AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.92 /5 (sur 70 notes)

Nationalité : Canada
Mort(e) le : 15/10/2022
Biographie :

Simon Roy est professeur de littérature au Collège Lionel-Groulx. Il signe avec cet original et troublant témoignage un premier livre absolument remarquable, un essai fascinant qui ne plaira pas qu’aux amateurs de Kubrick mais également aux lecteurs qui sont sensibles aux malheurs de la vie et à ce qu’il faut de force pour les surmonter.

Ajouter des informations
Bibliographie de Simon Roy   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Ma vie rouge Kubrick - 30 avril 2016 La Librairie Monet vous invite à causerie de Simon Roy, professeur de littérature au Collège Lionel-Groulx et auteur de Ma vie rouge Kubrick, Prix des libraires du Québec en 2015. Cette rencontre sera animée par notre confrère Clarence Collinge-Loysel, qui dit de cet essai: « Véritable hybride littéraire, Ma vie rouge Kubrick ne connaît pas la frontière des genres. Flirtant avec le roman, l'essai, l'autobiographie et même le scénario de film, Simon Roy raconte son expérience d'un film, The Shining, et d'une violente tragédie familiale. C'est un récit aux multiples voies, porté par une langue profondément sensible et poignante. La fascination pour le film et l'héritage familial côtoient la fêlure d'un traumatisme, révélé en filigrane des analyses et anecdotes, couleur sang « rouge Kubrick ». Une expérience de lecture labyrinthique et passionnante qui nous happe inévitablement. »
+ Lire la suite

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
bilodoh   10 octobre 2016
Ma vie rouge Kubrick de Simon Roy
Peut-être sommes-nous coincés dans les corridors labyrinthiques de l’hôtel Overlook, à la recherche de réponses aux questions existentielles qui nous taraudent, et peut-être pensons-nous trouver, ces réponses, au détour d’un couloir où nous avons l’impression vague, mais tenace d’être déjà passés auparavant.



(p.108)
Commenter  J’apprécie          180
bilodoh   16 novembre 2016
Owen Hopkins, Esquire de Simon Roy
Rares sont les personnages de pères qui ont marqué de manière positive l’univers magique des contes de fées. Ces hommes meurent le plus souvent au début du récit, disparaissent dès l’incipit, au mieux à la fin de la première page. Ou alors ce ne sont que des mollassons sans envergure sur qui on ne peut guère compter.



(Boréal, p.14)
Commenter  J’apprécie          170
bilodoh   15 novembre 2016
Owen Hopkins, Esquire de Simon Roy
Honestly… Je me suis toujours méfié de ceux qui employaient ce mot. Honnêtement… Il me semblent qu’ils cherchent, sans doute inconsciemment, à camoufler le mensonge qu’ils sont sur le point de proférer à la face de leur interlocuteur.



(Boréal, p.135)

Commenter  J’apprécie          150
bilodoh   05 octobre 2016
Ma vie rouge Kubrick de Simon Roy
Elle aura fini par conclure que les pires geôles ne sont pas bâties de pierres, mais de nos propres actes, sinon de ceux que l’on subit et qui nous étouffent très lentement…



(p. 127)
Commenter  J’apprécie          120
bilodoh   28 octobre 2016
Ma vie rouge Kubrick de Simon Roy
On ne choisit pas ses souvenirs, et celui-là s’est imprimé dans mon esprit selon un procédé analogue à la création d’un fossile. J’avais beau me dire que ce n’étaient que des images diffusées à la télévision, mais une sensation malsaine m’avait résolument gagné, comme si l’homme noir qui avait prononcé ces paroles, me regardait, moi précisément…

(p.9)

Commenter  J’apprécie          110
Marylou26   25 juin 2022
Ma fin du monde de Simon Roy
Et je prends conscience, d’une manière si aiguë que c’en est douloureux, que les souvenirs agréables peuvent être plus nocifs que les mauvais, surtout quand tout ce qu’ils charrient n’est qu’un vent de nostalgie venant gonfler les voiles du regret.
Commenter  J’apprécie          71
Marylou26   25 juin 2022
Ma fin du monde de Simon Roy
Me voilà donc un an après le diagnostic fatal. Toujours debout, fragile et chancelant, mais mordant dans la vie au point de me décider à commencer un nouveau livre dans mon genre hybride, pour me prouver que je suis toujours vivant et peut-être un peu pour mettre la mort à l’écart, dans l’espoir aussi que ma détermination à durer déjouera les pronostics négatifs car, comme l’écrit Yvon Rivard dans Le Dernier chalet, « on ne peut écrire en se disant que le livre qu’on écrit est le dernier (…) car on ne peut écrire qu’en faisant inconsciemment le pari qu’écrire retardera et même repoussera indéfiniment la mort, que l’écriture, comme la prière, est une sorte de rétrécissement, semblable à la mort, qui conduit non pas à une autre vie, mais à l’élargissement de celle-ci. Faire passer la vie par le goulot de l’écriture, encore plus étroit que celui du souvenir, en espérant qu’elle ne s’y étranglera pas, c’est comme s’engager dans un de ces cours d’eau à peine plus larges qu’un canot par lesquels les lacs communiquent entre eux. Si on veut apprendre à mourir sans peur et sans trop de violence, à passer silencieusement d’un lac à l’autre, qu’on soit poète ou romancier, croyant ou athée, ne jamais penser qu’un livre ou qu’un jour puisse être le dernier (…) »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
taktic66   04 octobre 2017
Ma vie rouge Kubrick de Simon Roy
Le réel affligeant ne s'épuise pas à force d'en parler ou de laisser le temps faire son oeuvre.
Commenter  J’apprécie          50
anapala   18 décembre 2016
Ma vie rouge Kubrick de Simon Roy
C’est idiot, mais ce que je retiens par-dessus tout de cet épisode noir de mon adolescence, c’est qu’en raison des lavements d’estomac qu’on lui a fait subir ma mère n’a jamais vraiment recouvré sa voix normale. Chaque conversation subséquente, chaque appel téléphonique me ramenait à ce geste de détresse d’abandon, en ce jour d’avril chiffre 1984. Toujours une trace de ce suicide raté comme un rappel audible que cela a bel et bien eu lieu. Et que cela pourrait se reproduire n’importe quand.

Mais ce nouveau grain rocailleux dans sa voix était la moindre des conséquences de son geste, puisqu’elle a traîné son état de dépression chronique jusqu’à ses derniers moments on peut, oui, sauver une personne de la mort physique, on peut, oui, la remettre sur pied signé son congé de l’hôpital, mais on ne peut pas lui redonner de force la vie, encore moins la force de vivre. Ne se transmet pas par injection par comprimés cette étincelle qui nous encourage à continuer. Oublier les solutés et les seringues, on ne gave pas quelqu’un du désir de vivre.



(p. 55)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LaureConan   02 mai 2016
Ma vie rouge Kubrick de Simon Roy
La vie n'est pas un conte de fées édulcoré. Surtout, ne jamais baisser la garde. Toujours demeurer vigilant.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Marathon-quiz : 50 classiques français

Qui a écrit "Les Fourberies de Scapin" ?

Corneille
Racine
Molière
Marivaux

50 questions
913 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique français , littérature française , classiqueCréer un quiz sur cet auteur