AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 380 notes)

Nationalité : Corée du Sud
Né(e) à : Changchun, Mandchourie , le 04/01/1943
Biographie :

Hwang Sok-yong est un écrivain sud-coréen.

Il est né en Mandchourie alors occupée par le Japon. À la libération en 1945, sa famille emménage à Pyongyang, avant de s’installer à Youngdeunpo, quartier industriel de Séoul. Il fait ses études en philosophie à l'Université Dongguk. En 1964, il est emprisonné pour des raisons politiques et fait alors la rencontre de travailleurs activistes. Après sa libération, il commence à travailler dans une entreprise de manufacture de cigarettes et sur plusieurs sites de constructions à travers le pays.

De 1966 à 1969, il s'engage au sein de l'armée coréenne pendant la guerre du Viêt Nam, se battant alors à contrecœur aux côtés des forces américaines. Au Viêt Nam, il est notamment responsable du "nettoyage", de l'effacement des preuves de massacres de civils. Sur la base de ces expériences, il compose la nouvelle "La Pagode" ("Tap") en 1970, ce qui lui permet de remporter le prix littéraire du journal Chosun Ilbo et l'entraîne dans une riche carrière littéraire.
Hwang Seok-yoeng publie en 1974 "Sur la route de Sampo" ("Sampo ganeun gil") et acquiert une popularité nationale avec son roman "Jang Gil-san" qui paraît en feuilleton dans un quotidien entre 1974 et 1984.

Sa participation au corps expéditionnaire coréen au Viêt Nam lui a inspiré le roman "L'Ombre des armes" ("Mugi-ui geuneul") en 1985.
En 1989, Hwang se rend à Pyongyang en Corée du Nord en passant par Tokyo et Beijing, en tant que représentant du mouvement démocratique naissant en Corée du Sud. Ce voyage est effectué illégalement, et les services secrets coréens considèrent alors Hwang comme un espion. Plutôt que de retourner en Corée du Sud, il s'exile volontairement à New-York, donnant des cours à l'Université de Long Island.
Il retourne à Séoul en 1993 et est aussitôt condamné à 7 ans d'emprisonnement pour atteinte à la sécurité nationale. Pendant son séjour en prison, il entame huit grèves de la faim pour protester contre différentes restrictions. Il est libéré en 1998.
Hwang Sok-yong, fait partie des plus grands écrivains asiatiques de sa génération. Il a produit une œuvre qui reflète les tourments traversés par la Corée. La plupart de ses romans – comme "Le Vieux Jardin" (2000), "L'invité" (2001) ou "Shim Chong, fille vendue" (2003) – ont été récompensés par de prestigieux prix littéraires, et sont lus dans le monde entier.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (152) Voir plus Ajouter une citation
Sok-yong Hwang
gavarneur   28 novembre 2018
Sok-yong Hwang
Je crois que l’amour et l’histoire ne font pas bon ménage. On court avec son temps. Et après s’installe la nostalgie de ce qui aurait pu être et n’a pas été.
Commenter  J’apprécie          552
Bookycooky   30 juillet 2019
Le vieux jardin de Sok-yong Hwang
Une des caractéristiques d'un détenu à l'isolement depuis longtemps est qu'il n'est plus capable d'exprimer ses sentiments, parce qu'il ne peut pas les partager.

p.43
Commenter  J’apprécie          360
Bookycooky   03 août 2019
Le vieux jardin de Sok-yong Hwang
Yi disait que plus on fabriquait des objets qui n'étaient pas de premières nécessités, plus le bien-être disparaissait.

p.498
Commenter  J’apprécie          341
Bookycooky   01 août 2019
Le vieux jardin de Sok-yong Hwang
Une journée où il ne se passe rien est sans doute ce que l´homme peut rêver de mieux.

p.209
Commenter  J’apprécie          340
Bookycooky   31 juillet 2019
Le vieux jardin de Sok-yong Hwang
Mais jusqu’où peut-on vraiment aller dans l’accomplissement en y sacrifiant toute une vie ? ....Nous changeons comme une montagne de terre peu à peu usée par le vent et la trace que nous laissons dans le monde est bien différente de celle que nous avions imaginée au départ.

p.52
Commenter  J’apprécie          282
Bookycooky   30 juillet 2019
Le vieux jardin de Sok-yong Hwang
Le chef-coiffeur des prisonniers était un homme à l’automne de sa vie. Un dur qui tirait ses quinze ans, comme on disait ici, au bout de dix ans, il n’ y avait que des agneaux.

p.16
Commenter  J’apprécie          272
ssstella   16 avril 2016
Princesse Bari de Sok-yong Hwang
La haine, c'est un enfer que l'on crée soi-même.
Commenter  J’apprécie          250
Under_the_Moon   30 octobre 2015
Monsieur Han de Sok-yong Hwang
Quand les filles ne savent encore rien des hommes, elles se fient sottement aux apparences.
Commenter  J’apprécie          220
diablotin0   24 novembre 2019
L'étoile du chien qui attend son repas de Sok-yong Hwang
J'ai lu dans un livre que la conscience est une chose unifiée, globale et indivisible. Et que lire et étudier librement constituent la source de la créativité. l'éducation scolaire, plutôt qu'un intellect inventif, formerait finalement un individu intégrable dans un système uniforme, à l'intérieur duquel elle perpétuerait le pouvoir dominant.
Commenter  J’apprécie          190
Under_the_Moon   30 octobre 2015
Monsieur Han de Sok-yong Hwang
[...] aujourd'hui, avec de l'argent, on peut tout faire. On peut même échapper à une condamnation à mort. [...] Celui qui a du fric ou des relations, il s'en tire. Celui qui n'en a pas, il morfle.
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Guy Bedos dans des films adaptés de romans

Futures Vedettes, le film français réalisé par Marc Allégret et sorti en 1955. Guy Bedos y joue le rôle de Rudi, le violoniste, est une adaptation de Entrée en scène, un roman de ...?...

Pearl Buck
Vicky Baum

10 questions
158 lecteurs ont répondu
Thème : Guy BedosCréer un quiz sur cet auteur

.. ..