AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.78 /5 (sur 38 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Sophie Archambault de Beaune (ou Sophie A. de Beaune) est une préhistorienne française.

Elle travaille principalement sur l’évolution de l’outillage, des gestes techniques et des activités humaines. Elle s’intéresse aussi à l’évolution des aptitudes cognitives, des premiers homininés aux hommes modernes.

Elle a introduit en France l'analyse croisée de la neuropsychologie et de l'archéologie. Ses travaux les plus récents portent sur l’épistémologie de la discipline.

Professeure à l’Université Jean Moulin Lyon 3, Sophie A. de Beaune mène ses recherches au sein de l’UMR 7041 "Archéologies et Sciences de l’Antiquité" (Nanterre) et a été également membre associé du Centre d’Histoire des Techniques et de l’Environnement (CNAM, Paris) (2007-2010).

Outre ses activités d’enseignement à Lyon, elle a animé plusieurs séminaires de recherche à l’EHESS, l'un avec François Sigaut et Hara Procopiou de 2007 à 2012 sur les techniques dans les sociétés préindustrielles, l'autre avec Liliane Hilaire-Pérez et Koen Vermeir de 2008 à 2012 sur l'analogie dans les techniques.

De 2014 à 2016, elle a co-organisé le séminaire "Collections techniques et techniques des collections" à l'EHESS.

Elle a été directrice scientifique adjointe à l’Institut des Sciences Humaines et Sociales au CNRS en 2009 et 2010. Elle dirige une collection d'ouvrages à CNRS Éditions intitulée "Le Passé recomposé" qu'elle a créée en 2008.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Sophie Archambault de Beaune   (17)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleur   18 juin 2016
Qu'est-ce que la Préhistoire ? de Sophie Archambault de Beaune
"Si un fait en est un, c'est qu'il est établi ; s'il est établi, c'est qu'il est construit ; s'il est construit, c'est au moyen d'éléments de théorie."



Gérard Lenclud, "L'universalisme ou le pari de la raison", cité p. 96 de "Qu'est-ce que la Préhistoire ?"
Commenter  J’apprécie          20
blaisejoinlambert   11 février 2017
L'homme et l'outil : L'invention technique durant la préhistoire de Sophie Archambault de Beaune
Du paléolithique inférieur au Néolithique, les inventions techniques semblent résulter d’un même processus que l’on peut appeler « transfert de technique » : ce sont à chaque fois la rencontre de deux idées techniques qui existaient déjà de façon indépendante. Ces rencontres ne sont pas nées de rien, mais de l’association par l’esprit de ce que l’expérience dissociait jusque-là.
Commenter  J’apprécie          10
blaisejoinlambert   11 février 2017
L'homme et l'outil : L'invention technique durant la préhistoire de Sophie Archambault de Beaune
Le processus conduisant à l’invention technique par transfert, fusion ou glissement de deux éléments disjoints qui vient d’être présenté résulterait en effet d’une aptitude cognitive bien connue des cognitivistes : le processus analogique. De quoi s’agit-il ?



L’analogie, qui va au-delà de la simple comparaison, consiste à associer des éléments qui ne se donnent pas d’emblée pour comparables, et donc à rapprocher des éléments provenant de domaines qu’on tenait jusque-là pour éloignés. Elle fonctionne dans la résolution de problèmes, la généralisation d’hypothèses scientifiques ou l’acquisition de connaissances déclaratives, ainsi que dans beaucoup d’autres sous-domaines de la cognition. Elle constitue donc « un des déterminants fondamentaux du fonctionnement cognitif » et elle « repose toujours sur l’application à des situations nouvelles de solutions fondées sur des représentations anciennes antérieures. »
Commenter  J’apprécie          00
blaisejoinlambert   11 février 2017
L'homme et l'outil : L'invention technique durant la préhistoire de Sophie Archambault de Beaune
Ainsi, au XVIIIe siècle, les artisans du métal et de la mécanique ont abondamment recouru aux pratiques d’imitation et de substitution de matières, de formes, de modèles, d’outils. L’adaptation, qu’il s’agisse de perfectionnements ou de transpositions, régit l’invention artisanale. Au-delà de l’invention, l’intelligence de la composition et les aptitudes comparatives, substitutives, font partie de l’ordinaire du travail. Liliane Hilaire-Pérez étudie précisément les modalités de ces transferts technologiques au Siècle des Lumières. Elle a repéré deux types de transversalités : les substitutions de matières et les analogies d’opération ; ce qui rappelle étonnamment les modalités de transfert observées en préhistoire.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Sophie Archambault de Beaune (47)Voir plus


Quiz Voir plus

Le Diable au Corps, de Raymond Radiguet (1923)

Comment s’appellent les deux personnages principaux ?

Jacques et Susie
Jacques et Mathilde
François et Emma
François et Marthe

10 questions
195 lecteurs ont répondu
Thème : Raymond RadiguetCréer un quiz sur cet auteur