AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.68 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : Hongrie
Né(e) : 1941
Mort(e) : 2005
Biographie :

Sándor Tar (1941-2005) est un écrivain hongrois.
Originaire de la région de Debrecen, où il a passé toute sa vie, il a travaillé en usine comme ouvrier, puis comme contremaître, jusqu'à son licenciement, en 1992, dans le cadre des privatisations du gouvernement Antall. Il a passé ses dernières années dans la pauvreté. En 1999, il a reconnu que, victime d'un chantage à cause de son homosexualité, il avait été obligé de collaborer un tant soit peu avec la police politique en rédigeant des rapports sur János Kenedi, éditeur de la revue littéraire Mozgo Vilag, qui lui a pardonné.

Dans ses chroniques et courts récits, Sándor Tar évoque avec prédilection la vie des sous-prolétaires qu'il connaît par expérience. Ouvriers au chômage et sans perspectives de retrouver du travail, ou paysans démunis de tout, ils vivent dans une misère matérielle, intellectuelle et sexuelle effrayante et ne trouvent bien souvent qu'un moyen d'oublier un instant leur vie sordide : l'alcool.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Sándor Tar   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Sachenka   30 janvier 2018
Notre rue de Sándor Tar
On a tendance à croire que la mort est une chose terrible, puis on se rend compte, quand le docteur au regard fatigué ausculte et retourne le corps, qu'elle ne l'est pas beaucoup plus que quoi que ce soit d'autre [...].
Commenter  J’apprécie          280
Sachenka   29 janvier 2018
Notre rue de Sándor Tar
Notre rue à une époque était sur la frontière roumaine, quand exactement, le pasteur pourrait certainement le dire, quelques vieux du coin se rappellent encore sur quelles maisons il fallait mettre les drapeaux. C'est à ça qu'on savait si on était roumain ou hongrois, a raconté le vieux Kocsis devant le magnétophone du pasteur, mais sinon il ne se souvenait de rien. Ah si, il y avait un type qui ressemblait à ce Tarcsai, lui est-il revenu plus tard, mais si c'était un Roumain ou un Hongrois, il l'ignore. D'ailleurs c'était peut-être un Russe, a-t-il ajouté, ou un Allemand, par ici ils sont tous venus.
Commenter  J’apprécie          230
Glaneurdelivres   10 juin 2020
Tout est loin de Sándor Tar
Il supportait mieux que quiconque le boulot, et c’était avec lui que le patron convenait de tout, comme l’autre fois, par exemple, quand il avait dit, ne faites pas les délicats s’il arrive tel ou tel déchet, fermez les yeux, l’argent ne pue pas, et vomissez, s’il le faut, on n’en meurt pas. Puis il avait parlé de millionnaires qui avaient fait la plonge ou récuré les toilettes, et maintenant les chefs d’Etat se réjouissent quand ils peuvent leur serrer la main. Il y a des choses que personne ne veut faire, alors il faut payer, le monde est ainsi.
Commenter  J’apprécie          50
5Arabella   18 février 2018
Notre rue de Sándor Tar
Dans son journal intime, il a écrit depuis longtemps qu'il régnait dans la rue une atmosphère de perversion paresseuse. Ils n'ont même pas assez d'énergie pour commettre une impiété telle qu'elle les conduirait direct en enfer. Mais pour boire, pas de problème, tromper l'autre, jurer, brandir un couteau, corrompre les enfants, se disputer, puis ça les fatigue, ils se réconcilient. Ils volent aussi. Et si un étranger débarque, ils le pervertissent, il suffit de voir Tarcsai.
Commenter  J’apprécie          50
5Arabella   18 février 2018
Notre rue de Sándor Tar
Le pasteur venait tous les jours, une occasion unique, on ouvrait une tranchée pour les canalisations d'un bout à l'autre de la rue, le pasteur à vrai dire est partout où l'on remue la terre, si on perce une cave, si on creuse des fondations, et même au moment des labours, il déambule dans les sillons en quête de vestiges. En même temps, il lie conversation avec les uns et les autres, au début il emportait avec lui des livres de prière, des bibles, mais il y a vite renoncé, du jour où la pelleteuse a déterré un recueil de psaumes, identique en tout point à celui qu'il avait offert la veille à quelqu'un.

Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

La peau de Chagrin

Comment se nomme le personnage principal?

Valentin de Raphaël
Benjamin De Villecourt
Raphaël de Valentin
Emile

20 questions
500 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur cet auteur