AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.26 /5 (sur 42 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1982
Biographie :

Solange Bied-Charreton a tenu un blog littéraire pendant cinq ans et a travaillé dans le web marketing, où elle faisait de la veille de mots sur Google.

Elle est aujourd'hui attachée de presse pour CNRS Éditions, dont elle dirige le site.

«Enjoy» est son premier roman.

Ajouter des informations

Entretien avec Solange Bied-Charreton à propos de Nous sommes jeunes et fiers



Comme dans votre précédent et premier roman Enjoy, on retrouve dans Nous sommes jeunes et fiers votre regard sans concession sur une certaine société de consommation dictée par l`apparence. Est-ce un thème qui vous fascine ? Quelque chose qui vous choque dans nos sociétés actuelles ?

Ce qui me fascine et m`épouvante n`est pas tant l`apparence ou la superficialité des choses que leur disparition pure et simple, tout du moins leur ersatz, ou leur mutation maligne. Dans Enjoy, j`ai voulu montrer que nous pouvons, si nous le souhaitons, communiquer davantage avec les gens par internet que dans la vie réelle. Nous pouvons avoir cette vie là, ce monde nous en laisse le choix. Avec Nous sommes jeunes et fiers, je me suis rendue compte que deux personnes pouvaient vivre entièrement dans les mots et les idées sans jamais les mettre en application, et sans jamais non plus s`en rendre compte, mais jusqu`au désespoir, car leurs mots ne les sustentent pas. Il y a, finalement, toujours un enjeu autour du langage. Comme d`autres épieurs de langage et de ses mutations, je suis intimement persuadée que changer de mot pour désigner une réalité change cette réalité. Successivement, dans ces deux livres, il me fallait pointer du doigt ces mots et ces comportements qui ne disent plus rien de vrai.



Vous avez pris le parti de prendre deux héros, Ivan et Noémie, qui correspondent, au début de votre roman, à tous les clichés "bobos" : ils vivent à Paris, ont de hauts revenus, il travaille dans la publicité quand elle est enseignante.... Les bobos correspondent-ils à une certaine norme sociale aujourd`hui ? Que représentent-ils ?

Vous remarquerez qu`à aucun moment je n`emploie le mot « bobo » dans mon roman, mais oui ça doit être cela… Ce qui m`aurait amusé a posteriori eût été que l`un d`eux traite ses amis de « bobo », justement, car le système de défense de mes personnages est fondé sur un constant reproche aux autres de ce qu`eux-mêmes sont ou font. Mais lorsque j`ai écrit ce roman, je ne les nommais pas « bobo », même dans ma tête. « Bobo » me semble un terme qui s`est émoussé, sans doute trop galvaudé, et s`est un peu vidé de son sens. Ivan et Noémie, en fait, c`est avant tout le couple en photo sur vos factures de téléphone mobile ou de box pour internet. Toujours souriants, très beaux, rebelles mais dans le vent, dans un immense appartement, avec des amis de toutes origines ethniques. Leur vie a l`air merveilleuse et ils n`ont jamais aucun problème. J`ajouterais qu`ils disent tout haut ce que tout le monde pense tout haut, et crient avec les loups en pensant être les moutons… Voilà pour leur mentalité. Sociologiquement, ce sont de petits bourgeois tête à claques, ils héritent, mais crachent dans la soupe.



Ivan et Noémie, les deux héros de ce roman forment un couple lassé de tout. D`où leur vient cette lassitude ?

Il manque à Ivan et Noémie une espérance qui dépasserait la « formule bien-être » de l`hôtel cinq étoiles ou du salon de massage. Quelque chose à la fois plus spirituel et plus humain. Ivan et Noémie sont malheureux car leur vie manque de sens. Même avec la volonté de tout remettre en question, ils sautent à pieds joints dans les vanités de leur époque. Je voulais faire cela, même si ça paraît cruel : montrer des gens en cage dont le seul exploit est de taper aux barreaux de la cage… Même lorsqu`ils se tournent vers le christianisme, ils se retrouvent chez de mémorables cinglés qui ressemblent à des bêtes de foire. Le grand problème d`Ivan et Noémie demeure dans le fait qu`ils veulent « revenir aux sources » mais continuer à repousser le passé, ou au mieux le muséifier. Cette « cage », c`est le propre du moderne, nous y sommes un peu tous. J`ai mis beaucoup de moi-même dans ce roman. On est toujours le con de quelqu`un…



Quelques uns de vos lecteurs ont évoqué un conte "philosophique" et "moral". Etes-vous d`accord avec cette analyse ?

