AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.45 /5 (sur 104 notes)

Nationalité : Roumanie
Né(e) à : Roumanie
Biographie :

Serge Demetrian est né en Roumanie. Il s’intéresse
depuis longtemps à la littérature et à la philosophie hindoue.

Serge Demetrian, ancien professeur à la faculté de médecine de Necker, à Paris, est affilié à l'ashram de Ramana Maharshi. Depuis de nombreuses années, il parcourt l'Inde à la recherche de manuscrits et de récits oraux.

Il est devenu très tôt le disciple du Shankarâchârya de Kâñchîpuram et a suivi ce maître jusqu’à la mort de celui-ci en 1994.

Il a vécu plus de vingt-six ans en Inde à la recherche de manuscrits et de récits oraux. Ces deux livres, Le Mahâbhârata et Le Râmâyana, sont le fruit d’un labeur qui s’est étalé sur plusieurs décennies.

Serge Demetrian maîtrise parfaitement les différentes versions du texte original. S'inspirant des conteurs traditionnels de l'Inde du Sud, il nous offre une version poétique, limpide, vivante, et fascinante.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Serge Demetrian   (8)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
finitysend   23 janvier 2017
Le Mahâbhârata : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
Le jour de ma naissance, je commis ma première erreur, et c’est en suivant cette voie que j’ai depuis recherché la sagesse .
Commenter  J’apprécie          410
4shgoth   01 mai 2021
Le Mahâbhârata : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
Le soi ne tue pas, le soi n'est pas tué,

Le soi ne nait pas, le soi ne meurt pas,

Non né, permanent, immortel, primordial,

Le soi ne périt pas lorsque le corps périt.
Commenter  J’apprécie          20
4shgoth   30 avril 2021
Le Mahâbhârata : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
Lorsque le monde glisse vers le désastre,

Le mensonge prend l’aspect de la vérité,

Le mal s’installe dans le cœur, il y demeure,

Nul ne peut le déloger.
Commenter  J’apprécie          30
4shgoth   24 avril 2021
Le Mahâbhârata : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
Je ne veux pas jouer,

Mais je suis provoqué,

Mon honneur de guerrier

M’impose d’accepter.



L'univers n'est pas libre, hélas !

Si le créateur l'a construit,

C’est le destin qui le conduit.



Le destin l’emporte sur la raison.

Comme une flamme vive aveugle le regard

Le destin nous prive de jugement.



L’homme semble maitre de ses actions :

Mais la corde du destin tout-puissant

Le tire de-ci de-là !
Commenter  J’apprécie          20
4shgoth   24 avril 2021
Le Mahâbhârata : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
Chaque jour mille peurs assaillent l'ignorant ;

Le sage, lui, ne se laisse accabler.



Le monde est souffrance,

Souffrance du corps, souffrance de l'esprit.



Ainsi écoute :



Les peines du corps proviennent de quatre causes :

La maladie, les blessures, la fatigue, la faim.



La médecine soulage le corps

Mais seule la connaissance

Guérit le malaise de l'esprit.



Le désir provoque les maux de l'esprit ;

C'est le désir qui rend l'homme misérable.



Origine de la misère et de la peur,

Le désir conduit à l'attachement :

Par lui on s'accroche au monde.



Qui convoite les richesses terrestres

Ne gagne que souffrance ;

Plus vaste est la possession,

Plus encore croît le désir.



Jeunesse, beauté, fortune, succès

Sont éphémères, le sage le sait :

Il ne désire pas la vie.



Observe donc le non-attachement

Envers les choses de ce monde ;

Yudhishthira si tu aspires à vivre en paix,

Renonce à la soif de posséder.
Commenter  J’apprécie          10
mademoisellechristelle   07 novembre 2012
Le Râmâyana : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
Né dans la race d’Ikshvâku, la noble dynastie solaire,

Celui vers qui ton cœur espère

Est le beau prince d’Ayodhyâ

Le bien aimé seigneur Rama.



Vaste poitrine, épaules d’archer,

Bras puissants, brisant les rochers,

Cou telle une conque de mer :

Voici Râma, flamboyant et fier.



Sa tête d’or au large front,

Ses beaux yeux au regard profond,

Tous les signes de sainteté sur sa personne :

Râma est la beauté faite homme

Commenter  J’apprécie          91
enkidu_   07 mai 2016
Le Râmâyana : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
Râma regardait avec compassion le visage émacié de Bharata. L’écorce d’arbre qu’il avait revêtue couvrait mal ses bras de guerrier, amaigris déjà par les sévères privations. Il répondit : « Mon frère, ne déplore plus le départ de notre père, notre souverain ; sans nul doute, il a rejoint les régions céleste en récompense d’une vie vertueuse, d’une vie de sacrifices. Ne te juge pas coupable de sa mort : le Destin, volonté suprême des dieux, décide de tout.



