AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 46 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Sophie Pujas, est écrivain et journaliste.

Elle est l'auteur de trois récits : Z.M, consacré au peintre Zoran Music (2013), Maraudes (2015) et Le Sourire de Gary Cooper (2017), sur la star du muet Clara Bow, ainsi que de trois ouvrages sur le street art parus aux éditions Tana.

Source : France culture
Ajouter des informations

L`entretien de Sophie Pujas avec Babelio.com : Z.M.

Quelle a été votre première rencontre avec la peinture de Zoran Music ? A quel moment avez-vous décidé de lui consacrer un livre ?

J`ai vu pour la première fois sa peinture en 2010, date à laquelle la galerie Claude Bernard lui avait consacré une exposition. Il y avait là notamment quelques-uns des très grands autoportraits qu`il a réalisés à la fin de sa vie, et qui pour moi sont des oeuvres d`une extrême puissance, absolument hantées. Rapidement, j`ai lu les quelques entretiens qu`il a accordés, en particulier à Jean Clair (La Barbarie ordinaire, Gallimard), et à Michael Peppiat (Zoran Music, L`Echoppe). J`ai trouvé dans ses mots une force d`âme exceptionnelle, et même souvent déroutante - ainsi à Dachau, où il est déporté, il a le réflexe, au fond assez inouï, de dessiner ce qu`il voit. J`ai commencé à écrire peu après. Pour entrer dans cette intimité mentale que suppose l`écriture d`un livre consacré à un autre, cela me plaisait d`avoir cette admiration pour l`homme, en même temps que pour sa peinture. de savoir qu`il y avait là une oeuvre, mais aussi une histoire, une conscience.


Comme l`explique Jean-Bertrand Pontalis dans l`avertissement qui précède le livre, Z.M. se penche sur la vie et l`œuvre de Music, mais n`est pas une biographie. Comment le définiriez-vous ? Quelles parts, s`il y en a, de fiction, d`imagination ou de recréations entrent dans ce livre ?

Je dirais qu`il s`agit d`un roman, ou plus encore d`un portrait, aussi subjectif que peut l`être celui d`un peintre (ou d`un photographe). Chaque scène part d`une phrase de Music, d`un souvenir de l`un de ses proches, d`une photographie, de ses oeuvres bien sûr - mais je me suis donné la liberté de leur donner plus ou moins d`ampleur, de lumière. le simple fait de raconter avec les moyens du roman un fait même authentique est nécessairement un travail de fiction.


Comment trouver la bonne distance pour raconter un homme qui se caractérisait par une si grande discrétion ?

Je me suis efforcée d`être le plus à l`écoute possible de ses silences, de ne pas les forcer. A l`inverse de ce qu`aurait pu faire un biographe. J`ignore si j`y suis parvenue.


A l`instar de Music, qui n`était plus capable de peindre un enfant, y a-t-il des choses que vous vous êtes interdit de représenter dans ce livre ?

Tout ce qui relevait de l`intime. Evoquer un personnage réel, et si proche dans le temps, oblige à certains égards, à une forme de respect. Bien que le livre raconte aussi, me semble-t-il, une histoire d`amour (celle entre Zoran Music et son épouse l`artiste Ida Barbarigo), j`ai voulu suggérer avant tout. Cela me plaisait davantage de décrire l`éblouissement d`un coup de foudre que le déroulé précis d`une vie de couple - qui ne m`appartenait pas. Mais ce n`est pas précisément une interdiction que je me serais fixée : naturellement, instinctivement, un sujet impose ses propres nécessités, je crois.


Le style met en avant les couleurs, les lumières, les matières ; et la structure, une succession de vignettes aux titres courts, peut renvoyer à une exposition de tableaux légendés. Votre écriture doit-elle des choses à la peinture ?

Sans doute, puisque la peinture est l`une de mes grandes obsessions, mais ce n`était pas délibéré. Par ailleurs je suis très sensible aux formes brèves ou fragmentaires en littérature : entre autres Marelle de Cortazar, La Vitesse des choses de Rodrigo Fresan, Proses apatrides, de Juan Ramon Ribeyro, Les Pas sur le sable de Remy de Gourmont, Petites épiphanies de Caio Fernando Abreu, Les Malchanceux de B.S Johnson, les contes de Jacques Sternberg ou les textes de Brautigan, les journaux d`écrivains, les moralistes, la poésie... Je pense que cette structure par vignettes vient aussi de là.


