AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.19 /5 (sur 65 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Konstantinovo , le 21/09/1895
Mort(e) à : Leningrad , le 28/12/1925
Biographie :

Sergueï Alexandrovitch Essenine (en russe: Сергей Александрович Есенин) est un poète marquant de la Russie du XXe siècle.

Admis à l'école primaire en 1904, il la quitte en 1909, pour être placé, en septembre de cette année-là, comme interne à l'école religieuse de Spas-Kliopiki. Ses premiers vers connus remontent à cette période, écrits dès 1909. Il avait alors 14 ans.

Durant l'été 1912, ayant achevé sa scolarité à l'école religieuse, il rejoint son père à Moscou, travaille un mois dans la même boutique que lui avant de se faire embaucher dans une maison d'édition.Prenant conscience de ses dons de poète, il commence également à fréquenter les milieux artistiques moscovites. En 1913, il écrit la Ravine qui restera son seul écrit en prose et sera publié en 1916 dans une revue de Petrograd.

L'année 1916 voit paraître son premier recueil Radounitsa. En juillet 1917, il épouse Zinaïda Raïkh, secrétaire à La Cause du Peuple, avec laquelle il a deux enfants, un garçon (Konstantin, né en 1920) et une fille avant leur divorce en 1921.

Au printemps 1918, le poète s'installe à Moscou, où paraît Golouben, son second recueil, et il reprend du service dans une maison d'édition. L'année 1919 est marquée de nombreux récitals, de manifestations et de publications imaginistes. Essenine et Anatoli Mariengof voyagent ensemble à travers la Russie une bonne partie de l'année 1920, donnant des récitals en Ukraine, à Moscou et dans plusieurs villes du Caucase.

Trois recueils paraissent cette année-là : Treridnitsa, Triptyque, Transfiguration, un quatrième Confession d'un voyou en janvier 1921, et son grand poème dramatique Pougatchev en décembre.

Début octobre 1921, il rencontre Isadora Duncan (1877-1927), de dix-huit ans son aînée, invitée par le gouvernement soviétique. Il l'épouse le 2 mai 1922, avant de partir avec elle pour l'Europe et pour l'Amérique où l'impresario d'Isadora Duncan lui a aménagé une tournée.

Duncan et Essenine voyagent tous les deux en Europe et c’est durant cette période que Essenine connaît une grave dépression nerveuse. Sa santé physique et mentale décline et il commence à parler de suicide.

En 1923, il retourne à Moscou et quitte Isadora. Il entre en clinique en 1925, la quitte un mois plus tard et recommence à boire puis repart pour Leningrad où il se pendit dans un hôtel.
+ Voir plus
Source : Wikipédia et Petit Robert des noms propres
Ajouter des informations
Bibliographie de Sergueï Essenine   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Confession d’un voyou , Sergeï Essénine lecture de Denis Lavant

Podcasts (5) Voir tous


Citations et extraits (176) Voir plus Ajouter une citation
ninamarijo   28 décembre 2014
L'Homme noir (1910-1925) de Sergueï Essenine
Le bonheur disait-il,

C'est une affaire d'agilité

Des mains et de l'esprit.

Les âmes maladroites, on le sait,

Sont malheureuses dans la vie.

Et peu importe que les gestes

Distordus, mensongers

Soient une source de tourments.

Dans les orages et les tempêtes,

Au coeur du quotidien fade et figé,

Dans les plus lourdes des pertes

Et quand la tristesse t'inonde,

Paraître simple et souriant

Est l'art le plus sublime au monde.
Commenter  J’apprécie          560
ninamarijo   29 décembre 2014
L'Homme noir (1910-1925) de Sergueï Essenine
Sur le lac s'est tissé la pourpre du couchant.

Les tétras dans les bois sanglotent en tintant.



Quelque part dans un tronc c'est un loriot qui pleure.

Moi seul ne pleure pas : il fait clair dans mon coeur.



Je sais que tu viendras par le sentier ce soir,

Dans les meules fraîches nous irons nous asseoir.



Je t'embrasserai et te froisserai comme une fleur.

Méprisant les ragots car grisé de bonheur.



Et ton voile de soie tombé sous mes caresses,

Tu vas dans les buissons partager mon ivresse.



Les tétras peuvent bien tinter en sanglotant,

Joyeuse est la tristesse pourpre du couchant.
Commenter  J’apprécie          370
nadejda   18 mai 2011
L'Homme noir (1910-1925) de Sergueï Essenine
Horizons dorés et si flous !

La vie brûle tous ses convives.

Et j'ai fait le porc et le fou

Pour que ma flamme soit plus vive.



Le poète griffe et caresse,

C'est son destin et son devoir.

J'ai cherché à marier sans cesse

La rose blanche au crapaud noir.



Et qu'importe que dans les flammes

Mes desseins roses aient péri.

