AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.86 /5 (sur 229 notes)

Nationalité : Islande
Né(e) : 1974
Biographie :

Sigríður Hagalín Björnsdóttir est née en 1974. Brillante journaliste, elle dirige le service informations de la télévision publique islandaise où elle présente le journal télévisé. Elle a étudié à l'étranger (en Espagne, à New York et Copenhague) avant de retourner à Reykjavík.

"L’île" est son premier roman.

Ajouter des informations
Bibliographie de Sigridur Hagalin Björnsdottir   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview de Sigríður Hagalín Björnsdóttir aux Imaginales 2019 par Estelle Hamelin pour Actusf.


Citations et extraits (135) Voir plus Ajouter une citation
HordeDuContrevent   15 juillet 2022
L'île de Sigridur Hagalin Björnsdottir
Il arrive aussi que se produisent des choses qui rassemblent l'humanité toute entière, unissent le destin de tous les être humains, comme si un dérèglement subit de la gravité terrestre engendrait un brusque rétrécissement du monde. En l'espace d'un instant, l'humanité devient plus proche, et chaque être se rappelle l'endroit où il se trouvait quand il a appris la nouvelle.
Commenter  J’apprécie          4010
HordeDuContrevent   16 juillet 2022
L'île de Sigridur Hagalin Björnsdottir
Les causes de l’effondrement de la civilisation il y a plus de trois mille ans demeurent inconnues. Elles sont sans doute multiples et complexes, c'est probablement la conjugaison de plusieurs facteurs qui a fait tomber ces géants dorés de leur piédestal. Ces sociétés ont peut-être dû faire face à des invasions barbares, aux révoltes du peuple opprimé contre la corruption de la classe dirigeante, à des changements climatiques brutaux, des récoltes désastreuses, des famines, des épidémies ou des catastrophes naturelles. Mais on peut gager que l'explication est plus simple : ces sociétés fossilisées ont tout bonnement été incapables de s'adapter à de nouvelles conditions.
Commenter  J’apprécie          392
HordeDuContrevent   17 juillet 2022
L'île de Sigridur Hagalin Björnsdottir
Olöf a étudié les anciennes méthodes de conservation en recréant les conditions de vie dans les fermes islandaises des siècles passés. La moitié des apports énergétiques provenait alors des graisses, précise-t-elle, principalement du beurre sans adjonction de sel. La plupart du temps, ce beurre était conservé dans des panses de brebis ou dans des récipients spéciaux dénommés gradisur, coffres gris. L'appellation elle-même indique que le beurre s'y conservait assez mal. On le gardait longtemps, il servait parfois de monnaie, mais il rancissait puis moisissait en prenant un goût extrêmement fort et aigre.

On dit parfois aujourd'hui qu'une chose pue le beurre, précise Olöf, et ce n'est pas un compliment. Elle soulève le couvercle d'un de ces coffres. L'odeur est indescriptible et en même temps familière, comme si les effluves de siècles de disette avaient imprimé sa trace dans nos gènes.

Cela vous semblera sans doute incroyable, mais la moisissure qui couvrait ce beurre était à la fois une bénédiction et une malédiction, poursuit Olöf en prélevant à l'aide d'un bâtonnet un échantillon de moisissure grisâtre qui s'est formée dans le coffre pour le déposer dans une éprouvette. Nos recherches ont montré que ce champignon n'est aucunement toxique. La plupart du temps, il contient des nutriments indispensables, par exemple de la vitamine C.

De la vitamine C ? s'étonne Hjalti. Olöf acquiesce d'un hochement de tête. Oui, nous avons trouvé la réponse à l'une des questions les plus brûlantes de l'histoire de notre pays - d'un point de vue nutritionnel - d'où provenait la vitamine C ? Pourquoi la population ne souffrait-elle pas de scorbut en Islande alors qu'il n'y avait pour ainsi dire aucun légume frais si on exclut les baies, les herbes des montagnes, et à la marge le goémon ? Nous pensons avoir trouvé la réponse dans la moisissure et l'odeur fétide de ce beurre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          366
Unhomosapiens   10 mai 2018
L'île de Sigridur Hagalin Björnsdottir
Une odeur étrangement âcre flotte dans l'ancien terminal, l'air sent le renfermé, le confiné, l'animal, comme dans les maisons de retraite et les porcheries. Une autre odeur se mêle à la première, plus primitive, c'est celle de la faim et des déjections, de la vie et de la mort.
Commenter  J’apprécie          180
Unhomosapiens   10 mai 2018
L'île de Sigridur Hagalin Björnsdottir
Nous sommes ici. Nous sommes vivants.

Mille et une choses nous attachent les uns aux autres : paroles, voix, caresses, sang, textes, chansons, lignes, routes, messages sans fil. Parfois, ce lien s'exprime simplement parce que nous voyons le même soleil monter dans le ciel, parce que nous écoutons la même chanson à la radio, récitons le même texte en le murmurant, la tête ailleurs, tandis que nous faisons la vaisselle après le dîner.

C'est ce qui s'appelle faire partie d'une société. D'une nation, ou du genre humain. Tout dépend de l'endroit où on place la ligne de partage.
Commenter  J’apprécie          140
thisou08   28 juin 2022
La lectrice disparue de Sigridur Hagalin Björnsdottir
Nous assistons actuellement à l'agonie du livre, répond le vieux professeur avec un sourire triste. La lecture est en recul que ça nous plaise ou non. Nous sommes témoins de la plus importante révolution intellectuelle depuis l'invention de l'imprimerie qui a permis aux gens du commun il y a presque six siècles d'accéder à l'écrit. Le moment est venu depuis longtemps de tourner la page.

P 241
Commenter  J’apprécie          120
Unhomosapiens   10 mai 2018
L'île de Sigridur Hagalin Björnsdottir
En temps de famine, l'unique objectif de l'être humain est la survie. L'ensemble de ses autres préoccupations est remisé, ses rapports sociaux sont entièrement gouvernés par un seul instinct : se nourrir.
Commenter  J’apprécie          110
Unhomosapiens   10 mai 2018
L'île de Sigridur Hagalin Björnsdottir
Si je meurs, la vie dans cet endroit suivra son cours, tout redeviendra comme avant. Le ciel sera limpide ou menaçant, l'angélique et le cresson effaceront la trace de mes pas, le cormoran et le troglodyte mignon continueront de veiller et le renard de chasser entre les rochers et les bancs de sable. je ne manquerai pas beaucoup à mes moutons, ils iront brouter les algues sur le rivage. En réalité, tout çà n'a aucune importance.
Commenter  J’apprécie          70
SagnesSy   11 septembre 2019
L'île de Sigridur Hagalin Björnsdottir
Je les observe, nous sommes plus calmes, nous avons moins peur les uns des autres. Il se passe toujours quelque chose quand des gens s’assoient autour d’une gamelle de soupe chaude, partagent un repas et rompent le pain ensemble, disait toujours Leifur. Le cerveau fabrique une hormone, de l’ocytocine, qu’il fabrique également pendant l’acte sexuel et chez une mère qui allaite son enfant. Un amour de nature chimique. La tendresse pardonne et supporte tout, mais peut-être se résume-t-elle à une hormone, à cette force qui nous soigne en nous unissant. Leifur plaisantait, la science apporte ses réponses, mais après tout, chacun croit ce qu’il veut.
Commenter  J’apprécie          50
Arthur409   09 février 2018
L'île de Sigridur Hagalin Björnsdottir
Elin affiche un sourire radieux.

Nous optons pour l'optimisme.Nous devons arrêter de répéter constamment que nous avons perdu le contact avec le monde extérieur. Il n'est pas sain de se concentrer sur ce qu'on a perdu. Au contraire, nous devrions proclamer : Nous avons retrouvé notre indépendance !Proclamons-le ensemble : Allez, l'Islande !

La salle reprend en choeur, les spectateurs assis devant leur télé font de même. Elin rit, ouvre grand ses bras, attrape la main de l'économiste et la lève bien haut, ensemble, nous en sommes capables ! Nous l'avons été jadis et nous le serons encore.

Une vague d'agitation parcourt la salle, quelque chose se fraie un chemin à travers l'assistance et vient mettre à mal cette belle fraternité : dix épouvantails, tout de noir vêtus apparaissent, le bas du visage dissimulé sous un foulard, l'un d'eux tient un porte-voix.

A QUAND LES ELECTIONS ?

L'assistance les hue et les siffle, certains tentent d'arrêter les trouble-fêtes.

ELIN OLAFSDOTTIR, DE QUOI AS-TU PEUR ? A QUAND LES ELECTIONS ?

La salle est en effervescence, les coups pleuvent, les cris retentissent, les gens prennent leurs jambes à leur cou pour se mettre à l'abri avec leurs enfants, les officiers de police et les sauveteurs remontent le courant. Hjalti retient le photographe et l'empêche de prendre des clichés des agitateurs.

Il lui montre la fanfare qui interprète à tue-tête "Le pays de mon père". Ainsi s'achève la retransmission en direct de la Fête de l'hiver dans la grande salle de Laugardalshöll.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Sigridur Hagalin Björnsdottir (282)Voir plus


Quiz Voir plus

Harry Potter (Expert)

Quel est le deuxième prénom du frère de Sirius Black ?

Romulus
Arcturus
Remus
Severus

40 questions
190 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur