AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Sophie Tal Men (137)


iris29   27 août 2017
Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal Men
[ A propos de l'alcool ]
C'est soit un ennemi qui te veut du bien et qui te fait du mal, soit un ami qui te veut du mal et qui te fait du bien .

Jacques Dutronc
Commenter  J’apprécie          260
Annette55   16 avril 2017
Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men
"Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie...(.....)
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l'arsenal
Sur le bateau d'Ouessant."
Jacques Prevert "Barbara", Paroles .
Commenter  J’apprécie          260
iris29   05 juillet 2016
Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men
Je garde cette image en tête jusqu'à Paris , les écouteurs vissés aux oreilles .
Miossec égrène sa mélodie :
"Tonnerre , tonnerre , tonnerre de Brest .... Mais non de Dieu que la pluie cesse !".
Commenter  J’apprécie          214
audeLOUISETROSSAT   03 mars 2020
Va où le vent te berce de Sophie Tal Men
Se pouvait-il qu’il ait le pouvoir de l’apaiser, lui aussi ? Par sa simple présence ? Lorsqu’il attrapa sa petite main au vol, celle-ci se referma aussitôt sur son doigt pour ne plus le lâcher. Et il se retrouva pris au piège, contraint de rester accroché jusqu’à ce que sa mère ne revienne.
Commenter  J’apprécie          170
iris29   06 juillet 2016
Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men
" Mon bateau... Ponton M . Je t'y attend ."
[...]
Il m'a parlé du ponton "M "comme Mathieu ... Je suis devant le "A" comme "abandonne" ou comme "avance" . A moi de voir ...
Le "M" se trouve tout au bout du quai , sur la gauche . C'est le dernier apparemment , le plus proche de la plage .Il veut tester ma résistance ...
Pas de place pour le "N" comme "n'y vas pas ", ni pour le "O" comme "oublie". C'est un signe, je me raccroche à ce que je peux ...
Commenter  J’apprécie          150
LaetiLitEntreLesLignes   28 février 2020
Va où le vent te berce de Sophie Tal Men
Un breton beurre est un breton qui meurt...
Commenter  J’apprécie          140
Nat_85   26 avril 2020
Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal Men
Etre rationnel, ce n'est pas se couper de ses émotions. Le cerveau qui pense, qui calcule, qui décide n'est pas autre chose que celui qui rit, qui pleure, qui aime, qui éprouve du plaisir et du déplaisir.
Commenter  J’apprécie          130
iris29   05 juillet 2016
Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men
Tu as devant toi la présidente de l'internat . Oui, m'dame ! La responsable des soirées les plus arrosées du Finistère ! Pourtant , il y a de la concurrence ...
Commenter  J’apprécie          120
iris29   05 juillet 2016
Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men
Elle me dépeint sa ville, le "Brest même" , celui que l'on trouve moche au premier coup d'oeil et qu'on arrive plus à quitter ensuite .
Comme si elle voulait me le vendre .
Commenter  J’apprécie          100
Annabelle31   08 mai 2017
Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal Men
Me prend alors l’envie de ne plus réfléchir, de me laisser porter. Laisser couler le sable entre mes doigts.
Faire confiance et larguer les amarres.
Commenter  J’apprécie          90
LeslecturesdeLily   07 mai 2016
Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men
Je me retrouve à quelques centimètres de lui, son haleine est chargée de bière. Il murmure en se mordant les lèvres :
-La nouvelle coloc'...
Cela m'apaise, il connaît Anna.
Je ne sais pourquoi je murmure à mon tour, mais je n'arrive pas à monter le volume :
-La nouvelle coloc' n'était pas prévenue des visites au milieu de la nuit.
Il fronce les sourcils, ses yeux sont doux, ils ont la couleur de la pluie. La bruine bretonne qui caresse la peau.
Commenter  J’apprécie          90
LaetiLitEntreLesLignes   08 avril 2019
Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men
Tandis que j'essaye le modèle XS, le vendeur s'approche de moi en souriant. Je nage dedans. On dirait que j'ai enfilé une nappe jaune en toile cirée !
Commenter  J’apprécie          60
LaetiLitEntreLesLignes   31 mars 2019
Qui ne se plante pas, ne pousse jamais de Sophie Tal Men
La vie c'est comme une boîte de chocolats... Alors pourquoi se priver ? Croquez-la à pleines dents...
Commenter  J’apprécie          60
leslivresmapassion   13 septembre 2017
Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal Men
........J'ai l'impression qu'elle utilisait l'alcool comme anxiolytique. Un alcoolisme solitaire, caché de tous.
