
Montgomery Clift : L'enfer du décor de Sebastien Monod
Clift apprendra beaucoup sur le tournage de Red River, il renoncera à la minutieuse préparation de la moindre séquence (héritée de son expérience théâtrale et découvrira l'improvisation. Tout au long de sa carrière, il ne cessera de chercher, améliorer, tester, en un mot : innover.
Commenter  J’apprécie          70
JIEMDE   13 août 2019
Nuits mauves de Sebastien Monod
Il avait pris du poids à l'adolescence... et ne l'avait jamais rendu.
Commenter  J’apprécie          70
manU17   18 octobre 2019
Montgomery Clift : L'enfer du décor de Sebastien Monod
Rarement un acteur aura suscité autant de louanges au début de sa carrière. Mais les commentaires furent inversement aussi intenses à la fin de celle-ci.
Commenter  J’apprécie          40
AngieL71   24 avril 2017
Des mots et des hommes de Sebastien Monod
C’était un thème classique de seize mesures, composé de quatre articulations musicales bien carrées, avec juste une petite subtilité rythmique vers la dixième mesure. Jouant et rejouant sans hâte la mélodie, Andréa s’imprégnait de sa pulsation. Il comprenait de mieux en mieux le passage à la troisième phrase qui, de toute évidence, constituait la clé de voûte du morceau. Et comme chaque fois qu’il commençait à se sentir à l’aise avec un air, son timbre prit du grain pour se faire plus expressif. Avec l’émotion dégagée par la nouvelle ampleur du son, les idées musicales se formèrent toutes seules dans sa tête avant de se bousculer pour gagner ses doigts. Le thème initial s’en trouva métamorphosé, doublant de tempo à certains endroits ou, au contraire, se brisant à d’autres en une myriade de notes colorées.

C’était à cause de tels instants qu’Andréa aurait voulu pouvoir remercier quelqu’un – Il existait forcément, sa musique en était la preuve ! – d’avoir fait de lui un musicien.
Commenter  J’apprécie          20
AngieL71   24 avril 2017
Des mots et des hommes de Sebastien Monod
Comme je vous l’ai dit, c’est mon anniversaire, mais aujourd’hui c’est moi qui vais lui faire un cadeau : ma première fois. Alors j’ai peur. Il paraît que c’est toujours intimidant la première fois, surtout pour les filles. Et moi, en plus, je ne suis pas n’importe quelle fille. Je suis... différente. J’ai un peu honte de mon corps qui n’est pas parfait, qui n’est pas conforme à l’idéal féminin. Je suis à la fois incomplète et de trop. Pas vraiment finie. Lucas m’a dit qu’il m’aimait et que cela ne changeait rien pour lui. Mais je crains que lorsqu’il me verra nue, il ne change d’avis. Je ne le supporterais pas. Son rejet m’anéantirait. Je crois que je ne m’en remettrais pas. J’ai tellement besoin de son amour pour continuer à exister.
Commenter  J’apprécie          00
JIEMDE   12 août 2019
Nuits mauves de Sebastien Monod
Oh, c'est façon de parler, Commissaire ! Vous êtes toujours comme ça, à sortir les ovaires du nez ?
Commenter  J’apprécie          20
AngieL71   24 avril 2017
Des mots et des hommes de Sebastien Monod
Je me décide à sortir enfin de mon armoire, mon cœur bat la chamade, j’ai peur, mais je dois le faire. Je serai probablement mieux mort que traînant ma carcasse triste dans ce monde qui s’acharne contre moi. J’entends la voix de ma mère, elle provient de la cuisine, elle discute avec mon oncle, sans avoir la moindre idée de ce qui se trame.

J’ouvre la fenêtre, le vent frais de ce mois de novembre me caresse les joues. Je monte sur le rebord, sous mes pieds la banlieue est calme. Sept étages plus bas, l’asphalte froid et morbide. J’ai le vertige, je me cramponne au cadre de ma main gauche, l’autre fouille dans la poche de mon jean. Je sors mon portable, reprends mon souffle, puis lance mon dernier appel.
Commenter  J’apprécie          00
AngieL71   24 avril 2017
Des mots et des hommes de Sebastien Monod
Il se trouvait presque gracieux en se contemplant. Il n’avait pas le physique d’un jeune premier : il était un peu gros, les excellents plats de sa mère et le manque de sport y étaient pour beaucoup, mais heureusement il était grand, ce qui adoucissait sa silhouette. Ses cheveux noirs étaient toujours décoiffés et il se rendit compte qu’il aurait eu besoin d’une bonne coupe. Ses yeux étaient beaux : verts comme ceux de son père. Il fixa Lucien quand ce dernier vint se placer près de lui et se dit qu’ils formeraient un joli couple s’ils étaient ensemble. Lucien plus petit, plus fin, irait parfaitement bien à son bras, dans ses bras, dans son lit.
Commenter  J’apprécie          00
AngieL71   24 avril 2017
Des mots et des hommes de Sebastien Monod
Mais j’en avais envie, terriblement envie de le rencontrer après avoir passé plus d’un an à discuter avec lui de tout et n’importe quoi. Du matin jusqu’à tard dans la nuit.

Il fait partie de mon quotidien, aussi fou que ce soit. Mes parents ne comprennent pas trop comment on peut s’attacher à quelqu’un qu’on n’a jamais rencontré, pourtant, c’est un fait. Je connais Scott, et il me connaît. Derrière un écran, la timidité disparaît. On ose beaucoup plus, on parle beaucoup plus, on se confie plus facilement aussi. Le fait de ne pas voir l’autre, de ne pas assister à ses réactions en direct est d’une certaine façon rassurante.
Commenter  J’apprécie          00

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Triangles amoureux: on recherche le troisième point.

Carmen, Don José, ...

Almaviva
Catherine
Christian
Escamillo
Forcheville
Lancelot
Mathilde de La Mole
Santos Iturria

16 questions
71 lecteurs ont répondu
Thèmes : triangle amoureux , littérature , théâtre , opéra , cinemaCréer un quiz sur cet auteur