AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 32 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Budaniw, Galicie , le 3/05/1890
Mort(e) à : New York , le 17/04/1976
Biographie :

Soma Morgenstern, plus exactement Salomo Morgenstern, était un écrivain juif de langue allemande, un journaliste et un témoin de l'époque de l'empire austro-hongrois. Il a notamment été l'ami de Joseph Roth, Stefan Zweig et Alban Berg.

Issu d'une famille juive hassidique, Soma Morgenstern a passé son enfance dans différents villages de Galicie. C'est en allemand qu'il écrira plus tard ses textes et ouvrages. Il effectue ses études secondaires à Ternopil où il s'éloigne de la religion et, en 1912, part à Vienne pour entreprendre des études de droit. Elles seront interrompues par son appel sous les drapeaux pendant la Première Guerre mondiale et il ne les achèvera qu'en 1921. Il sera ensuite journaliste, et en particulier critique musical et correspondant à Vienne pour la Frankfurter Zeitung. Il y évolue dans les cercles intellectuels de l'époque et fréquente notamment le compositeur Alban Berg et les écrivains Joseph Roth et Robert Musil. C'est au début des années trente qu'il entreprend sa trilogie Étincelles dans l'abîme qu'il n'achévera qu'après son exil aux Etats-Unis. Fuyant le nazisme, Morgenstern se réfugie à Paris en mars 1938, où il habite, comme Joseph Roth, à l'Hôtel de la Poste, 18 rue de Tournon. Il fera plus tard le récit de son amitié avec Roth dans Fuite et fin de Joseph Roth.Lors de l'invasion de la France par les troupes allemandes, il est arrêté, interné à Montargis, puis déporté à Audierne avec 600 autres allemands et autrichiens. Après l'armistice, il parvient à s'enfuir et à rejoindre Toulouse, le 27 juillet 1940, où il obtient un passeport au consulat polonais. Le lendemain, il part pour Marseille. Il atterrit le 15 avril à New York. Il y restera jusqu'à sa mort en 1976.
Malgré une oeuvre, largement saluée en son temps, Soma Morgenstern est mort inconnu, à New York, en 1976. Plus de soixante ans après sa parution, Le Fils du fils prodigue, premier tome d'une trilogie censurée par Goebbels, est aujourd'hui exhumé pour tenter d'arracher son auteur à l'oubli. Puisant l'inspiration et ses personnages dans ses souvenirs d'enfance en Galicie orientale puis dans le milieu juif viennois d'avant l'apocalypse, Morgenstern esquisse subtilement la dernière valse d'un monde en sursis

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (1)


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
steka   16 juin 2019
Errance en France de Soma Morgenstern
Marseille aurait pu être en ces derniers jours de l'Europe l'ultime porte de la liberté. Pétain et sa police en on fait le dernier piège sur le terrain de chasse européen de Hitler. C'était une sorte de chasse vile, basse. Il faut remonter loin dans l'histoire de l'inhumanité pour retrouver quelque chose de semblable. (...) Ce n'était pas des lièvres, ni des renards, ni des chevreuils que l'on chassait à Marseille. C'étaient des Juifs, des Tchèques, des Polonais, des Autrichiens, des Lituaniens - des hommes venus de tous les districts de chasse occupés par Hitler. Les rabatteurs étaient des généraux, des employés ministériels et des policiers.
Commenter  J’apprécie          60
steka   03 juin 2019
Errance en France de Soma Morgenstern
Cette fois, je vis ce qui allait arriver. Un homme fort, par quoi va-t-il commencer pour prouver sa force ? Par ce que font tous les hommes forts: porter un coup très vigoureux aux très faibles. Et qui était l'homme le plus faible en France ? L'émigrant. (arrivée de Georges Mandel au ministère de l'intérieur en mai 1940)
Commenter  J’apprécie          51
Wilkinson   16 avril 2015
Idylle en exil de Soma Morgenstern
"Ces bœufs suivent l'animal de tête aveuglément...vraiment : le troupeau est si grand qu'à part quelques-uns, ils ne voient pas la vache qu'ils suivent, mais en ressentent-ils le besoin ?

- C'est comme les hommes avec leurs meneurs, confirma Jankel. Sauf qu'il y a une différence en faveur des bœufs. La vache de tête, comme on te l'a appris sans doute, se dirige selon la qualité du pré. S'il lui passait par la tête de conduire le troupeau vers la mauvaise herbe, le troupeau ne la suivrait pas. Les hommes eux, non seulement peuvent voir leur meneur, mais ils l'admirent et le suivent n'importe où, et souvent, ils en crèvent."
Commenter  J’apprécie          40
Wilkinson   25 avril 2015
Le Testament du fils prodigue de Soma Morgenstern
"Qu'aucune tristesse n'envahisse ces pages, c'est ce que je souhaite, mais ce souhait ne saura guère exaucé. Non qu'il soit impossible de penser sans tristesse à sa propre mort. Il n'y a pas de mort, il n'y a que la fin de la vie. Et tant que je peux écrire sur ces feuilles, je ne suis pas en train de dire adieu à la vie. Seulement, la tristesse ne vient pas de cet adieu. Elle vient de la vie, quand on la pense. Quand on la vit, il n'y a guère de place pour la tristesse. Mais si on la pense, il y a tant de tristesse qu'elle dispute sa place à la vie. Le soldat en guerre, pourrait-on croire - et c'est aussi ce que l'on croit, de manière insensée -, le soldat au combat est un homme en extrême activité, dans la vraie réalité, donc. Ce n'est pas vrai. Le soldat, il tire et transperce et tue. Il le fait comme en rêve. Ce n'est pas cela, sa réalité. Le tir, le coup de baïonnette, le meurtre ne sont la réalité du soldat que pour le spectateur. La réalité, pour le soldat, c'est penser à la vie. C'est cela, sa vérité. Tout le reste est ivresse et mensonge, tromperie des autres et de soi-même."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
steka   15 novembre 2017
Fuite et fin de Joseph Roth de Soma Morgenstern
Chez lui, l'alcool chassait immédiatement le pire ennui, la plus profonde douleur. N'avait-il donc pas raison de boire ? me suis-je demandé par la suite. Et aujourd'hui encore, je me pose cette question : son démon, l'alcool, ne lui a-t-il fait que du mal (...) N'est-il pas à compter parmi les sages qui sont partis avant le temps ?
Commenter  J’apprécie          40
steka   26 novembre 2017
Fuite et fin de Joseph Roth de Soma Morgenstern
- J'ai décidé de conclure un pacte avec toi, maintenant que nous sommes devenus amis : quand l'un de nous deux est fâché contre l'autre, il doit lui donner un signe en lui écrivant tout de suite une lettre avec "Cher Monsieur". Cela signifiera qu'il y a un point à éclaircir entre nous. Ce que nous ferons toujours de vive voix, pas par écrit. Quand on commence à mettre par écrit ce genre de choses, ça tourne mal.
Commenter  J’apprécie          30
unclemeat   04 juin 2020
Le fils du fils prodigue de Soma Morgenstern
Un courant d'air parcourut la terrasse toujours aussi bondée et bariolée, poussa jusqu'au fenêtres, et rafraîchit la fraîcheur déjà usé de la salle sombre, où, le store de la terrasse une fois ramené, les ombres du soir, légères et frisquettes, pénétrèrent, refoulant le crépuscule artificiel et lourd à l'arrière-plan ; et le premier plan s'éclaircit de lumière naturelle et douce.
Commenter  J’apprécie          10
sentinelle   26 juillet 2020
Le fils du fils prodigue de Soma Morgenstern
La honte qui avait frappé la famille une génération plus tôt n’était pas de celles qui s’effacent. La tache resterait éternellement. Ne pas le reconnaître eût été insensé. Son frère s’étant égaré, la considération d’une grande lignée d’hommes pieux était perdue, la fierté brisée, et finie la cohésion de la famille. Il ne pouvait s’ensuivre qu’une déchéance. Que vinssent de nouvelles générations, même meilleures et plus fortes que les précédentes - mais c’était déjà un péché de penser que de telles générations pussent encore venir - elles ne pourraient jamais réparer ce qui avait été une fois commis…
Commenter  J’apprécie          00
unclemeat   19 mai 2020
Le fils du fils prodigue de Soma Morgenstern
Au-dessus des chaumières, des cheminées de brique poussaient des bouffées de fumée épaisse, qui s'élevaient en chandelle dans l'air bleu. Dehors, dans les cours, les hommes rangeaient la semaine de travail ; dans les maisons des femmes mettaient à cuire le dimanche.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
59 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur