AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.66 /5 (sur 131 notes)

Né(e) à : États Unis , 1989
Biographie :

Rivers Solomon, né.e aux États-Unis en 1989, est un.e écrivain.e américain.e non-binaire, associé.e à la science-fiction et à l'afrofuturisme. Iel est une personne transgenre qui vit désormais en Grande-Bretagne. "L’incivilité des fantômes" est son premier roman. Rivers Solomon est diplômé.e en études comparatives raciales et ethniques à l'Université Stanford, ainsi qu'en écriture créative au Michener Center for Writers de l'Université du Texas à Austin. En parallèle à son travail d'écriture, iel est consultante ("sensitivity reader") auprès d'autres écrivains qui abordent des sujets sensibles, tels que la couleur de peau ou le handicap. Non-binaire, iel utilise en anglais pour parler d'iel le pronom pluriel "they", qu'on pourrait traduire par "iels". L'emploi du genre neutre étant compliqué en français, elle accepte l'usage du féminin. Iel est atteinte de troubles autistiques.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Solomon Rivers   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Cette semaine, la librairie Point Virgule vous propose de vous pencher sur l'assignation sociale en matière d'identité sexuelle et sur ce qu'elle implique. C'est l'occasion de passer en revue quatre livres qui s'adressent aussi bien aux adolescents qu'aux adultes pour évoquer des sujets tels que la transidentité ou le consentement. - Birthday, Meredith Russo, PKJ, 17,90€ - Le plongeoir, Elsa Devernois, Talents Hauts, 7€ - A comme Aujourd'hui, David Levithan, Gallimard Jeunesse, 8,20€ - L'incivilité des fantômes, Rivers Solomon, Aux forges de Vulcain, 20€ (existe aussi en poche, J'ai Lu, 8,90€) Musique du générique d'intro par Timo Vollbrecht.


Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
Fandol   31 décembre 2019
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Giselle, comme tanta Mélusine, ne connaissait pas les crises morales. Mais parfois, le chagrin s’emparait d’elle. Elle semblait sur le point de sombrer, comme un câble trop tendu qui risque de se rompre d’un coup sec.
Commenter  J’apprécie          210
Fandol   04 janvier 2020
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Il est tout naturel qu’une créature veuille connaître son créateur car cela lui permet de se connaître elle-même. C’était ce qu’Aster désirait plus que tout : voir clairement en elle-même et déterminer ce que le Matilda avait fait d’elle.
Commenter  J’apprécie          190
Fandol   03 janvier 2020
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Un salon, c’est l’endroit où vont les femmes riches pour boire du café et du thé et pour manger des petits gâteaux au citron et des biscuits et pour parler de choses importantes, pourquoi c’est comme ci, et pourquoi c’est comme ça, et non mais vous vous rendez compte, enfin…
Commenter  J’apprécie          180
Fandol   05 janvier 2020
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Elle avait tout perdu de sa grande force virile. Cela avait duré peu de temps. Il ne restait plus que les insultes échangées, et le genou fracassé de l’homme à la cicatrice, et le retour imprévu et soudain de tous ces souvenirs – l’invincibilité des fantômes.
Commenter  J’apprécie          180
Fandol   28 décembre 2019
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Il était une fois un miman qui avait eu un bébé, un être de couleur marron, toujours en train de gigoter, tout petit, encombrant. La miman lui donna le nom d’Aster, parce que c’était un genre de plante, parce que c’était un mot ancien signifiant étoile, et parce qu’il fallait, pour prononcer ce son A si doux, bien ouvrir la gorge. Un nom à ne pas prendre à la légère. Un nom que l’on ne donne pas à un enfant qu’on a l’intention d’abandonner au fond d’un placard.
Commenter  J’apprécie          172
Fandol   07 janvier 2020
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Elle se mit à quatre pattes et commença à creuser. La terre était douce, humide, meuble. Les racines des plantes étaient courtes et s’arrachaient facilement. Elle creusait frénétiquement, ramassait la terre dans la paume de ses mains, et la rejetait au loin. Elle était essoufflée, sa poitrine brûlait, ses doigts, ses bras étaient engourdis, mais elle ne pouvait pas s’arrêter.
Commenter  J’apprécie          160
Fandol   02 janvier 2020
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Ainsi, opulent ne signifiait pas plus une deuxième assiette au dîner, mais des statues de bronze représentant des anges en pleurs, des robes si majestueuses, si fastueuses qu’on aurait pu fabriquer, à partir du tissu dont elles étaient faites, cinq ou six autres robes.
Commenter  J’apprécie          160
Fandol   30 décembre 2019
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Aster volante. Aster maîtresse de l’air. Aster casse-cou. Elle courait aussi vite qu’elle le pouvait, pour ne pas perdre de temps, sans tenir compte des risques.
Commenter  J’apprécie          160
Fandol   04 janvier 2020
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Si tout le monde répète sans cesse qu’on ne vaut rien du tout, il est difficile de ne pas le croire.
Commenter  J’apprécie          160
Fandol   02 janvier 2020
L'incivilité des fantômes de Solomon Rivers
Aster inséra la seringue directement dans le genou gauche. Mélusine grimaça, des larmes coulèrent sur son visage. C’était la deuxième fois en une seule journée qu’Aster voyait pleurer une femme qu’elle aimait. Elles étaient toutes si délicates. Friables. Comme de la craie.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

À bras-le-corps ... (ludique/facile)

Avoir ...... marin(e)

la tête
le bras
la jambe
le pied
le dos
la cuisse

20 questions
102 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , expressions , corps humainCréer un quiz sur cet auteur

.. ..