Si des démons nichaient dans l'âme,

Les anges y vivaient aussi.

....

1923
Commenter  J’apprécie          280
sandraboop   10 octobre 2014
Journal d'un poète de Sergueï Essenine
Violon tzigane, la tempête gémit.

fillette gentillette au sourire fielleux

Me laisserai-je intimider par ton regard bleu ?

Il me faut beaucoup, beaucoup m'est superflu.



Si loin, si dissemblables en somme :

Tu es jeune, moi j'ai tout vécu.

Aux jeunes le bonheur, à moi la mémoire seule :

Nuit de neige, étreinte fougueuse.



Câliné? Non. La tempête est mon violon.

Un sourire de toi lève la tempête en moi.
Commenter  J’apprécie          250
berni_29   22 juillet 2022
La Ravine de Sergueï Essenine
La lampe projetait sur le poêle blanc l'ombre sautillante de son crochet vissé au plafond. Un grillon grésillait derrière le fourneau, et dans la soupente le chat aux oreilles grises, pattes repliées, somnolait.
Commenter  J’apprécie          250
Sergueï Essenine
sabine59   30 octobre 2018
Sergueï Essenine




La tempête de neige tourbillonne,

Par les champs file une troïka.



Dans la troïka une autre jeunesse.

Où est mon bonheur? Où est ma joie?



Tout roule sous la folle rafale

Et cette enragée troïka.



( Poèmes 1910-1925)
Commenter  J’apprécie          230
berni_29   23 juillet 2022
La Ravine de Sergueï Essenine
C'était la fête. Après la fenaison, les paysans rentraient chez eux, les corbeaux criards se posaient sur les restes des meules.

Près du fourré, des canards, traçant des rides sur le lac, prirent leur envol dans un sifflement et s'abattirent dans les roseaux.

L'idiot était assis au bord du lac, les jambes ballottant dans l'eau.

- Allez, bois, ordonna-t-il à son bâton.
Commenter  J’apprécie          201
berni_29   23 juillet 2022
La Ravine de Sergueï Essenine
Les nuages traînaient leur châle jaune, et une voix fondante, mourante, chantait doucement, doucement :



Brûle, mon copeau, je m'éteindrai avec toi
Commenter  J’apprécie          200
sandraboop   10 octobre 2014
Journal d'un poète de Sergueï Essenine
Je n'appelle, ni ne pleure, ni ne regrette rien,

Tout paSse comme brume de pommiers en fleurs.

Miné désormais par l'or de défloraison

Je ne connaîtrai plus la jeunesse.



Tu ne battras plus comme avant

Désormais, cœur transi,

Plus be t'incitera à flâner pieds nus

La terre du bouleau et du calicot.



Esprit follet qui attisa mes lèvres

Comme tu te fais rare, rare aujourd'hui.

Flots d'émotion, pétulance du regard,

Ô ma fraîcheur d'âme perdue.



De désirs meme je deviens avare.

Ma vie ! Ou be fut-ce qu'un songe ?

Comme si par un bruissant matin de printemps

J'eusse passé au galop sur un destrier rose.



Tous en ce monde, tous sont périssables,

Lentement s'écoule le cuivre de l'érable ..

Béni sois-tu néanmoins dzns les siècles

Toi qui es venu éclore et mourir.



1921
Commenter  J’apprécie          181
sandraboop   10 octobre 2014
Journal d'un poète de Sergueï Essenine
Allons baise, baise-moi, mords

Jusqu'au sang, jusqu'au cri,

Le ruissellement d'un cœur ardent

Ne souffre pas de froideur.



La cruche répandue de joyeux drilles

Ce n'est pas pour nous,car

Comprends tu, petite amie ?

Sur terre nous n'avons qu'une vie !



Promène ton regard alentour,

Et vois dans la nuit moite

La lune comme un corbeau jaune

Qui tourne et plane la haut.



Allons, baise-moi ! Je le veux.

Pourriture déjà me joue un petit air

Celui qui plane dans les hauteurs

A flairé ma mort, c'est clair.



Ô forces déclinantes !

S'il nous faut mourir, mourons !

Mais que jusqu'à la fin

Je baise ces lèvres aimées.



Qu'ainsi dans nos rêves bleus,

Sans honte ni fard,

Au doux frisson des merisiers

Résonne toujours : "je suis à toi. "



Que toujours sur la coupe pleine,

Écume légère, danse la lumière ;

Ores chante et bois, petite amie :

Sur terre nous n'avons qu'une vie !



Sergueï Essenine. 1925
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Livrets d'opéra (facile)

Qui a imaginé l’histoire sur laquelle est bâti "Le barbier de Séville", opéra de G. Rossini ?

Voltaire
Beaumarchais
Marivaux
Alfred de Musset

8 questions
4 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur