AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.61 /5 (sur 111 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Sophie Humann est auteur de livres pour enfants.

Après des études d’allemand, d’anglais et de russe, Sophie Humann est devenue journaliste.

Aujourd’hui, elle collabore entre autres au Figaro Littéraire et au Figaro Hors-Série.

Puis, elle a décidé de devenir auteur jeunesse et, depuis quelques années, elle raconte des histoires vraies et des récits imaginaires.

Elle vit à Paris avec son mari et ses trois garçons .

Source : actes-sud-junior.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Sophie Humann présente son livre infirmière pendant la 1ère guerre mondiale.
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Villoteau   30 septembre 2012
Infirmière pendant la Première Guerre mondiale: Journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914-1918 de Sophie Humann
J’ai reçu une lettre de Blanche qui est chez ses grandsparents

près de Compiègne. Eux aussi ne parlent que

de guerre depuis quelques jours.

Jules est exaspérant. Depuis qu’il a assisté au décollage

de l’aviateur Roland Garros, ici, il y a deux ans, il

ne rêve que d’avions. Il en a fabriqué un en bois et court

dans tout le jardin en faisant des bruits de moteur.

Cet après-midi, je m’ennuyais tellement que j’ai

compté les grains de beauté de mon bras. J’en ai huit.

Voilà à quoi j’en suis réduite. Heureusement, samedi,

mes parents m’emmènent à une garden-party chez les

Dubonnet. André est allé jouer au tennis au Sporting

Club. Il paraît qu’il y a plein de nouveaux joueurs cette

année, dont deux princes russes, fort amusants.
Commenter  J’apprécie          140
Villoteau   30 septembre 2012
Infirmière pendant la Première Guerre mondiale: Journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914-1918 de Sophie Humann
Je marche de mieux en mieux et, ce matin, j’ai pu aller

à la messe avec mes béquilles. Il y avait foule. Le curé a

laissé les portes de l’église ouvertes pour que les idèles

massés dehors puissent entendre son sermon. Il a dit

que les enfants doivent être à la hauteur du sacrifice

des soldats. Hier, nos troupes sont entrées dans Mulhouse,

en Alsace. La France attend ce moment depuis

si longtemps, depuis que les Allemands nous ont pris

toute cette région ! Tout le monde ne parlait que de

cela sur le parvis. En rentrant à la maison, j’ai demandé

le journal à maman et j’ai lu la déclaration du général

Joffre, qui dirige notre armée.
Commenter  J’apprécie          140
Villoteau   30 septembre 2012
Infirmière pendant la Première Guerre mondiale: Journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914-1918 de Sophie Humann
L’Allemagne a déclaré la guerre à la France hier.

Maman avait envoyé Jules aux nouvelles. Il y avait

tellement de monde devant la mairie qu’il a dû se fauiler

entre les gens pour parvenir à lire le communiqué.

Lorsqu’il a crié la nouvelle à maman, elle est devenue

très pâle. Jules, Rose et moi, nous n’osions pas parler.

Il faisait chaud et les roses sentaient particulièrement

fort. Enin, maman nous a souri gravement et elle a

juste dit :

– La France doit se défendre, vos frères vont faire

leur devoir.

J’avais envie de pleurer mais je me suis retenue, je

dois être aussi courageuse qu’elle.

Commenter  J’apprécie          140
Villoteau   30 septembre 2012
Infirmière pendant la Première Guerre mondiale: Journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914-1918 de Sophie Humann
Avant-hier, la Russie a décrété la mobilisation générale

pour soutenir les Serbes. Cela veut dire que tous

les hommes russes en âge de se battre doivent rejoindre

leurs casernes. À Paris, Jean Jaurès a été assassiné.

D’après mon père, cet homme avait multiplié les discours

pour essayer de convaincre le gouvernement de

ne pas se lancer dans la guerre.

– Il était notre dernier garde-fou, a dit papa.
Commenter  J’apprécie          130
manU17   20 avril 2015
Perdu en mer : La pêche à Terre-Neuve de Sophie Humann
Plusieurs bateaux viennent d'accoster le long du quai après six mois de Grande Pêche sur les bancs de Terre-Neuve, de l'autre côté de l'océan. Les hommes débarquent leur chargement de morue salée qui est pesé sous l’œil attentif des armateurs et des acheteurs avant de partir pour Rouen, Lille, Paris...
Commenter  J’apprécie          130
Villoteau   30 septembre 2012
Infirmière pendant la Première Guerre mondiale: Journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914-1918 de Sophie Humann
Quand nous sommes repartis, papa et moi, j’ai

regardé en arrière le plus longtemps possible et,

lorsque la Renault a tourné au coin de la route et que

j’ai cessé de voir la maison d’Alphonsine, avec son toit

de chaume bien entretenu, je me suis sentie triste, brutalement.

Je ne sais pas ce qui m’a pris. J’avais du mal

à respirer. C’était comme si je venais de quitter pour

toujours ces deux femmes, ce champ de pommiers,

cette maison où je n’ai que d’heureux souvenirs. Papa

s’est aperçu de mon malaise.
Commenter  J’apprécie          110
Villoteau   09 novembre 2012
Infirmière pendant la Première Guerre mondiale: Journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914-1918 de Sophie Humann
Lundi 11 novembre 1918



Les cloches de Paris se sont envolées. Les habitants se sont embrassés. La guerre est terminée. Aujourd’hui, j’ai dix-huit ans.
Commenter  J’apprécie          70
sevm57   29 décembre 2019
Berlin, 1989 : un mur s'écroule: Journal d'Anita, août-novembre de Sophie Humann
-Tu vas pouvoir venir maintenant....On a tant de temps à rattraper.

-Oui, tant de temps...a dit maman.

Il m’a semblé percevoir un peu de tristesse dans la voix de ma mère, mais son amie ne l’a pas entendue.

Peut-être qu'à l’Ouest ils n’ont pas l’habitude d’écouter derrière les mots.
Commenter  J’apprécie          60
Villoteau   20 janvier 2013
Infirmière pendant la Première Guerre mondiale: Journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914-1918 de Sophie Humann
6 février 1917.



J'aimerais tant que mon père m'autorise à venir soigner ses blessés. Même si c'est sans doute un spectacle éprouvant. Mais il dit que je suis trop jeune. Pourtant l'année prochaine, si la guerre n'est pas encor finie, je veux devenir infirmière. J'aurais dix-sept ans après tout! Cela m'est bien passer mon baccalauréat, j'ai envie de soigner, de soulager les blessés, de servir enfin à autre chose qu'à tricoter des chaussettes et des cache-nez.
Commenter  J’apprécie          50
Crazynath   14 novembre 2016
Les compagnons de la Cigogne, tome 1 : Le Lac des Damnés de Sophie Humann
Moi aussi, j'aimais la cathédrale, j'aimais ses statues aux visages affreux ou paisibles, ses colombes et ses crapauds, ses dragons, son feuillage, ses clochetons, sa hauteur qui troue le ciel. J'aimais la lumière qui traverse sa rose à l'intérieur, sa foret de piliers...
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur
.. ..