La liberté n’appartient pas à l’âme

Qui fait du corps le foyer de sa flamme.

Ouvre les yeux et connais ton sort :

tout prend fin avec la mort.



Car le Destin nous pousse ici et là…

Les pentes les plus hautes descendent vers le bas.

Sache-le, toi qui habites ton corps :

tout prend fin avec la mort.



Tous les honneurs terrestres, les plus hautes fonctions

Finissent en misère et en dégradation ;

Pour l’esclave ou pour le roi, que l’on soit faible ou

fort,

tout prend fin avec la mort.



Le fruit mûr tombera, pourquoi aurions-nous peur ?

Une fois mis au monde, l’homme vieillit et meurt !

De ce qui naît, voici le sort :

tout prend fin avec la mort.



La mort marche avec nous et nous tient par la main.

Tu l’ajournes aujourd’hui, elle revient demain.

Tu as beau lui offrir une montagne d’or,

tout prend fin avec la mort.



Oui, Bharata, ainsi que le disent les sages, soyons conscients de la brièveté de notre passage en ce monde, de cette vie qui décroit dès l’instant où elle naît et qui ne remonte pas plus à sa source qu’un torrent dévalant son lit. Seuls les hommes qui poursuivent de tous leurs efforts la Félicité suprême sont bénis : ils n’auront pas perdu leur vie. » (pp. 168-169)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kio971   08 août 2018
Le Râmâyana : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
La fillette fut appelée Sîtâ. Les mortels aperçoivent rarement la déesse de la Terre dans tout son éclat. Ils en découvrent parfois quelques reflets : le printemps couleur d'émeraude, l'or répandu sur les champs d'automne, les sommets argentés des montagnes, la coulée majestueuse des fleuves, l'étendue sans limites des océans. Sîtâ était toutes ces merveilles à la fois. Elle égalait en splendeur Lakshmî, la déesse de la beauté.
Commenter  J’apprécie          20
Kio971   29 août 2018
Le Mahâbhârata : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
Les Pândava revinrent donc dans la capitale de Dhritarâshtra. L'enthousiasme du peuple ne connut pas de bornes, car les fils de Pându étaient aimés de tous. On les avait crus disparus, maintenant ils revenaient sains et saufs, mariés par surcroît. Dhritarâshtra accorda aux Pândava une moitié du royaume, gardant pour lui l'autre moitié et la capitale, Hastinâpura.



Après avoir reçu leur part, les cinq frères vinrent s'installer sur leurs domaines. Il leur fallait désormais bâtir une nouvelle capitale. Avec l'aide de Krishna et de Blarâma venus les rejoindre, les fils de Pându invoquèrent Indra, le roi des dieux. Celui-ci ordonna à Vishvakarman, le Maître d'Oeuvre universel, d'élever une ville semblable aux cités célestes. Vishvakarman se mit au travail et en quelques mois apparut, comme par enchantement, une ville qui l'emportait en beauté sur toutes les autres ; on la nomma Indraprastha.
Commenter  J’apprécie          10
Kio971   29 août 2018
Le Mahâbhârata : Conté selon la tradition orale de Serge Demetrian
Les Kaurava avaient assisté, sans trop se faire remarquer, au sacrifice royal. Les invités étaient maintenant partis ; seuls restaient Duryodhana et son oncle Shakuni, qui visitèrent de plus près le palais de Yudhishthira.



Se promenant dans la salle d'assemblée, Duryodhana découvrit un péristyle dallé de cristal ; sa transparence était telle qu'on aurait pu croire à un bassin rempli d'eau. Duryodhana releva son vêtement pour éviter qu'il fut mouillé ; s'apercevant de son erreur, il rougit de honte. A quelque distance de là, un réservoir d'eau limpide laissait apparaître, au fond, un pavage de fleurs en pierres précieuses : "un simple dallage", se dit Duryodhana, et il avança pour tomber tout vêtu dans l'eau. Yudhishthira lui prêta des vêtements secs, mais Bhîmasena, et les autres Pândava et Draupadî, qui épiaient Duryodhana, s'esclaffèrent. Leur cousin en conçu une amère rancune.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le dernier jour d'un condamné

De quel genre relève ce roman ?

Une autobiographie
Une biographie
Un roman à thèse
Un journal intime

30 questions
377 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..