AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.86 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Rio de Janeiro,Brésil , le 06/05/1944
Biographie :

Sergio Kokis est un romancier et peintre québécois.

Il connaît une enfance difficile qui le conduit à l'âge de neuf ans en institution de redressement. Il poursuit cependant ses études et fréquente l'École des beaux-arts de Rio, avant d'étudier en philosophie.

En 1966 il obtient une bourse d'études en France où il complète une maîtrise en psychologie à l'Université de Strasbourg. Il immigre au Canada en 1969 et est engagé comme psychologue à l'hôpital psychiatrique de Gaspé. L'année suivante il devient docteur en psychologie clinique de l'Université de Montréal.

Il enseigne au département de psychologie de l'Université du Québec à Montréal. Depuis 1975, il travaille également comme psychologue à temps partiel à l'Hôpital Sainte-Justine.

À partir de 1973, il étudie à la School of Art and Design du Musée des Beaux Arts de Montréal et au Centre Saidye Bronfman de Montréal.

Depuis mai 1997, il se consacre uniquement à la peinture et à l'écriture.

Kokis est l'auteur de plusieurs romans : Le pavillon des miroirs (1994), Errances (1996), L'art du maquillage (1997), Un sourire blindé (1998), Le maître de jeu (1999), Saltimbanques (2000), Kaléidoscope brisé (2001), Le magicien (2002), Les amants de l'Alfama (2003), L'amour du lointain (2004), La gare (2005) (Prix France-Québec, catégorie prix des lecteurs), Le fou de Bosch (2006), Le retour de Lorenzo Sanchez (2008).

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Sergio Kokis   (25)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Sergio Kokis à propos des accomodements raisonnables


Citations et extraits (7) Ajouter une citation
bilodoh   02 avril 2015
Le pavillon des miroirs de Sergio Kokis
Tout ça et des milliers d’autres images se mettent en branle dès que je ferme les yeux, inlassablement, dans un fandango infernal. C’est drôle comme l’extérieur des choses peut être si peu important comparé à ce qu’on voit les yeux fermés.



(XYZ, p. 23)

Commenter  J’apprécie          170
bilodoh   29 janvier 2019
L'Ame des Marionnettes de Sergio Kokis
Un homme a son identité, et celle-ci n’est pas aussi malléable que tu le prétends. Et puis, changer pour quoi? Ce qu’il faut, c’est mieux aménager sa vie. Le joug, mieux ajusté, s’il est toujours aussi lourd, au moins ne blesse plus l’animal.



(p.46)
Commenter  J’apprécie          80
bilodoh   30 janvier 2019
L'Ame des Marionnettes de Sergio Kokis
« Pourquoi suis-je si obsédé par mon identité ou la qualité morale de mon existence alors que la plupart des gens s’en fichent au profit d’une vie sans problèmes ? »



(p. 253)
Commenter  J’apprécie          60
Lorelay   30 mai 2012
Dissimulations de Sergio Kokis
Ces étagères ont été conçues pour abriter les oeuvres des écrivains qui m'ont fasciné. À quelques très rares exceptions, des écrivains qui sont mes concitoyens. Ceux de mon temps aussi bien que ceux du passé. Je connais personnellement la plupart d'entre eux et je sais qu'ils m'admirent et qu'ils me sont reconnaissants. Comme vous pouvez le constater, cette collection n'est pas très nombreuse. Mais elle est parfaite. La perfection ne selaisse jamais confondre avec la profusion, bien sûr. Pour chaque écrivain, je possède les oeuvres complètes, toujours les premières éditions. Je les fais relier en cuir pour que le texte précieux se trouve enveloppé dans un écrin correspondant à sa valeur. C'est ma manière de rendre hommage aux livres qui méritent de passer à la postérité. Dans un monde comme le nôtre oü l'on publie n'importe quoi, avouez-le, c'est un travail digne d'un ascète. Un travail indispensable à la culture, celui de la préservation et de la transmission des oeuvres essentielles.
Commenter  J’apprécie          40
bilodoh   25 mai 2015
Le pavillon des miroirs de Sergio Kokis
Elles se donnent à un des chauffeurs dans le lit de la cabine, pendant que l’autre conduit. Des petites d’à peine neuf ans, qui supportent la besogne comme des grandes pour rapporter de quoi manger à la maison. […] Des enfants sans jouets et sans sourires, qui ne sont jamais émerveillées.

(p. 261)
Commenter  J’apprécie          50
Livretoi   14 mai 2015
Le pavillon des miroirs de Sergio Kokis
Nous nous arrêtons à l’aube dans une auberge perdue, où une famille de paysans nous reçoit avec enthousiasme. Petit déjeuner au bouc grillé, lavage à grande eau au bord de la citerne, café à la cassave, cachaça et fumée de bois sec. Dans l’enclos, Grand-Père, le bouc de la maison, profite de la fraîcheur du matin pour monter trois chèvres, l’une après l’autre, sous les applaudissements des filles de l’aubergiste qui malgré nos airs embarrassés attirent notre attention sur cette performance matinale. Ce bouc est la fierté de toute la famille. Comme pour faire honneur aux vivats, il fonce ensuite à grands coups de cornes sur les poteaux de l’enclos. Tout ici est proche d’une nature ancestrale. Même leur souffrance semble différente, leur pudeur d’un autre genre, sans commune mesure avec notre propre monde. Les enfants de l’aubergiste commentent avec admiration la force de la verge et des couilles de Grand-Père ; elles nous montrent, avec une certaine pitié dans la voix, les autres chèvres qui sont jalouses. L’aubergiste ajoute en riant que lui seul peut battre le bouc en puissance de couilles et que ses femmes sont aussi jalouses que les chèvres lorsqu’il sort rendre visite à d’autres copines. Sa femme et ses filles répondent par des rires discrets, les yeux brillants de fierté. L’aînée, dans les treize ans, a déjà un bébé dans les bras : le petit-fils.



J’ai toujours vécu un peu par procuration. Les livres sont plus importants à mes yeux que les choses vraies, je le reconnais. Je préfère un bon roman à un voyage, et je refuse les meilleures sorties si je peux m’enfermer seul pour rêvasser. Une bonne histoire est une meilleure garantie de plaisir que les balades les plus exotiques. Je le sais parce que je me suis beaucoup baladé, et j’ai vu des choses, et j’ai connu des gens. Mais, à chaque fois, il m’a semblé que le réel gagnerait beaucoup s’il était un peu fignolé. Même les histoires d’amour peuvent me plaire, lorsqu’elles sont racontées, essentielles, bien découpées, sans l’ennui du quotidien. L’artiste découpe dans les choses, il ne copie jamais. Puis il les recrée, il les arrange, avec artifice, de façon que seul l’essentiel demeure. Ça devient plus essentiel que la vie. Voilà le sens propre de l’art : dépouiller pour mieux montrer. Du mensonge ? Si l’on veut. Plutôt de l’artifice, du dédain envers les parties mornes et molles de la réalité.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ClaireRoig   30 juillet 2013
La gare de Sergio Kokis
Sans trop savoir pourquoi, Adrian pensa que cette steppe lui rappelait la mort, et il se réjouit d'y être uniquement de passage, en chemin vers sa maison.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Vie et oeuvre de Colette

Les personnages principaux de Colette sont :

des hommes
des femmes
des animaux
des enfants

21 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Sidonie-Gabrielle ColetteCréer un quiz sur cet auteur