AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.85/5 (sur 132 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Francfort (région de) , 1972
Biographie :

Simone Buchholz vit dans le quartier de St Pauli à Hambourg depuis le début des années 1990. Elle a d'abord été rédactrice pour des magazines dans lesquels elle traitait de l'amour, de la jeunesse et des affaires. Désormais, elle s'intéresse davantage au meurtre et au chaos. Si, autrefois, sa vie a été marquée par les excès, elle préfère aujourd'hui une existence paisible et laisse ses personnages s'enivrer des vices qu'elle a délaissés.
Simone Buchholz donne naissance à un personnage récurrent et à une famille, de ceux dont la vie nous est chère et que l’on prendrait bien pour amis. Concise et poétique, tour à tour drôle et piquante, son écriture emporte le lecteur.

Lauréate du Prix du Polar Allemand en 2019 pour Mexikoring, Simone Buchholz est traduite en Angleterre et en Italie. Elle vit à Sankt Pauli, le célèbre quartier de Hambourg.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Simone Buchholz   (7)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
Dehors, l'obscurité est tombée. Brême la nuit. Étudiants, skateurs, vieux hippies, vieux gauchistes, bobos cultivé. Et aussi des gens tout à fait kaputt, pas plus nombreux qu'ailleurs, mais c'est dans ce quartier semble-t-il qu'ils se concentrent très durement sur leur décrépitude. Sur tous les coups de la vie leur a flanqués. Ils sont en miettes et ils hurlent, Brême s'en arrange et fait sa vie tout autour.
Commenter  J’apprécie          00
Henning aimait bien bavarder avec les gens. Mais c'était difficile avec ces débiles. Ils n'avaient pas assez de mots dans la tête pour mener une conversation.
Commenter  J’apprécie          10
À partir d’un certain point, les riches ne sont plus guidés par la cupidité mais par la peur.
Commenter  J’apprécie          70
Simone Buchholz
Calabretta avait fait une nouvelle tentative auprès de Betty, notre élégante légiste. Au cours des années précédentes, elle l’avait éconduit plusieurs fois, sans doute, entre autres, parce qu’il s’y était pris comme un imbécile. Calabretta est aussi nul que moi en affaires de cœur. Mais là, elle avait bien voulu, va savoir pourquoi. Et ça avait marché, peut-être grâce aux étoiles ou à la lune ou à l’air du port ou tout simplement grâce à Betty soudain devenue indulgente. Ils étaient restés en couple toute une année, il allait chez elle, elle chez lui, tout respirait le bonheur. C’en était presque inquiétant : comme s’ils avaient emporté un soleil avec eux. Mais, du jour au lendemain, un plus joli soleil s’était levé au-dessus de Betty lors d’un congrès de pathologistes à Munich. Un professeur suisse. Elle avait laissé tomber sa vie à Hambourg, et Calabretta.
C’était en hiver, depuis il fait tout noir en lui.
Nous buvons notre bière.
Commenter  J’apprécie          40
– Avez-vous remarqué quelque chose ? Il me montre du doigt une quarantaine de paires de chaussures à talons aiguilles.
 – Rien d’extraordinaire, Faller.
– Non ? Je trouve que ça fait beaucoup de chaussures.
– Combien de paires votre fille en possède-t-elle ?
 – Oh, une quinzaine, je dirais
– Vous voyez. Et c’est une étudiante sérieuse. Quarante paires pour deux jeunes femmes qui bossent dans un club de strip-tease, ça n’a rien d’exceptionnel.
– Combien de chaussures avez-vous, Chas ?
– Trois paires.
Il arque le sourcil gauche. Je l’imite.
Commenter  J’apprécie          40
Avec un peu de crystal dans le sang, vous êtes au fond exactement ce que la société attend de vous. Mince, rapide et toujours vigilant.
Commenter  J’apprécie          50
« Fritz Baumann, bonjour », dit le collègue venu nous accueillir à la loge du portier. Il serre la main à tout le monde, tout en semblant mémoriser nos noms. Ce type décontracté, aux yeux bleu clair intelligents et aux cheveux blonds presque blancs qui vont bientôt réussir à l’être, a d’ailleurs une tête à ne rien oublier. Il prête attention à tout, car tout est essentiel.
Après nous avoir salués, il met les mains dans ses poches de pantalon, recule d’un pas et nous dévisage. C’est un peu désagréable pour nous, mais je comprends qu’il le fasse. Parfois, j’aimerais bien me comporter comme lui : commencer par me faire tranquillement une idée des nouvelles têtes, même si ça les surprend un peu. N’empêche que je supporte plutôt mal ces regards à la comme-c’est-bizarre.
Baumann non, on dirait.
Il finit par cesser de nous dévisager.
Nous enlevons nos blousons et manteaux. Il fait tiède à Brême, l’air y est plus doux qu’à Hambourg, ce qui m’étonne un peu.
Baumann demande : « Alors ? » C’est toujours une bonne question.
Stepanovic remet sa chemise dans son pantalon, d’où elle était à moitié sortie pendant le trajet : « Nous devons annoncer aux Saroukhan qu’un membre de leur famille est mort, ça ne va sans doute pas être très facile. Ou peut-on aller sonner chez eux sans problème ?
– Bien sûr que vous pouvez y aller. Sauf que personne ne vous laissera entrer. Mais je vous ferai accompagner par quelqu’un qui vous servira d’ouvre-porte. »
J’observe avec intérêt les mâles alpha se flairer. C’est comme à chaque fois : quand Stepanovic tombe sur un autre chef de tribu, il le scanne, cordialement mais avec acuité.
Baumann le scanne à son tour.
« Nouri Saroukhan. »
Stepanovic opine du chef.
« Autant que je sache, il ne faisait plus partie de la famille. »
Stepanovic hausse les sourcils, on ouvre grand la bouche, intérieurement.
« Je vais y revenir. »
On referme la bouche.
Rocktäschel intervient : « Faut quand même qu’on leur annonce le décès. » Baumann le regarde dans les yeux. « Votre visage me dit quelque chose. »
Rocktäschel redresse son dos ou plutôt son armure.
« Lennart Rocktäschel. Mon père était un collègue à vous. »
Tressaillement sur le front de Baumann puis autour de sa bouche. Il se dirige vers Rocktäschel, lui pose la main droite sur l’épaule avant de se tourner vers nous.
« Venez dans mon bureau. Et appelez un hôtel. Vous allez devoir rester quelques jours. »
Lindner sort son téléphone pour chercher des chambres disponibles.
Rocktäschel déclare qu’il dormira chez sa mère. C’est sûrement génial de dormir chez maman.
Commenter  J’apprécie          20
Quelque part derrière les nuages, les étoiles brillent dans le ciel et un agréable sentiment de bien-être me gagne : ici, je suis chez moi. Dans ce petit quartier miteux, avec ses pavés esquintés, ses immeubles sombres, ses guirlandes lumineuses, ses joies et ses peines, ses histoires dérisoires mais sympathiques, son éternel crachin.
Commenter  J’apprécie          40
Une voiture en flammes. Encore une. On m’a dit qu’il serait temps de résoudre ce problème de véhicules incendiés.

Les bagnoles en feu ne m’intéressent pas plus que ça. Tu sais très bien pourquoi tes voitures brûlent, Hambourg.

Sauf que cette fois, ce n’est pas seulement un véhicule qui a cramé, mais aussi un être humain. Faire brûler des gens dans des voitures, ça, ce n’est pas possible, putain.
Commenter  J’apprécie          30
Mieux vaut les avoir à l'intérieur de la tente et les voir pisser dehors que de les avoir à l'extérieur et les voir pisser dedans.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Simone Buchholz (117)Voir plus

Quiz Voir plus

Titres étrangers pour oeuvres françaises

Quel auteur emblématique de polar a signé "Nada" ? (indice : catch)

Thierry Jonquet
Didier Daeninckx
Jean-Patrick Manchette
Jean-Bernard Pouy

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Thèmes : titresCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..