AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.73 /5 (sur 155 notes)

Nationalité : Corée du Sud
Né(e) à : Jangheung , le 21/02/1959
Biographie :

Yi Seung-u est un écrivain sud-coréen.

Lee Seung-U passe son adolescence à Séoul. Tenté par la religion, il poursuit des études supérieures au Collège de théologie Yonsei de Séoul.

Il commence comme journaliste pour une revue protestante avant de devenir écrivain à plein temps. Depuis 2001, il enseigne la littérature coréenne et l'art d'écrire à l'Université de Chosun en Corée du Sud.

Il a publié sa première nouvelle, Portrait d'Erysichton, inspirée de la tentative d'assassinat du pape Jean-Paul II, en 1981. Il reçut pour cet ouvrage le prix du Nouvel écrivain, décerné par la revue mensuelle Littérature coréenne.
Ses livres suivants se verront à leur tour récompensés par divers prix, comme le prix littéraire Daesan en 1993 pour son roman L'envers de la vie.
Majeure et unique dans la littérature coréenne contemporaine, sa voie est celle de l'intranquillité.

+ Voir plus
Source : www.zulma.fr http://www.keulmadang.com/blog/auteurs/lee-seung-u/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Une libraire de Mollat présente La vie rêvée des plantes
Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
rabanne   08 avril 2018
La vie rêvée des plantes de Seung-U Lee
Il n'y a d'amour que particulier. Cela, je ne le voyais pas. Mais les hommes sont prompts à s'aveugler, à mettre sous leurs yeux des vérités qui les arrangent.
Commenter  J’apprécie          360
rabanne   08 avril 2018
La vie rêvée des plantes de Seung-U Lee
Un arbre effectivement voluptueux, svelte et souple comme un corps de femme. Il enlaçait le pin dans une tendre étreinte. J'imagine que, sous terre, leurs racines s'entremêlaient dans une intimité encore plus scandaleuse.
Commenter  J’apprécie          319
rabanne   03 février 2018
Le vieux journal de Seung-U Lee
Ma mémoire n'est pas une étendue toute plate. Elle est faite de montagnes dressées très haut et de vallées profondes. Les remous s'agitaient surtout dans les recoins ombreux. Là où se love la culpabilité.
Commenter  J’apprécie          297
le_Bison   10 mai 2018
Ici comme ailleurs de Seung-U Lee
Yu ne se sent pas de taille à lutter contre un vent qui rugit comme un molosse en furie, contre les tourbillons de poussière ocre, contre l'air poisseux qui vous colle à la peau comme des tiques, contre la saleté des rues. Il ne peut que se plaindre. Même s'il avait voulu lutter, ces réalités ne se seraient pas laissées faire. Le vent, l'air, c'est à dire les molosses en furie et les tiques, étaient là avant lui, bien avant qu'il se décide à partir pour Sori, avant même qu'il apprenne le nom de cette localité. Ils n'ont pas été ajoutés un jour à Sori, ils lui sont constitutifs.
Commenter  J’apprécie          260
le_Bison   17 avril 2018
Ici comme ailleurs de Seung-U Lee
Au moment de franchir le seuil, la patronne le retient par le bras et lui souffle à voix basse : "Si vous avez besoin d'une fille, hein, appelez-moi. Je vous en enverrai une jeune, toute frétillante." [...] Une jeune toute frétillante... "On se croirait dans une pêcherie", marmonne-t-il...
Commenter  J’apprécie          251
le_Bison   23 avril 2018
Ici comme ailleurs de Seung-U Lee
Le policier l'écoute, renfrogné, puis lance : "Vous n'êtes pas d'ici ? - Non ", répond Yu. Ici, on a beau essayer de cacher qu'on vient d'ailleurs, ça se voit comme le nez au milieu de la figure. L'air et le vent façonnent le tempérament, l'allure et même l'odeur du corps. Pour s'acclimater, il faut du temps, et plusieurs générations pour s'assimiler aux autochtones. Inutile donc de cacher qu'on vient d'ailleurs. Parfois, ce sont les efforts que l'on prodigue pour dissimuler son origine qui vous dénoncent.
Commenter  J’apprécie          244
le_Bison   30 avril 2018
Ici comme ailleurs de Seung-U Lee
C'est bien Noé le Fou ! constate-t-il. Mais à quel titre un homme ordinaire porte-t-il un nom aussi accablant ? Noé le Fou, ce n'est pas son vrai nom, c'est un surnom qui lui a été donné. Il ne le porte pas de droit, il lui a été donné par un quidam, par une personne parmi d'autres. Dont on peut approuver les opinions... ou pas. Noé le Fou n'est donc pas forcément fou. Avoir l'air fou ne veut pas dire qu'on le soit ; de même, ne pas le paraître ne signifie pas toujours qu'on ne le soit pas. L'air qu'on a, cela sert à alimenter les opinions...
Commenter  J’apprécie          222
rabanne   04 février 2018
Le vieux journal de Seung-U Lee
Petit à petit, le coucher du soleil couvrait la mer de ses étoffes. La brise me caressait les joues. Père... De ma bouche une voix pareille à celle du vent s'est échappée.
Commenter  J’apprécie          230
le_Bison   29 octobre 2013
Le vieux journal de Seung-U Lee
J’écrivais le soir, et le matin j’allais au bureau. Ce que j’avais écrit la veille, je le rayais le lendemain, et ainsi de suite chaque jour. Certaines parties, je les ai réécrites plus de dix fois. Parfois je rayais tout ce que je venais d’écrire et recommençais depuis le début. Les phrases avançaient lentement comme si j’apprenais à ramper. L’écriture m’a permis de concevoir cette lutte acharnée entre le désir de montrer ce qui est en moi et le souci de le dissimuler. Mes mots se heurtaient, entraient en collision, en conflit. D’où ces phrases de sang, tout en paradoxes. Réécrire ce qui a été déjà écrit est un travail éreintant. Je souffrais de la fatigue, de manque de sommeil, de la faim, non sans cesser, en proie à une ardeur sadique, de me battre contre les phrases. J’avais l’impression d’être possédé.
Commenter  J’apprécie          190
rabanne   04 février 2018
Le vieux journal de Seung-U Lee
Ce n'est pas ce qu'on va écrire et comment on va le faire qui est important, ça compte aussi, mais ce n'est pas l'essentiel, à mon avis, c'est même peut-être rien du tout... ce qui compte, c'est l'empire qu'exerce la conscience sur l'écriture... on peut parler de la nécessité urgente d'écrire, non ? quelque chose comme ça, j'ai découvert que c'est ça le plus important. Et ça, moi, je ne l'ai pas.
Commenter  J’apprécie          192
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Marche ou Crève

Sous quelle nom le livre a été publié?

Stephen King
Richard Bachman

17 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Marche ou crève de Stephen KingCréer un quiz sur cet auteur