- Bien vu, Marie-Lou, tu progresses. IL y a effectivement pleins de façons différentes de s'alcooliser. C'est important de le savoir quand on prend en charge nos patients.
Je penche la tête, le stylo à la bouche, lui indiquant que j'aimerais en savoir plus. Hubert aspire doucement sa gorgée de thé chaud puis continue la phrase qu'il avait laissée en suspens.
- Une femme délaissée, des fêtes étudiantes qui se prolongent au fil des ans, la solitude, le deuil, le chômage, les mondanités qui ne se refusent pas. Les causes profondes de leur alcoolisme se cachent souvent dans leur environnement. L'alcool est festif, l'alcool est mondain, l'alcool est solitaire. Qu'on le cache ou non, il ne console en rien. C'est soit un ennemi qui te veut du bien et qui te fait du mal, soit un ami qui te veut du mal et qui te fait du bien. Cette phrase n'est pas de moi mais je l'aime bien. Elle résume les forces contraires, qui animent nos malades, le combat antérieur auquel ils doivent faire face. S'il est aisé de stopper leur dépendance physique par les médicaments, leur dépendance psychique, elle, c'est autre chose. Elle les hantera toute leur vie dès qu'ils verront un verre passer sous leurs yeux. A nous de la rendre latente, à l'état de braises. A nous de faire en sorte qu'elle ne flambe pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LeslecturesdeLily   07 mai 2016
Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men
Une nuisette rouge d'Anna pend au crochet de la porte. Pas possible qu'elle dorme seule avec un truc pareil !
Elle est horriblement sexy.
Je l'enfile sans réfléchir, en ajustant les bretelles aux épaules.
C'est à peine si je reconnais mon reflet dans la glace. J'ai plus de dentelle sur le corps que de tissu. Ma peau fait si blanc...
Il me faut du rouge à lèvres si je veux paraître moins maladive. Il y a justement un tube qui traîne près du lavabo.
Un peu de poudre dorée sur les pommettes et le tour est joué !
On va voir si mes désirs son des ordres...
Quand je passe dans le couloir, Matthieu et Écume me dévisagent.
Je m'arrête sur le pas de la porte, mes lèvres "rouge passion" esquissent le plus beau des sourires.
Alors que le premier baisse la tête, gêné, l'autre se lève en battant de la queue.
Il y en a un qui va encore trouver sa place cette nuit sur ma couette !
Mauvaise pioche.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui   23 mars 2020
Va où le vent te berce de Sophie Tal Men
Tout l’agressait ici : la musique d’ambiance de l’aéroport, le couinement des chariots à bagages, les odeurs de sandwichs jambon-beurre, les consonnes explosives des inscriptions en breton Aerborzh etrebroadel BrestBreizh… Comme si, ici, la réalité était plus brutale qu’ailleurs. Que tout était là pour lui rappeler le manque de l’autre. La renvoyer à sa vie d’avant, heureuse et insouciante, au goût du « tout est possible, tout s’ouvre à nous ». Alors que faire ? Maintenant qu’elle se trouvait engluée dans cet après amer au goût du « plus jamais ».
Commenter  J’apprécie          40
vertescollines   03 août 2019
Qui ne se plante pas, ne pousse jamais de Sophie Tal Men
Je me suis dit que l’ordinaire pouvait avoir un goût d’extra,
Quand je pensais à toi.
Qu’il ne fallait pas chercher loin.
Que ce n’était pas une question d’endroit. De moment.
Que c’était toi.
Juste toi.
L’extra dans mon ordinaire.
Alors, voilà.
J’ai fermé les yeux et j’ai pleuré.
Pleuré parce qu’il était trop tard..
Commenter  J’apprécie          40
thalie31   15 mars 2019
Qui ne se plante pas, ne pousse jamais de Sophie Tal Men
Quand quelqu'un disparaît on n'y pense jamais .
A quoi ?
A réparer les vivants. Ceux qui restent...
Commenter  J’apprécie          40
veroniquemasagu   29 mai 2018
Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men
P 213 : Et dire que je n’avais pas eu droit à ce beau spectacle en arrivant en train, il y a plus de cinq moins maintenant ! Ah, le brouillard ! C’est vrai que j’ai fini par m’y faire.
Commenter  J’apprécie          40
LaRousseBouquine   01 mai 2017
Entre mes doigts coule le sable de Sophie Tal Men
C'est au médecin d'annoncer les mauvaises nouvelles. Telle est la règle, même si elle n'est écrite nulle part.
Commenter  J’apprécie          40



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le carcan d'une rose

Quel âge à Perrine, au début du livre?

12 ans
16 ans
17 ans
14 ans

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : amours impossibles , amour , romanceCréer un quiz sur cet auteur