Les vignettes juxtaposées, qui dessinent le visage de Zoran Music, suivent fidèlement la chronologie de sa vie. Avez-vous dès le départ fait le choix de respecter la chronologie ? Votre travail d`écriture a-t-il suivi cette chronologie, ou l`avez-vous recomposée a posteriori ?

Le parcours de Zoran Music est si précisément imbriqué dans le siècle passé et la grande histoire (la première guerre mondiale, la fin de l`empire austro-hongrois, les camps, les variations de la mémoire collective, entre autres) que cette chronologie s`est imposée d`elle-même. En revanche l`écriture n`a pas été linéaire. Je lisais, je regardais les oeuvres, puis j`attendais qu`une scène s`impose, et le roman s`est composé ainsi, dans le désordre.



Sophie Pujas et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Les lectures d`enfance : Roald Dahl, Victor Hugo, José Mauro de Vasconcelos, Conan Doyle, Dumas, beaucoup d`autres...


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Les grandes espérances, de Dickens.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Peut-être Alcools, d`Apollinaire.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Je n`ai jamais honte de ne pas avoir lu un livre. Ce sont autant de rencontres à venir, possibles.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

L`apprentissage de la ville, de Luc Diétrich, somptueux récit autobiographique d`une errance et d`une quête de salut.


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

"Nous avons tous besoin, pour rendre la réalité supportable, d`entretenir en nous quelques petites folies." Marcel Proust, A l`ombre des jeunes filles en fleur.


Et en ce moment que lisez-vous ?

Château-Rouge Hôtel (Allia), triste, doux et puissant récit posthume de Renaud Burel. Fragmentaire là encore...




Découvrez "Z.M." de Sophie Pujas aux éditions Gallimard :


étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Post Face. Sophie Pujas.
Podcast (2) Voir tous

Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   08 mars 2016
Maraudes de Sophie Pujas
Pour certaines âmes sentimentales et vagabondes les villes sont hantées. Je ne peux marcher rue du Bac sans un coup de chapeau à Romain Gary, rue Campagne-Première sans voir courir Belmondo sous l'œil de Godard, rue des Vignes sans une pensée amicale pour la haute carcasse de Zoran Music. Je ne suis pas seule à me bercer à ces temps parallèles, invisibles à l'œil de qui ne sait pas rêver.



Rue de Verneuil
Commenter  J’apprécie          280
fanfanouche24   27 décembre 2015
Maraudes de Sophie Pujas
Autrefois dans certaines contrées reculées, avant le mariage, une jeune fille devait se battre au couteau avec un ours. On la précipitait dans une fosse avec la bête, aux yeux de tous. Il est vrai qu'elle n'en réchappait pas toujours. Toute méthode pédagogique a ses limites. Mais si elle avait traversé l'épreuve, elle était parée pour affronter un homme. Elle avait fait la démonstration de sa puissance pour le reste de ses jours. Le mari devait y réfléchir à deux fois avant de la contrarier.

Pure légende ? peut-être. Mais elle me plaît.

Je n'ai pas tué assez d'ours, dans ma vie. (p. 88)
Commenter  J’apprécie          261
Piatka   21 avril 2016
Maraudes de Sophie Pujas
Quand un étranger me demande quel est l’endroit de Paris que je préfère, parfois je décris l’Orangerie. Les paresseuses allées du jardin des Tuileries, nimbées dans leur ennui sableux, dissimulent en leur coeur cette splendeur.

Le lieu peut-être où j’ai découvert que l’art était une aventure risquée, intempestive, absolue.

Ces nymphéas qui m’ont bouleversée enfant et ne cessent de le faire, et peu importe les snobismes convenus.