C`est flatteur parce que j`ai surtout voulu écrire un roman réaliste, c`est-à-dire raconter une histoire de notre temps. Après, c`est plus moraliste que moral je pense, ce sont les mœurs de mon époque qui m`intéressent. Cela n`exclue pas un jugement moral, on a toujours une responsabilité morale… mais cela vient en plus, et de mon point de vue le romancier doit suspendre son jugement, ou le faire apparaître le plus subtilement possible. Il y a une part de manipulation, on sait sans doute ce que l`écrivain pense de tout ça même si ce n`est pas explicitement formulé.



L`une des questions qui hantent Ivan et Noémie est celle du retour aux sources. Ce désir semble aussi illusoire que la vie menée par le couple jusqu`à l`accident d`Ivan. Avez-vous vous-même trouvé une échappatoire à cette société de consommation ?

Je n`ai pas de leçon à donner… Mais mes échappatoires s`appellent la lecture, la pratique de la curiosité, l`absence de télévision, la foi et à travers elle le souci des autres, mais j`ai encore pas mal de chemin à faire. Cela dit, je n`ai rien contre la plage paradisiaque d`Ivan et Noémie…



Solange Bied-Charreton et ses lectures



Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Robinson Crusoë, de Daniel Defoe.



Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?

Gustave Flaubert.



Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Les Choses, de Georges Perec.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Le même livre …



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

les frères karamazov, de Fiodor Dostoïevski.



Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Pas certaine d`être très forte en perle méconnue, certains de vos lecteurs sont sans doute de grands lecteurs … Mais enfin l`an dernier j`ai un ami qui m`a fait lire La montagne morte de la vie, de Michel Bernanos (le fils de Georges, dont j`ignorais même l`existence) et c`est absolument superbe. Il est disponible en Petite Vermillon aux éditions de La Table Ronde .



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

« Surfait », c`est un peu fort, mais je pense que Madame de Sévigné c`est beaucoup moins intéressant qu`on veut nous le faire croire.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

"La plupart des révolutionnaires du siècle dernier avaient exactement aspiré à ce niveau d`aisance et de loisir, et je me dis soudain que j`assistais à l`émergence d`une forme supérieure d`ennui." C`est dans Millenium People, de J.G. Ballard. Ça me hantait en écrivant Enjoy.



Et en ce moment que lisez-vous ?

Jean-René Huguenin, La Côte sauvage. J`ai découvert cet écrivain mort trop tôt par un recueil de ses articles, publié sous le titre d`Une autre jeunesse, il y a un an et demi. Ça m`avait bouleversée. De la colère et de l`espérance. La Côte sauvage est le seul roman qu`il aura eu le temps de faire éditer avant son accident mortel survenu en 1962. Il était promis à un bel avenir dans la carrière. Pour le moment, c`est bien.


Découvrez "Nous sommes jeunes et fiers" de Solange Bied-Charreton aux éditions Stock :


étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Solange Bied-Charreton - Les visages pâles .
Solange Bied-Charreton vous présente son ouvrage "Les visages pâles". Parution le 24 août aux éditions Stock. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/bied-charreton-solange-les-visages-pales-9782234078116.html Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Bibalice   16 décembre 2013
Nous sommes jeunes et fiers de Solange Bied-Charreton
Ensemble ils avaient eu des désirs d’ailleurs, mais ce n’était jamais un ailleurs misérable. Le dénuement pour vivre mieux, pas pour mourir. La vie dans des huttes, si l’on voulait, mais dans une ambiance détente, où ne se trouverait aucun clochard. Ils auraient eu peur de rencontrer de vrais pauvres. Enseignante en banlieue nord, Noémie en fréquentait pourtant tous les jours, mais c’étaient des pauvres accessibles, qu’on aimait instruire, issus de la diversité, et qui l’enrichissaient de leurs différences. Avec les autres, on ne savait pas, c’était trop loin, ils avaient sans doute des maladies, des bras en moins. Ce loin pourtant qu’ils chérissaient se devait de comporter des dangers, des surprises. Ils s’y préparaient pour quand ils se décideraient à franchir le pas, aller là-bas, à l’autre bout de la Terre, sans savoir où.
Commenter  J’apprécie          120
Nadael   31 mars 2012
Enjoy de Solange Bied-Charreton
 A l'emmurement de l'histoire dans l'agitation du présent des villes, à ma propre sève handicapée dans des préoccupations logistiques, empêchée dans des activités professionnelles, aux chômages et aux trains de vie qui oeuvraient pour ma désertion. L'alcool du vide puis la recherche du plein, sans l'atteindre, m'ont fait tourner de l'oeil. C'était n'être que somnambule, narcoleptique peut-être. Ce n'était pas être vivant. Je n'ai rien cru ou personne, j'ai simplement aimé ma demeure hors la vie et la souffrance que ça faisait, cette joie souffrante malgré tout de s'en rendre compte. 
Commenter  J’apprécie          80
julinou   05 février 2012
Enjoy de Solange Bied-Charreton
Anne-Laure Bagnolet, vingt-deux ans, parisienne, n'était pas inscrite sur ShowYou ? [...] Pourquoi ne pas vouloir exister sur internet ? Comment assumait-elle au quotidien les railleries ou la mise à l'écart dans sa vie sociale, à la fac, au sein de son groupe de musique ?
Commenter  J’apprécie          60
julinou   05 février 2012
Enjoy de Solange Bied-Charreton
Si elle m'avait confié son nom de famille, j'aurais pu la retrouver sur ShowYou, avoir accès à ses photos de profil et surtout lui envoyer une demande de mise en relation. Nous aurions pu converser sur le chat, connaître déjà nos passions, nos couleurs favorites, [...]. Elle aurait pu savoir, bien avant notre rendez-vous, que je ne fumais pas et que je ne me droguais pas. [...] que je pensais qu'il fallait tout se dire, dans un couple ; que j'avais lu Les Mille et Une Nuits en version abrégée ; que je voulais trois enfants, mais pas tout de suite.
Commenter  J’apprécie          50
claraetlesmots   11 février 2012
Enjoy de Solange Bied-Charreton
out s'éclairait soudain, sans que je n'y puisse rien changer. Le loisir se mêlait au travail, le loisir exigeait du travail, tandis que le travail était un nouveau loisir. Le travail était aussi divertissant que le loisir exigeant. Travail et loisir étaient, au fond, la même chose. Nous passions notre temps à nous amuser à gagner de l'argent.Nous nous amusions, nous cherchions à nous amuser toujours plus.
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2   16 janvier 2014
Nous sommes jeunes et fiers de Solange Bied-Charreton
L’âge adulte leur avait ouvert de nouvelles perspectives. Ils se targuaient d’avoir su intégrer autant d’automatismes en si peu de temps, de ne plus se griser du moindre jour de chance. Chaque année, Ivan et Noémie prenaient du galon, ce qui avait été exceptionnellement accordé hier était devenu un acquis. L’émotion gravitait, brûlante puis anodine. À présent ils évitaient de s’émerveiller pour rien. Car tout était normal, ils devenaient sérieux. Une manière d’accepter qu’ils ne compteraient pas, aussi bien qu’ils mourraient oubliés. Ils acquiesçaient difficilement, ils n’étaient pas armés pour sortir de l’histoire. Ils n’y étaient pas entrés mais c’était la même chose.
Commenter  J’apprécie          40
julinou   05 février 2012
Enjoy de Solange Bied-Charreton
A peine arrivé chez moi, j'allumais l'ordinateur, je dînais devant, j'y restais jusqu'à tomber de sommeil.
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipette   14 juin 2016
Les visages pâles de Solange Bied-Charreton
« Ce tas de cendres, c’était eux-mêmes, et ils se regardaient bien en face dans le miroir, et longuement chacun, Hortense, Lucile, Alex, avec l’effroi de vivre, l’effroi d’être finis, décombres parmi les décombres. » (p. 269)
Commenter  J’apprécie          30
jostein   20 juin 2014
Nous sommes jeunes et fiers de Solange Bied-Charreton
On se contentera donc d’imaginer la jalousie de ces esclaves d’eux-mêmes restés en France dans leur tout petit monde devenu un musée géant, en cravate et veste de costume, avec leur souris d’ordinateur, leurs épouses Weight Watchers et leurs enfants sous Théralène.
Commenter  J’apprécie          20
Livresselitteraire   21 août 2016
Les visages pâles de Solange Bied-Charreton
Ils étaient, visages pâles, les ombres de ceux qui les avaient précédés. Ils étaient habités, projetés sur le mur, des corps en distorsion, des animaux étranges qu’on forme avec les mains, des mutants au long bec, aux cris menaçants, plaintifs. Animaux archaïques et fragiles, disparus. Satyres dont le tragique procède de l’inconsistance, masques des bons jours et des plus mauvais, entités d’un système qui plaçait et replaçait des pions interchangeables, maîtres chanteurs de leur banalité et spectateurs d’eux-mêmes, ils n’auraient jamais d’autre pouvoir que celui de parodier.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Rum, Sodomy and the lash

À qui doit-on la grande enquête vaticane parue sous le titre « Sodoma » ?

Theodore Mac Carrick
Carlo Maria Vigano
Frédéric Martel

9 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , Moeurs et coutumesCréer un quiz sur cet auteur