Quand il s’empare de ces murs, deux pièces dont il abolit les limites comme il abolit les frontières entre les éléments, deux rotondes qui enserrent le spectateur de leur étreinte aquatique, aérienne, voluptueuse et terrible, Monet est au bout de sa vie. La lumière se dérobe à son regard. Aveugle, visionnaire. Jamais il n’a été aussi audacieux, aussi fou. [..]

Je ne peux entrer là sans sentir une âme immense palpiter entre deux algues, deux frémissements opaques de lumière et d'eau. L'endroit est désert souvent. C'est un tête-à-tête qui m'a consolée parfois.



Jardin des Tuileries
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
nadejda   20 mars 2016
Maraudes de Sophie Pujas
Cet homme avait passé très vite dans ma vie mais le temps n'est pas à la mesure de nos cœurs, et de ce peu de jours blottis dans son ombre il m'était resté une entaille, du genre que l'on chérit et caresse les soirs de brume.

(...) Notre vie n'est que cela. Cette foi incessante en un miracle qui un instant semble à portée de cœur. Le temps d'y croire et l'on a compris son erreur. Mais il existe une seconde merveilleuse. Le bonheur se loge dans l'instant fugace de l'illusion bienheureuse.

C'était, je me souviens, place Clichy, un jour balayé de feuilles de fin d'automne, un jour lacéré de gris.

p 48-49
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24   03 janvier 2016
Maraudes de Sophie Pujas
(18) Rue Muller



S'égarer est un art de vivre. Une question de principe. Il faut laisser défiler les rues comme on devrait accueillir les êtres: sans rien attendre d'eux, je veux dire rien que l'on ait espéré à l'avance, pour mieux se laisser déployer leurs merveilles propres, dont jamais nous ne pouvons présager. Toute surprise est une promesse. (p.129)
Commenter  J’apprécie          240
nadejda   06 juin 2013
Z. M. de Sophie Pujas
L'un de ses amis avait forgé pour lui le mot de hautesse. Certaines vertus n'existent pas tant que n'a pas surgi l'être capable de les incarner. Les mots attendent parfois ce qui leur donnera corps. Hautesse, tel était le nom de sa grandeur étrangère à toute arrogance, de sa noblesse tissée de bienveillance et d'écoute. p 86
Commenter  J’apprécie          240
fanfanouche24   26 décembre 2015
Maraudes de Sophie Pujas
(18) Rue Stephenson



Ce qui nous attache à un lieu est aussi obscur que ce qui nous pousse vers un être et c'est à cette obscurité qu'il faut se fier.

Peu importe vers quelles voies de traverse nous mènera une rencontre. L'important est qu'elle ait lieu, qu'elle se pare de cette évidence heureuse qui augmente le monde et en fait un endroit fréquentable en dépit de tout. (p.67)
Commenter  J’apprécie          230
Piatka   06 mars 2016
Maraudes de Sophie Pujas
Plus on croit au hasard, plus il est généreux.



Rue Brancion
Commenter  J’apprécie          242
nadejda   13 mars 2016
Ce qu’il reste de nuit - Lokiss, un portrait de Sophie Pujas
Dans la courbe des murs, accueillante, toujours nouvelle, ouverte dans la douceur des pierres friables, là est enfin la vie, la vie vibrante, la vie telle qu'elle devrait être.

Les villes sont lentes quand la nuit les enveloppe. Elles ne respirent qu'à peine.

Leur domaine, c'est la nuit profonde, veloutée, qui n'est tout à fait ni la nuit insomniaque des fêtards ni le petit jour où se croisent des destins contraires.

La nuit soyeuse et calme.

(...) L'essentiel est la vitesse. Bomber comme on frappe, sans hésitation, sans regret. Créer comme on court.



(...) L'urgence de vivre et de créer comme seule morale.

Contrer la violence à venir, celle des forces qui effaceront, karchériseront, détruiront. La puissance du cri doit être à la hauteur de ce qui le menace . p 29
Commenter  J’apprécie          210
fanfanouche24   23 décembre 2015
Maraudes de Sophie Pujas
Tout pas est une prière, un appel à l'ange qui sommeille.

Mais le vrai vertige n'est pas là. Il survient quand cesse l'attente, à ce point d'épuisement où l'espoir se tait. (p. 15)
Commenter  J’apprécie          220
Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..